dimanche 5 janvier 2020

+++05/01 - L'ISLAM ET LES MENSONGES DE L'HISTOIRE. 
MAHOMET S'EST IMPOSÉ PAR LA VIOLENCE. 
- L'Espagne musulmane et le mensonge 
de la cohabitation heureuse. 

Il nous faut éviter cela chez nous.
Il est temps de nous souvenir
que nous sommes chrétiens
et reprendre notre place.
Article publié le 21/10/2017
Ceci est de la plus grand importance, ce n'est pas un article de plus sur l’Islam. Nous sommes TOUS concernés et avons notre destin en main.
Connaître l'Islam pour s'en protéger. Le faire connaître aux "musulmans" trompés. Nous sommes en guerre. Une guerre sournoise. Pas comme du temps de de Charles Martel où l'invasion était visible, donc, plus facile à combattre. Nous sommes en pays chrétien et avons à le faire savoir.
Personne ne nous dit pourquoi l'Espagne connait ces perturbation en ce moment.
L'Histoire de l'Islam en Espagne et très bons livres en fin d'article.

Français. Entrons en résistance !
On apprend de moins en moins l'histoire des grands qui ont fait la France, à l'école, pour parler à nos enfants de l'Islam.

Nous côtoyons de plus en plus de musulmans qui nous envahissent et nous imposent leurs coutumes. Il nous faut connaître leur "religion" sanglante. Ne soyons pas naïfs !Beaucoup de français sont fiers de se montrer tolérants !!!! Qu'ils s'informent avant.
Les religions sont crées pour nous asservir, pour conquérir. Le Vatican possède une richesse colossale.

Sauvons notre pays. 
La France est en grand danger !
Trump essaie de protéger les USA du même type de menace.



Christine Tasin : Il ne peut y avoir d’islam de France.

"Juppé est un traite, un islamCollabo.."
Sans tricherie aux élections, Marine serait en train de relevé la barre. Mas chacun de nous peut le faire à titre individuel dans sa vie de tous les jours et montrer que la France doit rester française et ne pas se coucher pour faire preuve de "charité" à cause d'un égo mal géré.
Les musulmans rachètent les maisons des français qu'ils ont fait fuir à l'étranger. Dans les vides grenier, ils veulent tout gratuitement et marchandent souvent agressivement. Ils envahissent nos écoles et imposent leurs coutumes...
--------------------------------
Pierre Cassen et Christine Tasin 
Nos politiques livrent la France à l'Islam sur Radio Courtoisie (6 janvier 2017) "quelques dénonciations servent de soupape !" Bien vu !
https://www.youtube.com/watch?v=wFNX_53PgcA
- Dans les manifs des enseignant, étrange, pas de casseurs ! Les CRS n'ont donc pas de consigne de matraquer les enseignants qui obéissent aux ordres infâmes de l'éducation nationale. Le jour où des enseignants vont se rebeller, ça changera.
- Je ne mentionnais pas trop RiposteLaïque" à cause de leurs commentaires sur le Pape. Mais, qui sait qui est lé Pape François? Il veut éviter la guerre civile. Il sait que nous travaillons dans les coulisses à en finir avec ces problèmes.
- Un commentaire de la vidéo: "1894-1917: Génocide contre les Arméniens : 2 millions de personnes massacrées par les musulmans au nom d'Allah en Turquie." Allah a bon dos !
80 millions d'hindous assassinés !!!
Le journal "Minute"
--------------------------------
En ces temps troublés d'islamisation et d'attentats terroristes, nos médias et nos intellectuels se font un devoir de dissocier l'islam et le terrorisme, les musulmans « modérés » et les musulmans « radicaux », la religion et la violence... Dans ce nouvel épisode de La petite Histoire, Christopher Lannes présente les fondements de la loi islamique et les origines de l'islam. Des origines marquées par la violence et les conquêtes, constituant l'ADN d'une religion irréformable et indiscutable.
https://www.youtube.com/watch?v=crK_uj5AKYE
--------------------------------
L'Islam de France, une arnaque française.
Christine Tasin (RiposteLaïque) : Ces assassins qui obéissent au Coran !
"La charia, donc le Coran, est incompatible avec la république "
"Nous étions dans la phase 1 de conquête dans les années 60. Nous sommes dans la phase 2 suite au regroupement"
"NOUS SOMMES EN GUERRE !"
15 millions de musulmans en France. Voir le "Grand remplacement"*
Christine Tasin est une battante et une combattante. la présidente de Résistance Républicaine est professeur de lettres classiques et contributeur apprécié du site internet Riposte Laïque. Elle vient de publier un petit livre décapant en forme de brûlot : « Les assassins obéissent au Coran ». Dans son ouvrage, Christine Tasin ( aidée de René d’Armor) veut rappeler un élément essentiel à ses yeux : « La France fait face à une véritable menace : la doctrine totalitaire que l’Islam appelle la Charia. ». Pour l’auteur, le Coran, la loi islamique et la Charia sont incompatibles avec la République en allant à l’encontre de la Constitution et la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen. Poursuivie devant les tribunaux pour avoir choisi de dévoiler la vraie nature de cette nouvelle forme de totalitarisme, Christine Tasin évoque, sans détours et sans langue de bois, les attitudes d’Alain Juppé ou de Marine Le Pen face à l’islamisme radical. Elle est interrogée par Martial Bild.
Avant les élections présidentielles.
https://www.youtube.com/watch?v=kfoy-iwHa7c


Qu'est-ce qu'elle vous a fait la République ?Livre - Les assassins obéissent au Coran
– 28 août 2016
de Christine  et René d'Armor
Exécution froide à Charlie Hebdo et au Bataclan, camion fou à Nice, une mère et ses filles blessées par leur voisin musulman parce que portant des tenues trop légères, décapitations, voitures folles, agressions au couteau... Les Français découvrent que, bientôt, ils ne seront plus en sécurité nulle part et qu ils vont connaître la vie difficile des Libanais et des Israéliens. Les auteurs de ce petit livre pensent qu il n y a pas de fatalité, qu il y a des moyens de lutter contre le terrorisme et que le tout premier c est de comprendre le rapport qui existe entre terrorisme et textes coraniques. Tant que des mosquées seront ouvertes où l on appelle au meurtre, à quoi serviront nos lois, notre constitution ? Tant qu un gouvernement n osera pas interdire le voile dans l espace public, des femmes seront victimes d agressions, voire de viols, pour les contraindre, musulmanes ou pas, à suivre les préceptes islamiques. Il faut savoir pour dire non. Il faut savoir pour lutter. Ce petit livre, dans un format pratique, se veut une référence, une mine d arguments et d exemples pour comprendre, pour faire comprendre... Afin que les choses et les politiques changent...

*Immigration programmée de longue date. génocide du peuple européen, blanc. le grand remplacement. Sarkozy doit être condamne pour crime contre l’humanité.
----------------------------------
On nous ment comme toujours :
L'Espagne musulmane et le mensonge de la cohabitation heureuse
De 711 à 1492, l'Espagne a été occupée par les musulmans. Aujourd'hui, nos historiens idéologisés voudraient faire passer cette période de plus de 700 ans comme une ère de cohabitation heureuse, d'échanges culturels et de paradis multiculturel. En réalité, les conquérants musulmans ont multipliés les persécutions à l'encontre des chrétiens et juifs non-convertis, et ont établi un régime de terreur et de ségrégation. En se basant sur les travaux d'un historien espagnol délaissé, Christopher Lannes revient avec un nouvel épisode de La Petite Histoire consacré à Al-Andalus, l'Espagne sous domination musulmane.
https://www.youtube.com/watch?v=Kch5iUxMe20

*Être minoritaire en terre d'Islam - de la TB chaîne TVLiberte
à 29:10 - Être minoritaire en terre d'Islam, avec en invité René Marchand.
----------------------------
COMMENT LE VATICAN A CRÉÉ L’ISLAM.
Augustin (Augustin d’Hippone, né en 354 à Souk Ahras dans l’actuelle Algérie, devint évêque de l’Afrique du Nord et réussit à convertir les Arabes au Catholicisme romain, par tribus entières.
C’est parmi ces Arabes convertis au Catholicisme que se développa l’idée de rechercher un prophète arabe.
http://vol370.blogspot.fr/2016/02/0602-comment-le-vatican-cree-lislam.html
----------------------------
René Marchand : "L'Islam est une loi, pas une religion."
"Le ramadan n'est pas un jeune, c'est une période de goinfrerie."
"Le musulman n'est pas un individu, mais fait partie d'un groupe"

Reconquista ou Mort de l’Europe : Une oeuvre formidable, bientôt interdite ?
J’espère bien que non ! Ce livre est formidable. Je pensais connaître « ce qu’il fallait connaître » sur l’islam et ses stratégies de conquête politique en Europe. Je constate que je ne savais pas 5% de ce qui est raconté et dévoilé dans cette œuvre. L’auteur de grand talent, à la fois universitaire et ex-journaliste, donne à son lecteur l’information capitale sur la vie de Mahomet, la vraie définition de l’islam – qui est un système totalitaire théocratique, et non une religion – et surtout sur les stratégies de guerre moderne, larvée et souterraine, mises en branle par ses soldats pour déstabiliser l’Europe entière, avec le concours de puissances politiques « amies » que l’on n’attendait pas à ce tournant. Attention, je parle bien d’informations, et pas d’opinions: les données sont étayées continuellement par des signets, sources et renvois à peu près à chaque page.
Le livre le plus intelligent, et actuel, sur le sujet. Il se lit, comme le dit un autre commentateur, effectivement comme un roman. C’est passionnant, et c’est également effrayant à mesure que l’on découvre que nous sommes bien en guerre, depuis environ trente ans, contre une puissance dont le livre de base, le Coran, autorise à utiliser la ruse et la fourberie pour arriver à ses fins (voir un paragraphe superbement documenté sur la « victimisation » qui permet ensuite de mieux justifier l’attaque, voire le meurtre, lui aussi autorisé par le Coran dès lors qu’il est perpétré sur un non-musulman). Evidemment, à mesure que le livre se lit, le découragement envahit le lecteur, qui découvre que tout semble fichu dès l’instant où son propre gouvernement, par ignorance, veulerie, couardise et intérêt électoral, ne fait rien pour inverser le processus. Mais ce découragement s’arrête net au dernier chapitre, superbe lui aussi, et qui donne les stratégies possibles pour « arrêter le massacre ». Le seul petit commentaire négatif : probablement par souci d’être publié rapidement, l’éditeur a laissé quelques petites coquilles, mineures, de syntaxe dans le texte. Ce livre parle de notre avenir, de notre vie et de la survie (ou pas) de notre civilisation. Pour ma part, je considère ce livre comme étant « d’urgence à mettre en toutes les mains » et j’en re-commande immédiatement deux exemplaires, pour des proches.
Bien cordialement, et bonne continuation à votre association, à laquelle je vous remercie de m’abonner.
Carl Vanhaesendonck
 --------------------------------------------------

Il faut arrêter avec la discrimination positive. Après Renault qui a collaboré pendant la guerre, voici la RATP
Louis Renault a fabriqué des chars pour la Wehrmacht. L’ordonnance n° 45-68 du 16  janvier 1945 portant sur la nationalisation des usines Renault transforme la société anonyme en « régie nationale ». C’est l’application d’une mesure du programme du Conseil national de la Résistance (CNR) visant à sanctionner des actes de collaboration.

GHISLAINE DUMESNIL - L' ISLAMISATION DE LA RATP
Super témoignages de la chaîne de TVLiberté
Ghislaine Dumesnil a travaillé 16 ans à la RATP. Dans un témoignage poignant, elle raconte comment son entreprise a évolué au gré des « plans banlieues » et de l’arrivée d’employés islamistes. Brimades sexistes, refus de prendre un bus derrière les femmes… son quotidien l’a poussé à quitter la RATP … et la région parisienne.
------------
Vidéo de femmes de la RATP ici :
VIDÉO CHOC ! LA DISCRIMINATION POSITIVE ! PARLONS-EN !!!
LE RACISME ANTI BLANC DE NOTRE GOUVERNEMENT.
------------
Des personnes évitent mon regard car je porte un chapelet autour du cour. par la suite ils évitent de me croiser.
ISLAM - DES JEUNES MUSULMANS REFUSENT D'APPROCHER
UNE CROIX : «ATTENDRISSANT», POUR LEUR PROFESSEUR.
---------------------------------------------
Comment les musulmans nous mentent 

La Taqiya par Sami Aldeeb
Nombreuses autres vidéos formatrices

Pour voir la différence entre Mohamed de la Mecque et celui de Médine cet homme très instruit à écrit :
Le Coran par ordre chronologique arabe-français
La première édition de ma traduction du Coran parue aux Editions de l’Aire en 2008 n’étant plus disponible, j’ai le plaisir de vous informer que je viens de publier la deuxième édition révisée intitulée:
Le Coran: Texte arabe et traduction française par ordre chronologique selon l’Azhar avec renvoi aux variantes, aux abrogations et aux écrits juifs et chrétiens, 2016, 462 pages.

Comme la première édition, cette deuxième édition comporte les avantages suivants:
– Elle produit la version arabe du Coran et la traduction par ordre chronologique.
– Elle essaie d’être fidèle au texte arabe, donnant autant que possible, grâce à l’ordinateur, la même traduction pour chaque mot.
– Elle indique les variantes les plus importantes du Coran, les versets abrogés et ceux qui les abrogent.
– Elle renvoie aux écrits juifs et chrétiens, tant reconnus qu’apocryphes
Dans cette deuxième édition, nous avons:
– ajouté pour la première fois dans l’histoire la ponctuation moderne au texte arabe du Coran, en signalant les lacunes et les dislocations du texte arabe;
– révisé totalement la traduction française;
– ajouté les variantes chiites;
– enrichi les notes de bas de page.
Malheureusement je ne suis pas en mesure de mettre cette édition en téléchargement gratuit du fait que j’ai dû verser un montant important à l’éditeur de la première édition pour récupérer le droit de disposer de cet ouvrage et le publier chez Amazon. Mais si une personne est vraiment incapable d’acheter la version papier de cette édition chez Amazon, elle peut me contacter et je lui enverrai exceptionnellement la version pdf à titre strictement personnel.
Les arabophones peuvent consulter notre édition arabe du Coran dans laquelle nous avons produit le texte coranique par ordre chronologique en trois orthographes: coranique, moderne et koufi sans points et sans accents, ajouté d’autres sources du Coran, notamment la poésie attribuée à la période préislamique, indiqué les causes de la révélation, donné le sens des termes ambigus, et signalé plus de 2500 erreurs linguistiques et stylistiques dans le Coran. Cette édition arabe est précédée d’une longue introduction d’environ 80 pages. Cette édition arabe est disponible en version papier dans le site d’Amazon:
Mais ceux qui n’ont pas les moyens, peuvent la télécharger gratuitement de mon site:
Nous signalons en outre que nous avons préparé une traduction anglaise et une traduction italienne du Coran similaires à cette deuxième édition française du Coran, et nous espérons les publier prochainement chez Amazon.
Dr. Sami Aldeeb Abu-Sahlieh
-------------------------------------------------
Peut-on empêcher l'islamisation de la France ?
-------------------------------------------------
La France une terre d’islam ? Philippe de Villiers : Le livre "Les cloches sonneront elles encore demain ?"
-------------------------------------------------***
"La France défend la frontière de la Grande Bretagne à Calais, mais pas la notre." "Le pouvoir ne défend plus les français"
Poutine a fini par être amplement dédiabolisé en France, Le Pen prend enfin la même voie :-)
Jean-Marie Le Pen, son humour et sa connaissance de l'Histoire. La parole Libre  C'est un homme très intelligent, un super patriote chrétien. Je vous souhaite de côtoyer cet homme extémement sympathique.
"EN MATIÈRE D'IMMIGRATION, NOTRE PAYS EST "FULL UP"." (PLEIN)

* PROGRAMME DU FRONT NATIONAL de 2002. LIBÉRONS LA FRANCE !
* JM Le Pen. Journal de bord :

Didier Barbelivien : «Marine Le Pen n'est pas d'extrême droite»
Un qui fait des comédies musicale pas cucu :-)
Le "faiseur de tubes", en pleine promotion de sa comédie musicale, se livre sur l'actualité politique. Il critique l'intervention récente de François Hollande sur Canal+ et affirme ne pas être inquiet de la montée du Front National en France.
* MARIE ANTOINETTE ET LE CHEVALIER DE MAISON ROUGE La France 2015

Tweets Daesh : Marine Le Pen défendue par Patrick Sébastien et André Bercoff
- BFM TV (16/12/15)
Patrick Sébastien a été fortement incité à se taire.
Le 16/12/2015, 3 jours après la défaite électorale du Front National aux Régionales, Jean-Jacques Bourdin a comparé Le Front National à Daesh. Marine Le Pen, énervée, a alors tweeté des photos d'exécutions de Daesh pour montrer ce qu'est cette organisation. Une vague d'indignation s'en est suivie. Manuel Valls, le 1er Ministre, a dénoncé la monstruosité de ces photos, pointant là une faute "politique et morale" de Marine Le Pen qui ne respecte pas les victimes. Bernard Cazeneuve, Ministre de l'Intérieur, est allé plus loin en signalant les tweets de Marine Le Pen à la police. Sur le Plateau de BFM TV, Laurent Neumann défend son collègue Jean-Jacques Bourdin en affirmant que Marine Le Pen n'a pas compris ses propos, et qu'il faut expliquer cet énervement par la défaite qu'elle vient de subir aux Régionales et le bashing entre les 2 tours de la part de journaux et personnalités qui ont appelé à voter contre le FN et les alliances de la gauche et de la droite pour leur faire barrage. Patrick Sébastien et André Bercoff dénoncent l'acharnement contre le Front National. Pour André Bercoff, il y a bel et bien eu à un moment donné une comparaison Daesh / Front National et que c'est absurde car l'identité que prone le FN n'a rien à voir avec celle que prône Daesh. Si le FN est un parti factieux, nazi, fachiste, qui veut renverser la République, on demande son interdiction, au cas contraire c'est un parti comme un autre et on ne lui fait pas "barrage". Pour Patrick Sébastien, il est tout-à-fait normal qu'en excluant le Front National du dialogue politique normal, toutes les personnes qui se sentent exclues s'identifient à ce parti donc il faut arrêter de taper dessus. La Présentatrice Nathalie Lévy et le journaliste Laurent Neumann ont clairement montré leur embarras face à leurs prises de position. Laurent Neumann ne considère pas à 6:57 que le FN soit exclu du débat. Nathalie Lévy jette un regard froid à ses invités durant toute l'interview et rappelle avec satisfaction à 7:38 le plafond de verre sur lequel a buté le FN aux Régionales. Elle mettra visiblement fin prématurément au débat pour ne pas les laisser s'exprimer davantage car leur opinion dérange.
Quelle hypocrisie, spécifiques français,e de flouter les photos d'assassinat !

--------------------------------
PROPAGANDE : LE MYTHE DE L’ESPAGNE MUSULMANE 
ENTRETIEN AVEC SERAFÍN FANJUL

En se rendant au musée du Louvre afin d’y inaugurer le nouveau département des arts de l’islam, François Hollande a enfilé les perles de l’historiquement correct. Parmi les mensonges répétés par notre président on trouve le mythe d’Al Andalous : celui d’un royaume musulman pacifique, ouvert et tolérant. Une jolie construction idéologique sans grand rapport avec la réalité.

Dans un récent entretien pour la Revue de "la Nouvel Histoire", Sérafin Fanjul précise combien il est faux de continuer à dire que l’al-Andalus fut la «civilisation la plus avancée du haut Moyen-Âge». Car selon Sérafin Fanjul , les textes du Moyen Age démentent totalement l’interprétation contemporaine.
Né en Galice, en 1945, Serafín Fanjul est un des plus prestigieux arabistes espagnols. Ancien directeur du Centre culturel hispanique du Caire, professeur de littérature arabe à l’Université autonome de Madrid, membre de l’Académie Royale d’Histoire depuis 2011 (*) il a consacré sa vie à l’étude de l’Islam comme phénomène religieux, sociologique, économique et politique. Auteur d’études littéraires érudites telles "Las canciones populares árabes" ou "La literatura popular árabe" et de traductions d’œuvres d’Ibn Battuta et d’Al-Hamadani, il est surtout connu pour avoir publié chez Siglo XXI, -qui fut l’éditeur espagnol emblématique de la pensée socialiste et marxiste dans un passé récent-, deux ouvrages essentiels : "Al-Andalus contra España"La forja de un mito(Al-Andalus contre l’EspagneLa création d’un mythe) et "La químera de al-Andalus" (La chimère d’al-Andalus). Ces deux livres, dont on regrettera qu’ils n’aient pas encore été traduits en français, mettent en pièces l’image mythique d’al-Andalus, société raffinée, pacifique et cultivée soumise par des barbares chrétiens, et celle, non moins chimérique, d’une société musulmane espagnole dont l’influence se ferait toujours sentir dans l’Espagne du tournant du XXIe siècle. Pour compléter ses travaux, Serafín Fanjul a publié récemment une étude montrant le rôle fondamental joué par les européens dans la création de l’image mythique et stéréotypée d’une Espagne primitive, exotique et mystérieuse, qui a pour titre Buscando a Carmen (À la recherche de Carmen, Siglo XXI, 2012), une allusion insolite à la célèbre héroïne néoromantique de Mérimée et de Bizet.

Interview par Arnaud Imatz de la chaîne Radio Sputnik. Pour le situer (peut-être lu après cet article):
Entretien avec Arnaud Imatz autour de son ouvrage : "Droite-Gauche, pour sortir de l'équivoque"

Arnaud Imatz : Vous avez écrit des livres et de nombreux articles pour dénoncer le mythe d’al-Andalus «civilisation la plus avancée du haut Moyen-Âge», symbole de la cohabitation pacifique et tolérante des trois cultures musulmane, juive et chrétienne. La vie en commun était-elle sereine et harmonieuse jusqu’à l’expulsion des Morisques ou au contraire marquée par la confrontation ? Faut-il parler de «symbiose» ou d’ «antibiose» ?
Serafín Fanjul : On ne saurait voir de façon homogène tout un processus historique qui a duré près de huit siècles. Au VIIIe siècle, la société d’al-Andalus n’était pas celle du Xe siècle une époque où les musulmans étaient majoritaires, où l’hégémonie culturelle arabe était un fait et le christianisme en plein recul. Le royaume de Grenade, qui dura deux siècles et demi (1238-1492), n’était pas non plus identique à l’al-Andalus de la période antérieure.
Il s’agissait d’une société monoculturelle, avec une seule langue, une seule religion. Une société terriblement intolérante, par instinct de survie, puisqu’elle était acculée à la mer. La symbiose et l’antibiose sont deux notions qui relèvent d’une conception idéaliste de l’histoire.
Leurs promoteurs (le philologue Américo Castro et le médiéviste Claudio Sanchez Albornoz) sont au fond des néoromantiques.

AI : De quelle manière les musulmans gouvernaient-ils la partie de l’Espagne qu’ils dominaient ?
SF : Il n’y eut pas de confrontation permanente, mais il n’y eut pas non plus d’harmonie ou de tolérance sans limites : tout dépendait des circonstances concrètes et surtout de la proportion plus ou moins dominante des musulmans. Plus le pourcentage de ces derniers était important, moins la société était tolérante. Les communautés soumises voyaient certains de leurs droits (non pas bien sûr la totalité) reconnus en tant que groupes. Une reconnaissance de droits du groupe, et non pas de l’individu, qui n’a jamais été faite sur un pied d’égalité avec les musulmans.

AI : Les juifs et les chrétiens pouvaient-ils pratiquer leurs cultes librement ?
SF : Ils pratiquaient leurs religions avec des restrictions et avec le plus de discrétion possible. Au milieu du IXe siècle, il y eut une persécution antichrétienne à Cordoue, avec de nombreux martyrs. Le grand pogrom antijuif de Grenade se produisit en 1066. Mais la situation s’aggrava à partir du XIIe siècle avec les Almohades*.
L'empire almohade va s'étendre de la Libye actuelle au nord de l'Espagne et eut pour capitale Marrakech

AI : La société arabo-musulmane de la Péninsule était-elle, comme a pu l’écrire l’historien anglais Arnold Toynbee, «affranchie des préjugés raciaux» ?
SF : C’est une invention ou une mauvaise interprétation de Toynbee par manque d’informations. Bernard Lewis et, avant lui, l’un des pères de l’orientalisme scientifique, Ignaz Goldziher, ont montré à partir de nombreux textes arabes de l’époque que les critères ethniques étaient couramment utilisés: Arabes du nord contre Arabes du sud, Berbères contre Arabes, arabes contre Slaves et contre musulmans d’origine hispanique (qui étaient les plus nombreux) et, évidemment, tous contre les Noirs… et réciproquement.

AI : Beaucoup de Français confondent al-Andalus et Andalousie ; pouvez-vous nous expliquer en quoi les deux termes diffèrent et même s’opposent?
SF : C’est une confusion créée par des voyageurs et écrivains français du XIXe siècle, qui a été ensuite reproduite par des historiens et à laquelle ont finalement adhéré des arabistes et des historiens espagnols soucieux de faciliter le rapprochement entre al-Andalus et l’Espagne contemporaine. L’équivoque repose évidemment sur la similitude phonétique, mais la langue espagnole fait une distinction entre andalusi (qui est d’origine ou propre à al-Andalus) et andaluz (qui se rapporte à l’Andalousie, en tant que région d’Espagne). En français vous réglez la question en utilisant seulement «andalous» pour les deux concepts. En arabe, al-Andalusdésigne toute l’Hispania musulmane (c’est-à-dire jusqu’au fleuve Duero, la frontière du Nord au Xe siècle, ou seulement le royaume de Grenade au XIVe siècle). Le vocable Andalucia (Andalousie) n’est utilisé en espagnol que dans le courant du XIIIe siècle. C’est la conséquence de la conquête castillane de la vallée du Guadalquivir. Par la suite jusqu’en 1833 (date de l’actuelle division des provinces), l’Andalousie était seulement la partie occidentale. L’Andalousie orientale, le royaume de Grenade (Grenade, Malaga et Almería) constituait une unité politique et administrative différenciée comme le prouve la documentation de l’époque. D’ailleurs, encore aujourd’hui, dans la province d’Almería la «conscience andalouse» est très faible.

AI : En 1969, Ignacio Olagüe, un paléontologue, qui dans sa jeunesse avait été militant des JONS (Juntas de Ofensiva Nacional-Sindicalista), publia en France un livre intitulé, de façon suggestive, Les musulmans n’ont jamais envahi l’Espagne. Il prétendait que la population hispano-romaine détestait les dirigeants wisigoths et qu’elle avait préféré et même souhaité la présence musulmane. La conquête de 711 n’était selon lui qu’une invention rétrospective pour justifier la Reconquête. Sa thèse, sévèrement critiquée en son temps par le médiéviste Pierre Guichard, a trouvé un nouvel écho parmi les musulmans d’aujourd’hui et surtout parmi les espagnols convertis à l’Islam. Qu’en pensez-vous ?
SF : Pour Olagüe, il s’agissait d’un processus d’«osmose» (qu’il imaginait mais ne démontrait pas) d’adhésion parfaitement libre et heureuse de l’Hispania à l’Islam, alors qu’aucun pays n’a jamais rejoint l’Islam de manière aussi poétique. C’est une prétention absurde plus proche de la fiction littéraire que de l’histoire. Il tire une conclusion énorme de quelques faits réels comme les convulsions religieuses, les divisions de l’époque wisigothique ou l’absence de documents arabes contemporains de la conquête. La première chronique arabe qui relate l’évènement, celle de Ibn’Abd al-Hakam est en effet postérieure d’un siècle et demi. Mais je viens de publier un livre sur la Chronique Mozarabe de 754 : or, tant celle-ci que dans celle de 741 (les deux étant écrites en latin par des chrétiens vivant dans le royaume musulman) il est fait une référence ponctuelle à la conquête islamique et à ses effets nullement pacifiques.

AI : Il y a déjà un demi siècle, Fernand Braudel expliquait que l’Espagne avait expulsé les Morisques, derniers représentants des populations musulmanes en Espagne, en 1609, parce qu’il s’agissait d’une minorité inassimilable, qui résistait à toute forme d’intégration, et dont les liens avec l’ennemi de l’époque étaient connus et établis. Plus récemment, l’historien Philippe Conrad l’a montré dans son Histoire de la Reconquista (1999). Partagez-vous ce point de vue ?
SF : Absolument ! Braudel l’a vu avec une grande lucidité :
l’expulsion se produit en raison de l’impossibilité d’assimiler les morisques. Leur connivence avec les pirates turcs et barbaresques est plus que démontrée. Elle était d’ailleurs normale et logique de leur point de vue. Mais ils conspiraient aussi avec l’Angleterre et la France d’Henri IV, alors ennemie de l’Espagne. Les Morisques établis en Béarn étaient en contact avec les huguenots. Après la conversion au catholicisme du roi Henri IV, celui-ci reçut, en 1602, les demandes d’aides de morisques qui lui offraient en retour d’agir comme «cinquième colonne» en Espagne.
Plusieurs agents français parvinrent jusqu’à Valence. Parmi eux, M. Jean de Panissault, qui était déguisé en marchand. Plus tard, le 23 avril 1605, Paschal de Saint Estève, fut emprisonné et révéla le détail des intrigues qui se tramaient. Louis Cardaillac, le grand spécialiste français des morisques, a bien montré que les craintes des espagnols étaient fondées.

AI : Un des lieux communs de l’historiographie moderne est que la décadence de l’Espagne est due à l’expulsion des juifs et des morisques. Vous écrivez au-contraire que l’unification politico-religieuse évita de sombrer dans les horribles conflits internes que connurent d’autres pays. Agnostique et partisan de la laïcité, vous soulignez, je vous cite, que l’Espagne est «un territoire européen… avec d’innombrables racines qui plongent dans le monde néolatin, et qui se caractérise par une prédominance séculaire du christianisme». La relative homogénéité culturelle est-elle, selon vous, la condition nécessaire d’une société pacifique ?
SF : L’expulsion des Juifs se produisit en août 1492, et le «grand bond» de l’Espagne dans tous les domaines est postérieur. Il en est ainsi tant de la découverte de l’Amérique et de la grande pénétration en Italie, que de l’hégémonie politique et militaire en Europe (qui durera un siècle et demi), ou du Siècle d’or littéraire. Les morisques avaient une certaine importance économique dans deux régions : Valence et Aragon, et surtout dans le domaine de l’horticulture (voir les travaux d’Henri Lapeyre ou de Julio Caro Baroja). La décadence a plutôt pour origine le dépeuplement, en raison des levées de troupes, de l’émigration et des épidémies, la hausse des impôts et les énormes dépenses militaires en Europe.
Le multiculturalisme est une belle utopie sans aucun rapport avec la réalité : les communautés majoritaires ont toujours tendance à absorber les petites et leur résistance entraîne les frictions. Les exemples récents de la Yougoslavie ou du Liban sont suffisamment explicites, celui de la fuite d’Irak d’un million de chrétiens (sur un million et demi), depuis 2003, ne l’est pas moins. Les pouvoirs religieux d’al-Andalus cherchèrent toujours l’islamisation totale et il y eut des exodes massifs de chrétiens vers le nord, jusqu’au XIIe siècle, comme il y eut ensuite ceux des morisques vers le nord de l’Afrique.

AI : Est-il vrai que le roi Alphonse X (1221-1284), canonisé par le progressisme moderne, qui voit en lui l’archétype de la tolérance et le champion de la cohabitation pacifique entre les trois cultures, a lui aussi censuré l’attitude des juifs et des musulmans de son temps ?
SF : Le grand compendium législatif d’Alphonse X, Las Siete Partidas, est révélateur de la situation de soumission et d’«appartenance» qui était la leur. Ils étaient la propriété du roi et on devait les respecter en tant que tels. Ce corpus législatif indique les restrictions et les châtiments qu’ils devaient subir.

AI : Le thème de la présence des réfugiés morisques en Amérique suscite une certaine curiosité depuis quelques années. Ont-ils joué un rôle significatif dans l’aventure et la conquête du Nouveau monde ?
SF : Non ! Il leur était interdit d’émigrer aux Indes. Certains parvinrent à le faire, mais cette présence n’a pas de signification sociale importante en raison de leur nombre extrêmement réduit, de leur dispersion et de leur dissimulation comportementale. D’autre part, pour se libérer de l’oppression hispano-catholique, il était beaucoup plus logique de fuir vers le nord de l’Afrique, ce que d’ailleurs ils faisaient, plutôt que de s’embarquer dans un voyage long et hasardeux pour demeurer ensuite sous le pouvoir espagnol. Je n’ai jamais trouvé aucunes données significatives à cet égard dans les archives d’Espagne et d’Amérique que j’ai consultées au cours de mes travaux de recherche.

AI : On entend dire que les espagnols sont les héritiers de la culture arabo-musulmane qui a été présente en Espagne pendant plus de sept siècles. Certains vont même jusqu’à déclarer que les espagnols sont des «demi-arabes». Que leur répondez-vous ?
SF : C’est une fantaisie littéraire des voyageurs du XIXe siècle, qui par la suite a été adoptée par l’«andaloucisme» politique, soucieux de se trouver des origines exotiques, distinctes de celles de tous les autres Espagnols. En l’absence d’une langue indépendante et d’une bourgeoisie locale nationaliste, il leur fallait recourir à l’histoire lointaine pour cimenter les mythes fondateurs de la « nation andalouse ». Il n’en est pas de même dans d’autres régions de l’Espagne.

AI : L’existence d’un vocabulaire espagnol dont la racine est arabe n’est-elle pas un argument de poids en faveur de la thèse du legs arabo-musulman? Quelle est la part de l’imaginaire et du réel dans cette influence linguistique ?
SF : La phonétique, la prosodie, la morphosyntaxe de l’espagnol n’ont rien d’arabes. Rien ! Dans le lexique vivant il subsiste 450 mots vraiment en usage, bien qu’il y ait environ 950 étymons, qui, avec les dérivés composent un total de 3000 vocables, auxquels il faut ajouter environ 2000 toponymes. C’est très peu en proportion, et d’autant moins qu’il s’agit d’un vocabulaire qui se rapporte à des techniques médiévales (agricoles, armes, construction) qui ont été remplacées ou sont en net recul. Il n’y a pas non plus de lexique d’origine arabe à signification spirituelle ou abstraite, ce qui est très révélateur. Mais le lexique est la partie la plus fluctuante et la moins déterminante du caractère d’une langue.

AI : Dans les domaines alimentaires, vestimentaires, des fêtes populaires, de la musique (notamment du cante jondo flamenco) et de la topographie, vous montrez, avec une érudition écrasante, que les origines arabo-musulmanes sont marginales alors que les filiations latino-germaniques et chrétiennes sont absolument prédominantes. Comment jugez-vous la profusion de ces romans historiques, dont les intrigues se déroulent dans la Péninsule ibérique du Moyen âge, et qui regorgent d’erreurs historiques et de stéréotypes hispaniques ?
SF : C’est une mode encouragée par les intérêts économiques des éditeurs. Mais les productions télévisuelles sont encore pires.

AI : Dans l’apport, trop souvent ignoré, de l’Espagne aux divers domaines de la cosmographie, de la géographie, de la médecine, des sciences exactes, de la botanique, de la linguistique et de la philosophie, la contribution des intellectuels arabo-musulmans est-elle substantielle ou secondaire ?
SF : L’apport des scientifiques d’al-Andalus fut sans doute important, surtout dans la transmission des connaissances perses, indiennes et de l’Antiquité grecque qui parvinrent en Europe par diverses voies dont celle d’al-Andalus.


AI : Le médiéviste Sylvain Gougenheim a remis en cause la thèse selon laquelle le monde musulman a joué un rôle fondamental dans la transmission de la science et de la philosophie grecques à l’Occident au Moyen Âge. Dans son livre, "Aristote auMont-Saint-Michel : les racines grecques de l’Europe chrétienne"il a montré que l’importance de la filiation des traductions latines a été largement sous-estimée s’attirant ainsi l’opprobre des maîtres-censeurs du politiquement correct. Comment vous situez-vous dans ce débat ?


SF : Le livre de Gougenheim est excellent, bien structuré, magnifiquement documenté, et c’est ça qui fait mal. Comme il est difficile de le contredire, avec des arguments historiques, on a recours à l’attaque personnelle. Une vieille méthode ! Il fait preuve d’un grand courage (d’ailleurs indispensable à l’heure actuelle) en remettant en cause des tabous et des routines sacralisées. L’étude et la pensée doivent être libres ; elles ne sauraient être soumis à la tyrannie du politiquement correct, ce complexe qui nous est venu de l’Université nord-américaine, et qui asphyxie jusqu’à la liberté d’expression. C’est un comble !

AI : Vous avez écrit un article retentissant dans un des grands quotidiens madrilènes, qui avait pour titre : «Je ne veux pas être dhimmi». Que vouliez-vous dire exactement ?
SF : Tout simplement que je ne veux pas que mes fils ou petits-fils vivent comme les chrétiens de Cordoue au IXe siècle, bien que – je précise – je ne croie pas que cela arrivera un jour, parce que les sociétés européennes (avec tous leurs défauts) ne le permettront pas.

AI : Est-il vrai qu’aujourd’hui les écoles du Maghreb donnent une vision quasiment paradisiaque d’al-Andalus et que les chrétiens espagnols y sont présentés comme des usurpateurs ?
SF : Oui c’est ainsi ! Et cela de façon plus discrète dans les manuels scolaires de Tunisie et de manière plus extrême, c’est-à-dire avec une exaltation nationaliste-chauviniste beaucoup plus grande, dans ceux du Maroc. Tout au long de l’histoire la Péninsule ibérique a subi de nombreuses invasions, certaines suivies d’une acculturation massive ; la conquête arabo-musulmane fut l’une d’entre elles, la Reconquête (pour utiliser la terminologie traditionnelle) en fut une autre. Cela dit, depuis le XIIIe siècle, Cordoue, Séville, Cadiz, etc. font partie de l’Espagne, leur population est espagnole à 100%. Les traiter d’usurpateurs relève de la plaisanterie.

AI : Quels sont selon vous les facteurs expliquant l’essor de l’Islam au début du XXIe siècle?
SF : La grande explosion démographique, le contrôle du pétrole et des énormes masses de capitaux sur les marchés financiers par quelques pays islamiques (qui ne sont pas précisément démocratiques), l’autodestruction de l’impérialisme européen, qui a mis fin à sa propre existence même s’il a subi des pressions des États-Unis après la Deuxième Guerre mondiale. Ajoutons l’occupation de grands espaces laissés libres par le nationalisme arabe et l’islamisme qui, logiquement, a tendance à s’étendre. Ce n’est pas un jugement de valeur, c’est une simple description.

AI : La communauté des musulmans l’«umma» est-elle totalement divisée ou relativement unie ?
SF : Sur l’essentiel, l’unité des sunnites est totale, bien qu’il y ait des substrats et des adstrats culturels, ou des variantes selon les écoles juridiques (madahib) sur des questions secondaires de détail, en raison d’une grande dispersion géographique.

AI : Existe-t-il un islam modéré et un islam radical ?
SF : Tout dépend ce que l’on entend par «modéré». Si cela signifie quelqu’un qui admet, en toute tranquillité, que sa fille se marie avec un chrétien ou un athée, qui accepte, tout aussi naturellement, qu’un autre musulman abandonne l’islam, ou qui défende le droit de toutes les confessions religieuses à faire du prosélytisme dans n’importe quel lieu de la planète, alors nous sommes en présence d’un modéré qui vit ses convictions sans gêner les autres. Et cela vaut pour les fidèles de toutes les religions.

AI : Les grands médias occidentaux ont salué, généralement avec enthousiasme, «les révolutions démocratiques du printemps arabe» (2010-2011). Le mouvement des «indignés», ces jeunes protestataires qui campaient sur les principales places des grandes villes d’Espagne, en mai 2011, s’en réclamait expressément. Le «printemps arabe» est-il porteur de nouvelles perspectives pour l’avenir du monde musulman et, par contrecoup, pour l’Europe ?
SF : Les jeunes – pas toujours si jeunes – qui disent s’indigner n’ont pas la moindre idée de ce qu’est la vie dans un pays musulman.
Ceux qui ont une formation politique sont simplement des anarchistes et des communistes d’extrême gauche, mais la majorité de ces «indignés» sont des fils à papa qui jouent à la révolution, sans avoir de vrais objectifs. Ils usent et abusent de concepts vagues (la justice, l’amour, la paix, la solidarité, etc.) ou de devises parfaitement creuses. Ils sont satisfaits d’eux-mêmes parce qu’ils enfoncent des portes ouvertes, mais ils leurs manquent des montagnes de lectures sur les luttes sociales et révolutionnaires européennes, depuis la Révolution française, jusqu’à la Révolution russe en passant par celle d’Allemagne en 1848.
Lorsqu’ils ont des idéaux politiques, même diffus, ils sont aux antipodes de l’islamisme, lequel a été le catalyseur (c’est un point de plus en plus clair) des émeutes que les journalistes ont qualifiés complaisamment de «printemps arabe». La nouveauté pour le monde arabe est que l’islamisme est de plus en plus fort. Et cela est préoccupant.

Serafin Fanjul
------------------
COMMENT LE VATICAN A CRÉÉ L’ISLAM.
------------------
Ci-dessous, un livre intéressant de José Rodrigues dos Santo, comme tous ses autres livres. La saga Tomás Noronha est traduite en 18 langues et a dépassé les 3 millions d'exemplaires vendus dans le monde.
- "La Formule de Dieu", en tête des ventes de tous les classements de l'été 2012,
- "L'Ultime secret du Christ", paru en 2013, 
- "La Clé de Salomon" en 2014, 
- et "Codex 632 : le secret de Christophe Colomb en 2015 
sont tous de gros succès de librairie.


"Codex 632 : Le secret de Christophe Colomb" de José Rodrigues dos Santos 2015
La vie de Tomás Noronha bascule lorsqu'on lui demande de déchiffrer les notes d'un professeur d'histoire portugais, retrouvé mort dans sa chambre d'hôtel alors qu'il travaillait sur la découverte des Amériques. Au fil de ses investigations, Tomás va découvrir un code qui pourrait bien changer notre vision de l'Histoire. De Lisbonne à Rio, New York ou Jérusalem, le jeune cryptologue se trouve plongé dans l'histoire fascinante des Grandes Découvertes et se heurte à l'une des énigmes que les historiens n'ont toujours pas réussi à résoudre : l'identité de Christophe Colomb et, par delà son identité, la véritable histoire de la découverte des Amériques. Pourquoi le nom de "Colomb" n'a-t-il jamais été trouvé dans les témoignages de l'époque ? Pourquoi un jeune génois d'origine modeste ne parlait-il ni italien, ni génois, mais un espagnol approximatif truffé de mots portugais ? Pourquoi cet homme a-t-il embarqué sur la Santa- Maria quelques heures avant l'avis d'expulsion des Juifs du Portugal ? Tomás se rend vite compte qu'un mystère en appelle un autre. Comment un jeune tisserand génois a-t-il pu épouser une femme de la noblesse portugaise ? Que dire de la signature cabalistique de Christophe Colomb ? Et l'Amérique n'était-elle pas déjà bien connue avant 1492 ? Comme un leurre utilisé par les Portugais pour éconduire les Espagnols... Christophe Colomb n'était-il pas un agent double œuvrant entre les deux plus grandes puissances de l'époque qui voulaient se partager le monde et enfouir la vérité ? Autant de questions posées par l'Histoire auxquelles les spécialistes n'ont jamais pu répondre... Jusqu'à aujourd'hui.
-------
Pour savoir ce qui se cache derrière les attentats et leur préparation :
Son livre "Furie divine" :
Mayak, complexe nucléaire en Russie.Au cœur de la nuit, un commando tchétchène fait irruption dans l'un des entrepôts du site et s'enfuit avec deux cargaisons d'Uranium hautement enrichi. Le nouveau cauchemar de l'Humanité commence. Tomás Noronha est en vacances aux Açores lorsque Frank Bellamy, directeur des Sciences et de la Technologie de la CIA, prend contact avec lui. Le jeune et talentueux cryptologue portugais doit les aider à déchiffrer un message d'Al Qaïda qu'ils ont intercepté et qui pourrait être une menace planétaire.Quarante ans plus tôt, en Égypte, Ahmed est un jeune garçon pieux et particulièrement brillant. Il a 7 ans lorsqu'il est présenté au cheik Saad qui lui enseignera le Coran et les fondements d'un Islam modéré et pacifique.Ahmed grandit, il étudie dans l'une des plus grandes universités islamiques du Caire et se lie d'amitié avec un professeur charismatique qui lui présente un autre Islam, celui du Djihad et de la guerre contre les infidèles. Le petit garçon est devenu un jeune homme. Son âme reste partagée entre les discours de ses deux maîtres spirituels, jusqu'au jour où il décide de prendre le chemin de la radicalisation. Un chemin qui va le conduire bien loin.Journaliste, reporter de guerre, présentateur vedette du journal de 20h au Portugal, J.R. dos Santos est l'un des plus grands auteurs européens de thrillers historiques, plusieurs fois primé.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.