lundi 3 février 2020

03/02 - VIOLENCES POLICIÈRES: "SI TU AS UN CŒUR, 
TU N’ES PAS FAIT POUR CE MÉTIER" 
TÉMOIGNE UNE ADJOINTE DE SÉCURITÉ. 

C'est une jeune femme à fleur de peau. Elle travaille dans la police nationale comme adjointe de sécurité depuis 4 ans. Sur le terrain en banlieue parisienne. Et ces quatre années l'ont poussée à bout. Car elle a assisté impuissante aux dérapages réguliers de certains de ses collègues sans rien dire. Tout commence en 2013, elle vient de rejoindre une brigade sur le terrain en banlieue parisienne et elle intervient avec deux collègues dans un domicile sur des soupçons de violences conjugales
-------------------------------------------------
"On m'a traitée comme un animal": des migrants témoignent de violences policières lors de leur rapatriement forcé

-----------------------------------------------
Maintenant, ils s'en prennent même aux lycéens.
A Mantes-la-Jolie, des images choquantes de lycéens interpellés par la police

Projectiles contre tirs de LBD : la tension monte après des blocus au lycée Vilgénis de Massy
Ils auraient même lâché leurs chiens
Tous les français devraient être dans les rues, alors le gouvernement arrêterait de nous traiter comme du bétail. Nous sommes tous concernés par leur violence, leur racket....
-----------------------------------------------
Voyez ce qui se passe dans nos banlieues persécutées par des policiers depuis 30 ans. Nous ne savions pas ?
L'affaire Adama Traoré assassiné par 3 gendarmes, l'affaire Théo et tant d'autres
Un connard nous renvoie à l'IGPN qui est là pour couvrir les bavures et éviter de vraies enquêtes
Affaire Théo: "qu’est-ce que j’en ai à faire de ce que pensent les artistes?"

JUSTICE POUR ADAMA TRAORE. 2 ANS DE MENSONGES.

THÉO MUTILÉ PAR DES POLICIERS APPELLE À LA NON VIOLENCE. https://vol370.blogspot.com/2017/02/1502-theo-mutil-e-des-policiers-appelle.html

Un autre Hadama se bat pour ses frères et a essayer de faire venir les banlieues parmi les GJ
JUSTICE POUR ADAMA TRAORE. 2 ANS DE MENSONGES.
SUIVONS L'EXEMPLE D'UN P'TIT GARS DES CITÉS EN MARCHE POUR TOUS VERS LA LIBERTÉ. IL DÉCIDE DE SA VIE, LÀ OÙ LA PLUPART SE CONTENTENT DE SUBIR.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.