mercredi 15 janvier 2020

15/01 - SCÈNES DE CHAOS À STRASBOURG POUR LE NOUVEL AN 
"C’EST ABERRANT ! C’EST ÉNORME…"  



Les pompiers et le personnel hospitalier paient cher pour la "négligence" de nos élus qui ont organisé le chaos.
On nous cache l'ampleur des dégâts sur Paris le jour du réveillon du Nouvel an. Dormez, braves gens.
Donald Trump ironise sur une vidéo de voitures brûlées lors du réveillon du Nouvel An à Paris : de quoi s'agit-il ?
Les medias continuent de tirer sur Trump comme ils le font sur Poutine.
Ils  bouclent sur le réchauffement climatique. Les accords de Paris*, ça n'est pas du tout ce qui a été dit
https://www.lci.fr/police/sur-twitter-donald-trump-ironise-sur-une-video-de-voitures-brulees-lors-du-reveillon-du-nouvel-an-a-paris-de-quoi-s-agit-il-2141704.html

* Accords de Paris : Donald Trump dénonce une escroquerie planétaire
En sortant des accords de Paris, Donald Trump rend un immense service aux peuples occidentaux victimes d’une escroquerie financière et scientifique.
Tout comme l’invasion migratoire et les délocalisations, le réchauffement climatique est un outil destiné à transférer la richesse de nos compatriotes aux populations pauvres afin de permettre aux multinationales d’écouler leur camelote sur le marché mondial. En effet, au vu de ces accords, les Occidentaux s’engagent à fournir 100 milliards de dollars par an aux pays sous développés et cette somme est appelée à augmenter tous les cinq ans ! De plus, nos économies s’imposent de lourdes contraintes écologiques dont sont dispensés les autres continents. Par exemple, rien n’est prévu pour endiguer l’augmentation délirante de la population africaine qui entraîne une déforestation massive et fait peser un grand risque sur les ressources en humus et en eau douce de la planète. Un tel scénario ne peut qu’appauvrir nos peuples en détruisant des emplois par millions et en pérennisant une faible croissance comme vient de le souligner fort justement le président américain.
Cette escroquerie financière repose sur un mensonge scientifique d’une ampleur inégalée. On prétend que le réchauffement serait dû aux gaz à effet de serre émis par les Occidentaux et qui auraient augmenté de 30 %. Or, la planète a connu d’importants changements climatiques bien avant l’apparition d’activités industrielles. Au Moyen-âge, un refroidissement intervint et les colonies vikings du Groenland disparurent (en danois,  Groenland signifie « pays vert »). À partir du dix-huitième siècle, la température est repartie à la hausse en entraînant un recul des glaciers. Rappelons que le cycle du CO2 repose sur un équilibre entre sa production qui émane de la décomposition de la matière organique et son absorption par les océans et les forêts qui séquestrent le carbone. Les 30 % d’augmentation proviennent-ils des émissions de l’industrie ou de la déforestation massive entreprise par les pays sous développés ? En fait, nous ignorons la cause de ces phénomènes qui résultent peut-être de l’activité solaire ou des éruptions volcaniques.
La décision courageuse de Donald Trump laisse aussi entrevoir la renégociation ou l’abandon d’une multitude d’accords multinationaux élaborés sous l’égide de l’ONU et qui ont pour seul but d’affaiblir la puissance de notre civilisation occidentale. Toutes les personnes lucides devraient se féliciter de cette première victoire remportée sur le retour de la barbarie et l’ensauvagement de nos pays.
Gérard Pince
-----------------------------------
A Strasbourg :
C’est une actualité qui revient chaque année et dont les Français se passeraient volontiers. Tous les ans, dans la nuit de la Saint-Sylvestre, des centaines de véhicules sont brûlés un peu partout en France depuis que Strasbourg, dans les années 90, avait en quelque sorte inauguré la sinistre tradition. Stabilisés, ces dernières années, les chiffres sont repartis à la hausse. Dans le Bas-Rhin, rien qu’à Strasbourg, dans la nuit du 31 décembre au 1er janvier, les pompiers ont dû intervenir à plus de 240 reprises pour des voitures incendiées, souvent pour plusieurs véhicules à la fois.
Sur Facebook, Stéphane Bourhis, élu de l’agglomération strasbourgeoise, témoigne de « l’ambiance insurrectionnelle qui a régné dans de nombreux quartiers de Strasbourg et de l’Eurométropole… Des groupes de jeunes et moins jeunes, cagoulés, vêtus de noir cherchant l’affrontement avec les forces de l’ordre, des exactions inacceptables… »
« De véritables guet-apens ont été tendus à nos sapeurs-pompiers », témoigne un autre internaute, le tout dans « une atmosphère tendue de guérilla urbaine croissante, ultra-violente, en bandes organisées » que décrit, sur Facebook, Thierry Carbiener, le président du service départemental d’incendie et de secours, faisant état de « pompiers blessés et choqués ».
« C’est aberrant. C’est énorme », souligne, sur France Bleu, Robert Herrmann, président de l’Eurométropole de Strasbourg et adjoint au maire en charge de la sécurité, qui a sillonné la ville. « Il faut revenir à des périodes que l’on croyait révolues pour voir autant de dégâts et de parkings encombrés par des véhicules brûlés. » Dans certains quartiers périphériques, les incendies ont été déclenchés de manière méthodique. «Ce n’est pas au Mali, au Tchad ou en Côte d’Ivoire qu’il faut envoyer nos troupes, mais dans nos cités où le terrorisme est quotidien», enrage-t-on dans les cités où les opérations de guérilla urbaine se multiplient tous les jours en toute impunité. « L’heure est désormais aux actes, écrit encore Stéphane Bourhis, les élus, dont je suis, sans distinctions de villes et partis, les associations, les parents et naturellement l’État doivent oser poser le bon diagnostic. »
On n’éteint pas un feu uniquement par la politique de la ville mais bien par l’alliance prévention-répression et par la responsabilisation de l’ensemble des encadrants.
On devra mesurer le bilan de cette triste nuit autant par le « vrai » nombre de véhicules incendiés que par les arrestations réalisées. On attend toujours les chiffres du ministère de l’Intérieur…

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire