jeudi 2 janvier 2020

++02/01 - LE PRÉSIDENT TRUMP A DÉCLARÉ JANVIER 2020 
MOIS CONTRE LA TRAITE DES ÊTRES HUMAINS ! 

Par Judy Byington : 

Qui fait partie des 144.000 actes d'accusation scellés sur le point d'être signifiés ?
Le Président Trump a déclaré Janvier 2020 Mois contre la Traite des Êtres Humains, bien qu'il y ait déjà eu plus de 144.000 mises en accusation sous scellés déposées devant les Tribunaux Fédéraux dans tout le pays, dont la majorité contenait des accusations de pédophilie - l'une des principales raisons de la traite des enfants.

La traite des êtres humains érode la dignité personnelle et détruit le tissu moral de la société. C'est un affront à l'humanité qui atteint tragiquement toutes les régions du monde, y compris les communautés de notre pays. Chaque jour, dans les villes, les banlieues, les zones rurales et les terres tribales, des personnes de tous âges, sexes, races, religions et nationalités sont dévastées par cette grave infraction. Au cours du Mois national de la prévention de l'esclavage et de la traite des personnes, nous réaffirmons notre engagement indéfectible à éradiquer cette horrible injustice. Les crimes de traite sont perpétrés par des entreprises criminelles transnationales, des gangs et des individus cruels. Par la force, la fraude, la coercition et l'exploitation sexuelle des mineurs, les trafiquants privent d'innombrables personnes de leur dignité et de leur liberté, brisent des familles et menacent la sécurité de nos collectivités. Sous toutes ses formes, la traite des personnes est un fléau intolérable pour toute société vouée à la liberté, aux droits individuels et à la primauté du droit. La traite des personnes est souvent un crime caché qui ne connaît pas de frontières. 
Selon certaines estimations, jusqu'à 24,9 millions de personnes - adultes et enfants - sont piégées dans une forme d'esclavage moderne dans le monde entier, y compris aux États-Unis. 
Les trafiquants d'êtres humains en exploitent d'autres par le travail forcé ou le commerce du sexe, et les trafiquants profitent des horribles souffrances de leurs victimes. 

Le mal de la traite des personnes doit être vaincu. 
Nous demeurons implacablement déterminés à traduire les auteurs en justice, à protéger les survivants et à les aider à guérir, ainsi qu'à prévenir la victimisation et la destruction de vies innocentes. Cette année marque près de 20 ans depuis que notre pays a pris des mesures décisives dans la lutte mondiale contre la traite des êtres humains en promulguant la Loi de 2000 sur la Protection des Victimes de la Traite (TVPA) et près de 15 ans depuis que les États-Unis ont ratifié le Protocole de Palerme visant à prévenir, réprimer et punir la traite des personnes, en particulier des femmes et des enfants (Protocole de Palerme). 
La TVPA et le Protocole de Palerme ont tous deux établi un cadre global de lutte contre la traite des êtres humains en mettant en place des programmes de prévention, en créant des protections pour les victimes et en faisant progresser les poursuites en vertu de lois pénales élargies afin d'inaugurer le mouvement moderne de lutte contre la traite au niveau national et mondial. Ces deux mesures illustrent un consensus mondial sur la question, et pourtant, en tant que nation, nous devons continuer à travailler de façon proactive pour favoriser une culture de justice et de responsabilisation à l'égard de ce crime horrible. 

Depuis que le Président Trump a pris ses fonctions, le procureur général des États-Unis John Huber et ses 740 enquêteurs auraient travaillé avec la Cour mondiale et Interpol sur les accusations et les arrestations d'élites mondiales et politiques soupçonnées d'avoir commis des actes de pédophilie et des crimes contre l'humanité, y compris la trahison. Les accusations portées contre eux incluraient la violation de la loi sur l'espionnage de 1912, la haute trahison, la fraude électorale, le trafic sexuel d'enfants, l'homicide, la pornographie, le blanchiment d'argent, la corruption, le parjure, les crimes d'Uranium One, le 11 septembre et la dissimulation du 11 septembre 2001, du 11 mars 2011 Meurtres de masse à Fukushima Nucléaire et Tsunami, Massacre de Benghazi, Détournement de l'avion MH370 de Malaisie et de l'avion MH17 sur l'Ukraine, Meurtres de masse en Haïti et ailleurs, Trafic d'armes et de drogues, Trafic d'êtres humains, Exploitation d'enfants, enlèvement, prélèvement d'organes de victimes à des fins lucratives ; Fraude électorale, chantage pour des votes sur des questions politiques par l'enregistrement de partis de pédophilie où des enfants ont été violés, torturés et assassinés, détournement et confiscation de l'argent des contribuables américains par l'utilisation de la Réserve fédérale, de l'IRS, de la US Corporation, de la City de Londres et du Saint-Siège, illégaux et privés, plus la non-application de la loi GESARA sur la libération de la dette signée par la Cour suprême des États-Unis et le Président Bill Clinton.

"Le procureur américain John Huber et 740 enquêteurs s'apprêtent à inculper Clintons et autres" : http://federalistpress.com/u-s-attorney-huber-moving-to-indict-clintons-and-others.php

"Les Who's Who dans les actes d'accusation criminels fédéraux non scellés au 30 novembre 2019" :

Ce qui suit est l'un des nombreux articles de l'Alternative News sur les actes d'accusation criminels qui n'ont jamais été couverts par les médias. 
Il a été publié en février 2019 : "Obama, Clinton, Comey, Clapper, Brennan, Lynch, McCabe croient accusés de trahison" :

Par Judy Byington, publié le 1er janvier 2020 dans Before It's News :
Partagé par :
https://operationdisclosure1.blogspot.com/2020/01/who-is-in-144000-sealed-indictments.html

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.