lundi 23 décembre 2019

+23/12 - PROCÈS POPULAIRE DE MILAN J-2. 
RENDEZ-VOUS LE 25 DÉCEMBRE À 17H. 



Manifestation de la RATP très musclée aujourd'hui à Paris. Nos tyrans savent qu'ils ont perdu et lâchent leurs chiens de gardes contre le Peuple. Panique des personnes qui se trouvaient la en transit pour aller passer les fêtes en famille.
-----------------------------------------------
Procès de Milan J-2. Rendez-vous le 25 décembre à 17h
-----------------------------------------------
Le magnifique texte extrait du film '"Le dictateur"* de Charlie Chaplin qui nous interpellait depuis pas mal de temps :
Je suis désolé, mais je ne veux pas être empereur, ce n’est pas mon affaire. Je ne veux ni conquérir, ni diriger personne. Je voudrais aider tout le monde dans la mesure du possible, juifs, chrétiens, païens, blancs et noirs. Nous voudrions tous nous aider, les êtres humains sont ainsi. Nous voulons donner le bonheur à notre prochain, pas le malheur. Nous ne voulons ni haïr ni humilier personne. Dans ce monde, chacun de nous a sa place et notre terre est bien assez riche pour nourrir tout le monde. Nous pourrions tous avoir une belle vie libre mais nous avons perdu le chemin.
L’avidité a empoisonné l’esprit des hommes, a barricadé le monde avec la haine, nous a fait sombrer dans la misère et les effusions de sang. Nous avons développé la vitesse pour finir enfermés. Les machines qui nous apportent l’abondance nous laissent néanmoins insatisfaits. Notre savoir nous a rendu cyniques, notre intelligence inhumains. Nous pensons beaucoup trop et ne ressentons pas assez. Etant trop mécanisés, nous manquons d’humanité. Etant trop cultivés, nous manquons de tendresse et de gentillesse. Sans ces qualités, la vie n’est plus que violence et tout est perdu. Les avions, la radio nous ont rapprochés les uns des autres, ces inventions ne trouveront leur vrai sens que dans la bonté de l’être humain, que dans la fraternité, l’amitié et l’unité de tous les hommes.
En ce moment même, ma voix atteint des millions de gens à travers le monde, des millions d’hommes, de femmes, d’enfants désespérés, victimes d’un système qui torture les faibles et emprisonne des innocents.

Je dis à tous ceux qui m’entendent : Ne désespérez pas ! Le malheur qui est sur nous n’est que le produit éphémère de l’avidité, de l’amertume de ceux qui ont peur des progrès qu’accomplit l’Humanité. Mais la haine finira par disparaître et les dictateurs mourront, et le pouvoir qu’ils avaient pris aux peuples va retourner aux peuples. Et tant que les hommes mourront, la liberté ne pourra périr. Soldats, ne vous donnez pas à ces brutes, ceux qui vous méprisent et font de vous des esclaves, enrégimentent votre vie et vous disent ce qu’il faut faire, penser et ressentir, qui vous dirigent, vous manœuvrent, se servent de vous comme chair à canons et vous traitent comme du bétail. Ne donnez pas votre vie à ces êtres inhumains, ces hommes-machines avec des cerveaux-machines et des cœurs-machines. Vous n’êtes pas des machines ! Vous n’êtes pas des esclaves ! Vous êtes des hommes, des hommes avec tout l’amour du monde dans le cœur. Vous n’avez pas de haine, seuls ceux qui manquent d’amour et les inhumains haïssent. Soldats ! ne vous battez pas pour l’esclavage, mais pour la liberté !
Il est écrit dans l’Évangile selon Saint Luc « Le Royaume de Dieu est au dedans de l’homme », pas dans un seul homme ni dans un groupe, mais dans tous les hommes, en vous, vous le peuple qui avez le pouvoir : le pouvoir de créer les machines, le pouvoir de créer le bonheur. Vous, le peuple, en avez le pouvoir : le pouvoir de rendre la vie belle et libre, le pouvoir de faire de cette vie une merveilleuse aventure. Alors au nom même de la Démocratie, utilisons ce pouvoir. Il faut nous unir, il faut nous battre pour un monde nouveau, décent et humain qui donnera à chacun l’occasion de travailler, qui apportera un avenir à la jeunesse et à la vieillesse la sécurité. Ces brutes vous ont promis toutes ces choses pour que vous leur donniez le pouvoir - ils mentent. Ils ne tiennent pas leurs promesses - jamais ils ne le feront. Les dictateurs s’affranchissent en prenant le pouvoir mais réduisent en esclavage le peuple. Alors, battons-nous pour accomplir cette promesse ! Il faut nous battre pour libérer le monde, pour abolir les frontières et les barrières raciales, pour en finir avec l’avidité, la haine et l’intolérance. Il faut nous battre pour construire un monde de raison, un monde où la science et le progrès mèneront vers le bonheur de tous. Soldats, au nom de la Démocratie, unissons-nous !
Hannah, est-ce que tu m’entends ? Où que tu sois, lève les yeux ! Lève les yeux, Hannah ! Les nuages se dissipent ! Le soleil perce ! Nous émergeons des ténèbres pour trouver la lumière ! Nous pénétrons dans un monde nouveau, un monde meilleur, où les hommes domineront leur cupidité, leur haine et leur brutalité. Lève les yeux, Hannah ! L’âme de l’homme a reçu des ailes et enfin elle commence à voler. Elle vole vers l’arc-en-ciel, vers la lumière de l’espoir. Lève les yeux, Hannah ! Lève les yeux !
--------------------------------------------
*Le Dictateur est le premier film parlant de Charles Chaplin. Chaplin interprète à la fois un modeste petit barbier juif qui vit dans le ghetto, et Hynkel, le dictateur chef d’état de la Tomania.
Dans son autobiographie, Chaplin dit avoir déclaré : “On n’a pas besoin d’être juif pour être anti-nazi. Il suffit d’être un être humain normal et décent.”
Chaplin et Hitler sont nés à moins d’une semaine d’intervalle. “Il y avait quelque chose d’étrange dans la ressemblance entre le Petit Vagabond et Adolf Hitler, représentant chacun les pôles opposés de l’humanité” écrit David Robinson, le biographe de Chaplin, citant “The Spectator”, daté du 21 Avril 1939 : “Ironie de la Destinée, voici cinquante ans cette semaine, Charles Chaplin et Adolf Hitler venaient au monde à moins de quatre jours l’un de l’autre… Chacun à sa manière a exprimé les idées, les sentiments, les aspirations de millions de citoyens qui, tirant le diable par la queue, se trouvent broyés entre les meules supérieures et inférieures de la société. (…) Chacun est le reflet de la même réalité – les difficultés d’un “petit homme” dans la société moderne. Chacun est un miroir déformant, l’un pour le bien, l’autre pour le mal absolu.”
Chaplin consacra plusieurs mois à préparer et réécrire le discours de la fin du film où le barbier, qui a été pris pour Hynkel, lance un appel à la paix. Beaucoup de personnes critiquèrent le discours et le jugèrent superflu. D’autres le trouvèrent inspiré. Les propos de Chaplin restent hélas toujours d’actualité aujourd’hui, comme ils l’étaient en 1940.
-----------------------------------------------------------
Voilà de quoi ce procès va nous délivrer, entre autres.
Une vraie historienne et une femme de cœur nous parle de la pédophile, le cancer de ce monde.
-----------------------------------------------
Marion Sigaut - Sur l'horreur des Droits de l'enfant.
-----------------------------------------------
Tout est à lire chez elle, spécialement la vérité sur la révolution et sur le bon roi Louis XVI.


LA GJ MARION SIGAUT EXPLIQUE POURQUOI LES GILETS JAUNES NE DOIVENT PAS FAIRE RÉFÉRENCE À LA RÉVOLUTION.

SEXUALISATION FORCÉE DÈS LE PRIMAIRE

J'ACCUSE L'ÉDUCATION NATIONALE. =
https://vol370.blogspot.com/2018/03/2603-jaccuse-leducation-nationale.html

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire