jeudi 20 février 2020

++21/02 - OPPENHEIMER LORS DE L'EXPLOSION 
DE LA BOMBE D'HIROSHIMA. "ON L'A DÉJÀ FAIT". 
LES INDIENS, LES ALLEMANDS LE SAVAIENT. 
"LA SCIENCE SANS CONSCIENCE N'EST QUE MORT DE L'ÂME" - RABELAIS. 

On sait aussi qu’Oppenheimer, lors de l’explosion à Alamogordo le 16 juillet 1945, a fait référence à un extrait du Bhagavad Gîta. Il parlait le Sanskrit une des grandes langues de l'Asie, parlée essentiellement en Inde. Son origine remonte à la plus haute antiquité.
Dans une interview réalisée par la chaîne NBC en 1965, Robert Oppenheimer, directeur du "Projet Manhattan" qui aboutit à la création de la première bombe atomique, raconte quelle fut la réaction de son équipe après le succès de la première explosion nucléaire le 16 juillet 1945 au Nouveau-Mexique.
 --------------------------------------------------- 
Robert Oppenheimer - La science et le bon sens (1964)
Entretien en français avec le physicien américain "père de la bombe atomique", après son intervention aux 19e Rencontres internationales de Genève le 2 septembre 1964. Robert Oppenheimer a donné la conférence "L'intime et le commun" de la session "Comment vivre demain?".
 --------------------------------------------------- 
Livre - "La science et le bon sens" – 3 octobre 1955 de Oppenheimer J R
 Des ancêtres ont parlé d'engins dans l'air qui crachaient du feu
 ---------------------------------------------------
LES NAZIS ONT FOURNI LA BOMBE ATOMIQUE AUX AMÉRICAINS ! MARTIN BORMANN A ORGANISÉ LE TRANSFERT DE LA TECHNOLOGIE NAZIE AVANCÉE AUX ÉTATS-UNIS À LA FIN DE LA SECONDE GUERRE MONDIALE !
 ---------------------------------------------------
Un livre : La Bhagavad-Gita traduite et commentée par Ganhdi 
Il y a plus de 2000 ans, Archimède fabriquait des armes pour le roi de Syracuse. La collusion entre mondes scientifique, politique et militaire ne date pas d’hier
En 1942 naît le projet Manhattan, érigé sur le site de Los Alamos. Oppenheimer s’en voit confier la responsabilité scientifique. Il le coordonne entouré de la plupart des plus brillants scientifiques qui se trouvent aux États-Unis à l’époque – sauf Einstein, contrairement à une légende tenace qui l’associe à la bombe.
Figure faustienne aussi bien que prométhéenne, Robert Oppenheimer dénonce dès 1947, dans une conférence au titre neutre («La physique dans le monde contemporain»), l’absence de morale dans laquelle la science risque de glisser, conséquence de l’horreur de la Deuxième Guerre.
Responsable de la fabrication de la bombe atomique et opposant à la militarisation de la science, Oppenheimer symbolise la responsabilisation des scientifiques dans le monde contemporain.
Oppenheimer floué ou complice? Comme le Faust de Goethe, on peut interpréter le mythe comme celui d’un homme damné ou sauvé. Mais face à la haine des puissants, des dieux contemporains, face à leur machiavélisme (Leo Strauss, Edward Teller, J. Edgar Hoover, etc.), l’Histoire a plutôt donné raison à Oppenheimer, héros déchu.
La bombe nucléaire (nommée «Trinity») explose pour la première fois le 16 juillet 1945, à 5:30, à Alamogordo, à quelques dizaines de kilomètres de Los Alamos. Après les bombardements de Hiroshima et Nagasaki, devant un Oppenheimer affirmant: «Nous avons tous du sang sur les mains», le président Truman* répond: «Vous inquiétez pas, ça part au lavage» (Rival, 1995: 188). On ne saurait mieux dire à quel point science et politique, incarnées ici à travers deux figures historiques singulières, ne sont pas sur la même longueur d’onde.
 Frankenstein** de Mary Shelley, publié 127 ans avant l’explosion de la bombe nucléaire, est sous-titré «le Prométhée moderne». Victor Frankenstein se sauve lorsque la créature ouvre les yeux, découvrant à ce moment qu’il a créé un montre. Par la même occasion, il réalise être allé contre la volonté divine. La découverte du péché par Oppenheimer est similaire: voyant proliférer la créature qu’il a mise au monde avec la multiplication des ogives nucléaires, il se rend compte de ce qu’il a provoqué.
Einstein a aussi refusé de participé à la finalisation du projet
L'Expérience de philadelphie
---------------------------------
DÉCOUVERTE D'UN VIMANA DANS UNE GROTTE EN AFGHANISTAN ! - DES SCIENTIFIQUES DE L'ARMÉE AMÉRICAINE ONT RÉUSSI UNE TÉLÉPORTATION DE PLUSIEURS SOLDATS.
---------------------------------
HIROSHIMA, LA VÉRITABLE HISTOIRE  ?
-------------------------------------------
** Frankenstein de Mary Shelley, publié 127 ans avant l’explosion de la bombe nucléaire, est sous-titré «le Prométhée moderne». Victor Frankenstein se sauve lorsque la créature ouvre les yeux, découvrant à ce moment qu’il a créé un montre. Par la même occasion, il réalise être allé contre la volonté divine. La découverte du péché par Oppenheimer est similaire: voyant proliférer la créature qu’il a mise au monde avec la multiplication des ogives nucléaires, il se rend compte de ce qu’il a provoqué.

Frankenstein de Mary Shelley 15 avril 2015
Victor Frankenstein a travaillé sans relâche pour découvrir le secret de la vie. Jour et nuit, il s'est enfermé dans son laboratoire secret. Jour et nuit, il a fait les expériences les plus incroyables, les plus atroces. Et voilà qu'au moment de réussir, tout s'effondre. La créature à laquelle il a donné vie est un monstre. Horrifié, le savant s'enfuit abandonnant la créature à elle-même. Grave erreur ! Seule, mal-aimée, elle n'aura désormais qu'un but : se venger de son créateur.
Mary Shelley
----------------------------------------
À la recherche du temps perdu 1999 de Marcel Proust 
Que celui qui pourrait écrire un tel livre serait heureux, pensais-je, quel labeur devant lui ! Pour en donner une idée, c'est aux arts les plus élevés et les plus différents qu'il faudrait emprunter des comparaisons ; car cet écrivain, qui d'ailleurs pour chaque caractère en ferait apparaître les faces opposées, pour montrer son volume, devrait préparer son livre minutieusement, avec de perpétuels regroupements de forces, comme une offensive, le supporter comme une fatigue, l'accepter comme une règle, le construire comme une église, le suivre comme un régime, le vaincre comme un obstacle, le conquérir comme une amitié, le suralimenter comme un enfant, le créer comme un monde sans laisser de côté ces mystères qui n'ont probablement leur explication que dans d'autres mondes et dont le pressentiment est ce qui nous émeut le plus dans la vie et dans l'art. Et dans ces grands livres-là, il y a des parties qui n'ont eu le temps que d'être esquissées et qui ne seront sans doute jamais finies, à cause de l'ampleur même du plan de l'architecte. Combien de grandes cathédrales restent inachevées !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire