jeudi 13 février 2020

13/02 - UN GÉNÉRAL ET UN PRÉFET ENNEMIS DU PEUPLE. 
LE GÉNÉRAL JEAN-LOUIS GEORGELIN 
ET LE PRÉFET NAZI LALLEMENT. 



Remarquez, avec un président comme Macron, ils ont un bon exemple.
Deux fonctionnaires, l’un général, l’autre préfet de police, sont encore en fonction alors qu’ils se sont récemment comportés comme les potentats d’un régime totalitaire.
Soit deux hantises d’aujourd’hui : l’effondrement écologique, et «la montée des autoritarismes». On les guette. On les redoute. On tremble. On décrypte consciencieusement les signes avant-coureurs. On tente de les conjurer. Les médias documentent consciencieusement les dangers. Mais ces apocalypses sont encore considérées comme des «risques». Menaçants certes, mais encore évitables, pour peu que l’on prenne telle mesure sage, qu’on vote comme il faut. On ne traite pas le sujet en postulant que les processus sont déjà en cours, que l’effondrement a commencé, ou que le régime français est en train de basculer tranquillement dans l’illibéralisme. Et pourtant. Prenons l’effondrement écologique. Dernier événement en date, en Australie, la population entière de Sydney est consignée chez elle, fortement dissuadée de sortir. Sydney se trouve sous les fumées des incendies qui ont déjà consumé un million et demi d’hectares de forêt, y compris des parcelles qu’on aurait pu croire à l’écart du danger d’incendie. Et avec des températures de 40 °, la situation n’est pas sur le point de s’arranger. Interrogé, le ministre de la sécheresse et des catastrophes naturelles a déclaré qu’il ne savait pas si le réchauffement climatique était provoqué par les activités humaines.
La montée des autoritarismes ? En France, à deux jours de distance, deux fonctionnaires d’autorité nommés par le pouvoir se sont comportés comme les potentats d’un régime totalitaire. Commençons par l’affaire de la flèche de Notre-Dame de Paris. Personnellement nommé par Emmanuel Macron pour reconstruire la cathédrale incendiée dans un délai de cinq ans (à temps pour les Jeux olympiques), le général Jean-Louis Georgelin, ancien chef d’état-major des armées, comparaît devant la commission des Affaires culturelles de l’Assemblée. Il est interrogé sur la reconstruction de «la» flèche. Résumons les termes du débat. Le chef de l’Etat souhaite, pour la reconstruction de cette flèche, «un geste architectural». A quoi l’architecte en chef des Monuments historiques a répondu que le délai de cinq ans lui semblait tenable pour une reconstruction à l’identique, mais pas en cas de «geste architectural». Voici donc le général interrogé par les députés sur cette objection de l’architecte en chef. Réponse : «Je lui ai déjà expliqué plusieurs fois qu’il ferme sa gueule !»
Quelques jours plus tard, suivi par une caméra de BFM, le préfet de police de Paris, Didier Lallement, vient visiter la place d’Italie à Paris, au lendemain de rudes affrontements qui ont marqué le premier anniversaire des gilets jaunes. La veille, une vidéo a montré un paisible manifestant atteint de plein fouet à l’œil par une grenade lacrymogène. On a appris ensuite qu’il avait perdu un œil. Interpellé par une passante, sexagénaire, se présentant comme «gilet jaune», le préfet interrompt sèchement la conversation : «Nous ne sommes pas du même camp, madame !»
Deux répliques qui claquent. Le général Georgelin a donc publiquement fait part aux parlementaires de son mépris pour le corps des architectes des Monuments historiques, tandis que le préfet Lallement assumait benoîtement de servir son «camp» politique. Et puis ? Et puis rien. A propos du général Georgelin, un timide tweet de l’autorité civile (en l’occurrence, le ministre de la Culture), déclarant ces propos «inacceptables». Rien d’autre. Ni le général «Ferme ta gueule» Georgelin ni le préfet Lallement n’ont été si peu que ce soit réprimandés, a fortiori relevés de leurs fonctions. Et pour cause. Ils ont précisément été nommés, le premier pour marcher sur le corps des architectes des Monuments historiques, afin que soit respecté le délai présidentiel, le second pour dissuader par la peur les manifestants éventuels. Georgelin et Lallement font système. Ce système peut-il encore s’appeler «une République» ? Comment le qualifierait la presse, si c’était, par exemple, sous le Premier ministre Boris Johnson, ou dans la Hongrie d’Orbán, que se comportaient ainsi un préfet ou un général ?
On guette Armageddon, on tremble du putsch à venir. Mais la survenue d’un régime autoritaire, l’effondrement des écosystèmes ne surviennent pas un beau matin. Ce sont des processus, des glissements, des renoncements, des accoutumances. Rien de plus difficile que de qualifier un glissement, alors que le glissement est en cours. Quand a-t-il débuté ? Où s’arrêtera-t-il ? Que Georgelin et Lallement, l’un laissant éclater son mépris des «corps intermédiaires», l’autre avouant benoîtement sa mission de seigneur de guerre au service du pouvoir, soient encore en poste, dit clairement qu’un glissement est en cours.
------------------------------------------------
Jean-Louis Georgelin, né le 30 août 1948 à Aspet (Haute-Garonne), est un officier général français. Général d'armée depuis 2003, il est chef d'État-Major des armées de 2006 à 2010, puis grand chancelier de la Légion d'honneur entre 2010 et 2016. Il est un visage bien connu des militaires français. Jean-Louis Georgelin, 70 ans, s’est vu confier par l’Élysée la responsabilité de piloter la reconstruction de Notre-Dame de Paris. Ce général cinq étoiles passionné d’histoire, a notamment été chef de l’état-major particulier de Jacques Chirac lorsque ce dernier était président de la République, avant de devenir chef d’état-major des armées, entre 2006 et 2010. Il a ensuite occupé la fonction de Grand chancelier de la Légion d’honneur pendant six ans. Il a été nommé «afin de veiller à l’avancement des procédures et des travaux qui seront engagés ». Ceux qui le connaissent décrivent un fort caractère: «Il a une forte personnalité, il peut même être assez brusque», explique au journal "La Croix "un témoin qui l’a croisé lorsqu’il était en fonction à l’Élysée. «Il se tenait assez loin des coteries politiques, se cantonnant à son rôle de militaire», poursuit la même source.
Né d’un père officier et d’une mère au foyer, ce célibataire sans enfant a notamment mené les opérations de l’armée française en Côte d’Ivoire, en Aghanistan et au Liban. En 2010, ses propos sur le coût des opérations engagées pour libérer les journalistes Stéphane Taponier et Hervé Ghesquière, pris en otage en Afghanistan, avaient déclenché une forte polémique. L’homme est non seulement discret sur sa foi – il est oblat d’une abbaye bénédictine et membre de l’Académie catholique de France –, mais aussi sur la scène publique. Néanmoins, il était sorti de sa réserve en 2018, lorsqu’il avait critiqué ouvertement, sur France Culture, l’attitude d’Emmanuel Macron vis-à-vis du général de Villiers, alors en conflit avec le chef de l’État pour des raisons budgétaires.
«Il est carré, très direct et sait ce qu’il veut: avant d’accepter sa mission, il a dû poser des conditions très précises, demander un cadre et des moyens, pour piloter la reconstruction», explique une source qui le croise régulièrement depuis plusieurs années. Une autre source, militaire, complète: «C’est un chef qui sait prendre des décisions et décider. Il fera le job.» Ancien chef d’État-major des armées, ce catholique passionné d’histoire est décrit comme ayant un fort caractère.
Le Major Patrick Nicolle, candidat strasbourgeois à la présidentielle 2022 : "Macron ne fait plus confiance aux civils il nomme le Général Jean-Louis Georgelin responsable et mettre d'œuvre du suivi des travaux de Notre Dame de Paris
Les vidéos du Major Patrick Nicolle ont été effacées. Comme c'est étrange !
---------------------------------------------------
L'INCENDIE DE NOTRE DAME TOMBE À PIC POUR RÉALISER LE PROJET FUTURISTE DE TRANSFORMATION DE L'ÎLE DE LA CITÉ !
https://vol370.blogspot.com/2019/04/2004-ndp-de-notre-dame-tombe-pic-pour.html

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire