dimanche 22 décembre 2019

23/12 - LES USA : UNE UNION, UNE FÉDÉRATION
ET UNE CONFÉDÉRATION. 
UNE VISITE À LA MAISON DE GRAND-MÈRE. 

Par Anna Maria Riezinger, le 11 décembre 2019
Imaginez-vous que vous vous rendez à la Maison de Grand-mère cet après-midi. Vous allez la trouver enveloppée dans sa couverture afghane assise dans son fauteuil préféré, en train de siroter une tasse de thé. Le soleil de fin d’après-midi imprègne toute la pièce d’une couleur de miel et sa maison est empreinte de la paix de la nature elle-même. Elle lève son regard vers vous et vous sourit, puis vous dit : «Je dois vous dire quelque chose, avant que je n’oublie. Prenez une tasse et asseyez-vous …»
Et c’est ce que vous faites, et elle commence …
«Au cours de la Guerre d’Indépendance, trois différents instruments de gouvernement en vinrent à exister. 
Tout s’est développé à partir de ces trois (3) structures d’entités sans personnalité juridique (morale) qui ont été – toutes les trois – créées par la Second Congrès Continental.
La plupart de l’histoire que nous apprenons à l’école ne concerne qu’une seule de ces trois structures – les Etats d’Amérique. La raison en est que le Gouvernement Fédéral s’est développé principalement à partir des Etats d’Amérique».
Elle fait une pause et vous remet une petite carte sur laquelle est imprimée l’Histoire Officielle, et reprend son récit.

Histoire officielle : 
Le Premier Congrès Continental s’est réuni du 5 septembre au 26 octobre 1774, à la suite d’un appel en faveur d’un congrès général de la part du Rhode Island (17 mai), de la Pennsylvanie (21 mai), de New York (23 mai), et du Massachusetts (17 juin).
Le Second Congrès Continental s’est réuni le 10 mai 1775, selon une résolution du Premier Congrès Continental du 22 octobre 1774 ; devenant ainsi le Congrès de la Confédération (« Les Etats Unis réunis en Congrès ») le 2 mars 1781, à la suite de la ratification des Articles de la Confédération le 1er mars 1781. Congrès de la Confédération remplacé par le Gouvernement Fédéral le 4 mars 1789.
L’Union s’est arrogée la juridiction du sol – c’est-à-dire la juridiction nationale de ces Etats Unis.
Les Etats Unis d’Amérique ont pris en charge la juridiction internationale.
Et les Etats d’Amérique ont pris en charge les affaires commerciales.

Voici « l’ordinogramme » de ce qui est arrivé aux Etats d’Amérique. 
Cependant …
L’Union et Les Etats Unis d’Amérique n’avaient pas disparu. 
Ils opèrent dans des juridictions distinctes, et à l’exception d’un petit chevauchement, ils n’opèrent pas du tout dans la sphère du Gouvernement Fédéral. 
L’Union et Les Etats Unis d’Amérique nous concernent particulièrement, et ils existent en-dehors de la structure du Gouvernement Fédéral. C’est ce que la plupart des gens ne comprennent pas. 

Trois parties – une Union, une Fédération et une Confédération. 
- L’Union et la Fédération sont naturellement séparées de la Confédération. 
Pourquoi ? En raison de la nature de leurs membres. 
L’Union est constituée de familles d’agriculteurs et de communautés qui vivent et respirent et ont une consistance, des terres et des plantations, des entrepôts et des parcs. Elle est physique, n’a pas de personnalité juridique et est souveraine. L’Union est peuplée de personnes vivantes. 
- La Fédération est constituée d’Etats qui ont défini des frontières physiques sur lesquelles ils se sont mis d’accord, une population de personnes vivantes appelées « Citoyens de l’Etat » et une population de gens qui sont au service du Gouvernement de l’Etat. Lorsqu’ils remplissent une fonction, dans l’accomplissement de leurs tâches, ils opèrent en capacité de « Personnes légitimes » appartenant au « Peuple » de cet Etat. 
- La Confédération est constituée d’entreprises commerciales appelées « Etats d’Etats » - des entités ayant une personnalité morale qui n’existent que sur le papier, et qui dirigent les affaires commerciales pour le compte de nos Etats. Ces Etats d’Etats et les gens qui travaillent pour leur compte, mènent leurs affaires en tant que Personnes juridiques. 

Donc vous pouvez constater qu’aussi bien l’Union que Les Etats Unis d’Amérique – la Fédération – s’occupent du monde physique, de communautés constituées de gens, les Etats ont des frontières physiques, alors que la Confédération s’occupe de transactions et de relations commerciales, est constituée de Personnes morales, et de choses qui n’existent que sur le papier – de diverses sortes de sociétés. 

Lorsqu’un Congrès Continental est réuni, comme il est probable au cours de votre existence, chaque Etat enverra une Délégation de Députés de l’Etat qui sont des Représentants Fiduciaires de cet Etat de l’Union. 
Ils devront agir en Bon Père de Famille en prenant des décisions financières et autres pour leur Etat et pris ensemble, pour le pays dans sa totalité. 
Le Congrès Continental est l’instrument le plus puissant du Gouvernement Américain et il est composé entièrement de Personnes légitimes, connues sur le nom « Peuple », poursuivant des activités en votre nom, la population vivante et respirante de chaque Etat. 
Mais je vous ai montré dans ce petit feuillet de l’Histoire Officielle, qu’il y avait également d’autres sortes de Congrès. 
Il y figurait le Congrès de la Confédération qui est devenu le Congrès Fédéral, et le Congrès de la Fédération connu sous le nom de Les Etats Unis d’Amérique réunis en Congrès, et le Congrès de l’Union, connu sous le nom de Le Congrès des Etats Unis, etc. 
Il faut toujours écrire le tout, pour que cela reste clair, mais vous pouvez être sûr de la chose suivante : le Congrès Continental est votre Congrès. C’est le Congrès qui est au service direct des gens de ce pays. Il s’est réuni la dernière fois le 1er mars 1781. 

Les États Unis d’Amérique réunis en Congrès conduisent les affaires pour vos Etats de l’Union et il s’est réuni sporadiquement, pour la dernière fois en 1965. Tous les autres « Congrès » que vous pouvez nommer ou dont vous lisez les références imprimées sont des émanations du Congrès Fédéral – qui est une toute autre bestiole. 

Notez bien que les divers « Congrès » qui se tiennent en session permanente à Washington D.C., ne sont pas à votre service et je doute même qu’ils soient au service des Etats de l’Union d’une manière légitime. Ils ont oublié pour qui ils travaillent et n’existent que pour se faire de l’argent. 

Le Congrès Fédéral représente les Etats des Etats, c’est-à-dire des entreprises commerciales, et dans le monde d’aujourd’hui, ce sont des entreprises qui ont été dotées de la personnalité morale par des gouvernements étrangers. Ce ne sont même pas nos propres Etats d’Etats. Ces organisations sont des Personnes morales et elles sont dirigées par des Personnes morales – ce qui signifie qu’elles ont été créées sur le papier, par des chartes et des statuts sociaux et des brevets. Ils n’ont pas d’autrement base physique d’existence – pas de frontières, pas d’arbres, pas d’habitants, pas de visages, pas de sentiments, pas d’obligations non plus. 

C’est pourquoi on les appelle des « états embryonnaires » ou en clair des « Etats Confédérés ». 

Toute cette confusion (oui, une tromperie délibérée) fondée sur des noms similaires, s’est développée au cours de deux siècles, et elle n’a fait qu’empirer avec l’adoption des Constitutions de 1787, 1789 et 1790 ». 

Grand-mère s’adosse à son fauteuil, semblant vaguement soulagée de s’être débarrassée de son fardeau, mais son thé a refroidi et elle s’en ressert, cligne des yeux et dit : « Venez descendre au rez-de-chaussée. Nous allons nous installer auprès du feu. Je vais vous servir quelque nachos – qu’en pensez-vous ? »

Elle plie sa couverture, pousse un soupir, et se dirige d’un pas incertain vers l’escalier. 

Donc vous la suivez au rez-de-chaussée et elle tisonne les bûches de la cheminée et vous vous installez dans un fauteuil en attendant qu’elle revienne de la cuisine. Vous vous sentez déjà comme si votre tête allait exploser. 

Elle ne tarde pas à réapparaître avec votre plat favori de nachos et quelques boissons fraîches et se met à nouveau à l’aise, en fixant le feu pendant quelques instants avant de tourner sa tête, droit vers vous. 

 « Ce n’est pas facile à entendre ou à comprendre, je le sais, mais vous devez le savoir et je compte sur vous. C’est votre pays. Le vôtre, et aussi longtemps que je vivrai, le mien. Donc vous devez apprendre ». 

Elle se retourne vers le feu et vous pouvez voir son profil éclairé par le feu de cheminée. Les nachos aident. Vous commencez à sentir que vous pouvez réfléchir à nouveau, juste au moment où elle recommence à parler. 

La Confédération des Etats d’Amérique
 « Donc, nous avons trois entités distinctes, une Union, une Fédération et une Confédération appelée les Etats d’Amérique, qui était un des trois « instruments » originaux de gouvernement établis par le Second Congrès Continental. Et nous allons nous concentrer sur ce dernier, la Confédération, parce c’est là où les problèmes ont commencé. 

Chaque État a enregistré une société commerciale « d’état d’état » qui était membre de la Confédération des Etats d’Amérique. Par exemple la Géorgie a déposé la charte de L’Etat de Géorgie, qui a ensuite fonctionné comme une entité séparée et en tant que membre de la Confédération des Etats d’Amérique agissant pour le compte de la Géorgie. 

Vous voyez comment cela fonctionne ? Vous avez votre Etat qui fait du commerce international, et votre Etat créé un « Etat d’Etat » qui dirige vos affaires commerciales. 

Le commerce, ce sont des affaires menées entre deux personnes morales. Votre Etat de l’Union n’est pas une « personne morale », donc il a dû enregistrer un Etat d’Etat pour conduire ce genre d’affaires. 

Veuillez noter : 
[Les États d’États qui appartiennent aux Américains et à nos Etats de l’Union comprennent tous « Le ou L’ » dans leurs noms propres : L’Etat de Géorgie, L’Etat du Massachusetts … 
Ce fait prendra son importance par la suite, donc rappelez-vous-en. Il existe des Doubles Territoriaux Britanniques qui agissent sous le nom de « l’ » Etat de Géorgie et des Doubles Romains-Papaux Municipaux qui agissent sous le nom de « l’ » ETAT DE GEORGIE, avec lesquels il faudra compter.]

« La Confédération des Etats d’Amérique s’est vue dotée de devoirs spécifiques et fonctionnait dans le domaine mondial du commerce. Elle était destinée à agir au bénéfice de tous les membres des Etats d’Etats. 

Cependant …
A l’issue de la Convention Constitutionnelle, certains des devoirs et pouvoirs originaux de la Confédération des Etats d’Amérique et de la Fédération des Etats Unis d’Amérique n’ont pas tardé à être tous deux partagés avec le Roi George* et le Pape**. 
* George III (né George William Frederick, 4 juin 17382 - 29 janvier 1820) fut roi de Grande-Bretagne et roi d'Irlande à partir du 25 octobre 1760 jusqu'à l'union des deux pays le 1er janvier 1801 (la Grande-Bretagne étant déjà créée par l'union de mai 1707) ; il devint alors roi du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande. Il fut également prince-électeur de Hanovre au sein du Saint-Empire romain germanique puis roi de Hanovre à partir du 12 octobre 1814. George III était le troisième monarque de la maison de Hanovre mais à la différence de ses deux prédécesseurs, il était né en Grande-Bretagne et sa langue maternelle était l'anglais. Au début de son règne, la Grande-Bretagne, à l'issue de la guerre de Sept Ans (1756-1763), devint la puissance dominante en Amérique du Nord et en Inde. Puis, un rééquilibrage des puissances eut lieu après la guerre d'indépendance américaine, qui vit les colonies américaines entrer en révolution et acquérir leur autonomie en 1783. La suite de son règne fut marqué à partir de 1793 par des guerres successives contre la France révolutionnaire et napoléonienne qui se terminèrent par la défaite de Napoléon Ier en 1815. Vers la fin de sa vie, George III souffrit d'une aliénation mentale récurrente puis permanente. Ses médecins ignoraient la cause de la maladie et furent incapables d'aider le souverain ; on considère aujourd'hui qu'il souffrait d'une maladie du sang appelée porphyrie. Wikipédia

** Giannangelo, comte Braschi ou Giovanni Angelico Braschi à sa naissance, Jean Ange Braschy pour l'état civil français1, né le 25 décembre 1717 à Cesena (Romagne) et mort le 29 août 1799 à Valence (France), est le 250e pape de l'Église catholique, sous le nom de Pie VI (nom latin : Pius VI ; nom italien : Pio VI) du 15 février 1775 à sa mort. Wikipédia

La Convention Constitutionnelle
Dix-neuf « Pouvoirs » spécifiques et dûment énumérés furent « délégués » au total. 

La délégation fut effectuée par le Peuple des Etats Unis – à savoir les Citoyens d’Etat des Etats respectifs de l’Union agissant selon et par l’intermédiaire de Les Etats Unis d’Amérique. 

Les États membres avaient enregistré tous les Etats d’Etats qui étaient membres de la Confédération, si bien que les Etats devaient effectuer la délégation des « Pouvoirs » - certains de leurs propres Pouvoirs et également certains des Pouvoirs qui étaient à l’origine assignés aux Etats d’Amérique, furent cédés au cours du processus. 

Une usurpation de Pouvoirs octroyés à l’origine à la fois à la Fédération et à la Confédération a été actée par ces nouveaux accords de partage de pouvoir appelés « Constitutions ». 

Les constitutions sont des reconnaissances de dette, stipulant qui fait quoi, et qui paie qui pour quels services, et dans ce cas, elles constituent à la fois la mise en œuvre de traités internationaux et de contrats de prestation de services. 

Grand-mère fait une pause pour boire un coup et s’adosser à son fauteuil, en mâchant pensivement un flocon de maïs dégoulinant de fromage, fait un sourire ironique et hoche la tête vers vous. 

« Il est étonnant », dit-elle, « qu’ils s’en soient tirés sans vous apprendre – par exemple que trois (3) Constitutions ont été établies, une pour chacun des Sous-traitants pour Les Etats Unis d’Amérique :

(1) Issus de la Convention Constitutionnelle, les Etats d’Amérique devaient continuer à fonctionner et à accomplir le gros du travail en vertu des dispositions de la Constitution des états unis d’Amérique [1787].

(2) Les Britanniques devaient diriger notre Gouvernement Territorial sous une autre variante de notre nom — « les » Etats Unis d’Amérique — donc leur Constitution s’appelle : La Constitution des Etats Unis d’Amérique [1789].

(3) Le Gouvernement Municipal du Pape devait fonctionner sous une autre variante de notre nom : « les » Etats Unis, donc leur Constitution s’appelle : La Constitution des Etats Unis [1790].

Par conséquent, le « Gouvernement Fédéral » a été constitué de trois Sous-traitants, un Américain, deux étrangers, tous étant redevables et devant allégeance à Les Etats Unis d’Amérique – notre Fédération d’Etats qui n’est pas une personne morale. 

Voici ce que sont les trois branches du Gouvernement Fédéral, non cette m… qu’ils vous enseignent à l’école sur « les branches exécutive, législative et judiciaire » - qui ne sont des branches de rien. 

Il s’agit de fonctions exercées par tous ces Sous-traitants. 

Donc nous avions, par exemple, les Tribunaux Fédéraux, qui fonctionnaient sous l’égide des Etats d’Amérique. 

Nous avions les Tribunaux Territoriaux, fonctionnant sous l’égide du Gouvernement Territorial Britannique. 
Nous avions les Tribunaux Municipaux, sous l’égide du Gouvernement Municipal Papal-Romain. 

La Fédération d’Etats des Etats Unis d’Amérique 
Sous-traitants du Gouvernement Fédéral :
- La Confédération des Etats d’Amérique (Américaine)
- États Unis d’Amérique (Britannique)
- États-Unis (Papal-Romain Municipal)



La Guerre de Sécession
Et maintenant cela devient intéressant – la Confédération des Etats d’Amérique a continué à fonctionner comme une « branche » du nouveau Gouvernement Fédéral de 1787 à 1860, lorsqu’elle a été scindée en deux – le Nord et le Sud. Les anciens membres du Sud constituèrent les Etats Confédérés d’Amérique. 

Un amer conflit commercial mercenaire présenté comme une « guerre civile » éclata, les Etats d’Amérique restants de la Confédération de l’Amérique (le Nord) s’opposant directement aux Etats Confédérés d’Amérique (le Sud). 

Les Sous-traitants Britanniques se rangèrent aux côtés de la Confédération du Nord et les Sous-traitants Romains-Papaux se rangeant aux côtés du Sud. 

Veuillez noter
Rien de tout cela n’impliquait directement Les Etats Unis d’Amérique ni Les Etats Unis, comme on appelait alors l’Union, à part que nous et nos Etats avons subi énormément de dégâts en raison des mauvaises décisions et du comportement de ces Sous-traitants. 

Nous aurions dû les virer tous et exiger que l’on mette tous les autres sujets Principaux des Constitutions sur la table, mais dans la confusion générale et les pertes en vies humaines provoquées par la Guerre de Sécession Américaine (récemment réévaluées à 750 000 morts, soit plus que dans tous les autres conflits réunis), la Grande Armée de la République (GAR) a pris le pouvoir … et s’est transformée en Armée des Etats Unis …

Depuis lors, nous avons vécu sous une protectorat militaire mixte, dans l’attente de la « Reconstruction » des Etats d’Amérique. 

En bref, la situation était la suivante : 
A la fin des hostilités, le Sud était « ruiné » et la Confédération Nordiste était en faillite – et l’a été depuis 1863 – donc endettée auprès de créanciers étrangers. 

Le Président Lincoln, agissant en qualité de Commandant en chef, se retourna vers les Généraux de l’Union et promulgua le premier Décret Présidentiel de l’histoire ; qui se traduit par le Lieber Code*, Ordre Général N°100, qui s’est depuis transformé en Conventions de La Haye. 

*Le Lieber Code (également connu sous le nom de Instructions for the Government of Armies of the United States in the Field1, l'Ordre général n°100 ou encore les « Instructions Lieber ») est un acte signé par le président Lincoln le 24 avril 1863 qui codifie l'attitude à adopter de la part des forces de l'Union pendant la guerre de Sécession.
Il a été nommé ainsi en référence au juriste et philosophe politique germano-américain Francis Lieber. Le Lieber Code codifie la loi martiale, la juridiction militaire, le traitement des espions et des traîtres ainsi que des prisonniers de guerre. Il a également influencé les règlements de campagne des troupes allemandes, anglaises, espagnoles, françaises, italiennes, japonaises et russes2. Wikipédia

Chaque Président a depuis agi dans le cadre de la même Fonction, de la même manière, en outrepassant tout gouvernement civil, ainsi que le Gouvernement Civil Municipal. 
On n’a jamais appris aux Américains moyens l’aspect économique des choses et il n’y a jamais eu quelqu’un d’assez compétent et honnête à Washington D.C., pour leur dire la vérité. 

Le Président Lincoln était mort (assassiné).
Le Président Andrew Jackson essaya de respecter son serment envers Les Etats Unis d’Amérique par trois fois en déclarant la paix en public, ne laissant aucun doute sur le fait que nos Etats et le Peuple devaient rester impuissants. 
Les Généraux de l’Armée maintenus au pouvoir, des hommes comme le Général Grant et le Général Sherman, n’avaient aucune expérience de la politique ou des affaires ou même de l’histoire et de la structure de notre gouvernement. 
Les membres restants du Congrès et les nouveaux élus votèrent les « Lois de Reconstruction » destinées à punir le Sud – qui restent en vigueur et qui n’ont jamais été abrogées. Les Sous-traitants étrangers gardèrent le silence. 
Apparemment, chacun a attendu que nous nous décidions à achever le Reconstruction des Etats d’Amérique, mais à l’époque, personne ne nous a dit que ce n’était pas encore fait, et terminé, il y a 150 ans. 
Cette illusion – que la « Reconstruction » était faite et achevée depuis longtemps, a été rendue possible par la substitution de leurs Etats d’Etats Territoriaux à nos Etats d’Etats Américains, en utilisant un simple subterfuge de noms : ils ont remplacé « L’Etat de Géorgie » par « l’ » Etat de Géorgie, et ainsi, le Peuple Américain confiant a pensé que tout était revenu à la normale et que la Reconstruction était achevée, mais non, en fait, la Monarchie Britannique a commis un grossier Abus de Confiance ». 

Grand-mère est une vieille femme résistante, mais vous pouvez constater à de légers changements dans son attitude qu’elle est en colère – sous contrôle, mais tout de même en colère. Elle se penche en avant et met une autre bûche dans le feu, en la frappant avec un tisonnier de fer comme si elle bottait le cul de la Reine Victoria. Et peut-être également l’arrière-train de Benjamin Disraeli*. 

*Benjamin Disraeli, né le 21 décembre 1804 et mort le 19 avril 1881 à Londres, est un homme d'État et écrivain britannique, Premier ministre du Royaume-Uni à deux reprises. Il joue un rôle central dans la création du Parti conservateur moderne dont il formalise la doctrine. Par sa grande influence sur la politique étrangère, il a associé les conservateurs à la gloire et à la puissance de l'Empire britannique. Né dans une famille juive, Benjamin Disraeli est élevé dans la foi anglicane car son père est en conflit avec sa synagogue. Il entame une carrière d'avocat mais se tourne vers la politique dans les années 1830 et est élu à la Chambre des communes comme député de Maidstone en 1837. Il est trois fois chancelier de l'Échiquier et chef de la Chambre des communes au sein des cabinets de Lord Derby dans les années 1850 et 1860. Il développe à cette période une forte rivalité avec le libéral William Ewart Gladstone. Lorsque Derby démissionne pour des raisons de santé en février 1868, Disraeli devient Premier ministre mais perd les élections à la fin de l'année. Il représente alors l'Opposition avant de mener son parti à la victoire en 1874. Il développe une forte amitié avec la reine Victoria qui le fait comte de Beaconsfield en 1876. 
Même si Disraeli est félicité pour ses actions, d'autres événements affectent le soutien à son gouvernement : les guerres en Afghanistan et en Afrique du Sud sont critiquées, et il irrite les agriculteurs britanniques en refusant de rétablir les Corn Laws. Gladstone mène une campagne efficace et le parti libéral remporte les élections de 1880. Auteur de plusieurs romans depuis 1826, Benjamin Disraeli publie sa dernière œuvre, Endymion, peu avant sa mort à l'âge de 76 ans. Wikipédia

« Malheureusement ils sont morts et nul châtiment terrestre ne saurait les atteindre », dit-elle enfin, pour confirmer ce que vous pensiez également. « Mais je suis confiante … oui, je suis confiante qu’ils vont récolter ce qu’ils ont semé, et que les bonnes gens sur Terre seront également récompensées ».  
Attisée comme le feu par l’injustice de tout cela, elle se rend à la cuisine pour en ramener un nouveau plat de nachos. L’escroquerie de tout cela commence à prendre son sens pour vous, mais vous êtres vaguement effrayé qu’elle revienne vous en dire plus. Etrangement, bien que vous soyez jeune et plein de vigueur comparé à elle, vous redoutez ce qu’elle va vous raconter. 
L’énormité et la nature séculaire de l’escroquerie et de la trahison commencent à faire leur chemin dans votre esprit et vous les refusez, mais elles sont là. Mon Dieu, pensez-vous, tout cela dure depuis un siècle et demi ? Aux yeux de tous ?

Pourtant, c’est Grand-mère qui vous le dit. 
Sa langue se casserait si elle essayait de mentir. 
Elle ne tarde pas à revenir, avec un plateau de nachos et de boissons supplémentaires. 
« Cela devra faire office de souper, je suppose », dit-elle, en s’excusant. 
« A part pour le dessert, bien sûr ». 
Vous trempez déjà les nachos dans toutes vos sauces favorites, donc vous ne pouvez pas vous plaindre. Avec un petit pincement de cœur, vous remarquez qu’elle n’est plus aussi jeune qu’elle n’était, légèrement plus ridée et parcheminée que vous n’auriez voulu, et plus aussi assidue à la cuisine qu’auparavant. 
Il vous vient à l’idée, juste en passant, que peut-être elle vous raconte tout cela pour une bonne raison, mais elle sourit et prend son verre en reprenant sa place près du foyer, après avoir attisé le feu et tapé à nouveau sur la « Reine Victoria ». Sa voix commence à être fatiguée lorsqu’elle commence à parler. 

Le Congrès Fédéral
 « Le Congrès, qui semble toujours fonctionner comme le Congrès Fédéral, bien qu’il ne tourne que sur deux cylindres étrangers, a également profité du vide laissé par les Etats d’Amérique « manquants ». 
Depuis lors, notre histoire n’a été qu’une tromperie intéressée de la part de nos Sous-traitants étrangers, une trahison des officiels élus, et des périodes d’alternance où la Reine et le Pape ont tantôt conspiré pour nous dépouiller ou se sont opposés sur le partage du butin – un butin qui nous appartient en totalité en fait, aux Etats et au Peuple agissant sous le nom de Les Etats Unis d’Amérique – du moins de la version qui n’est pas une personne morale de Les Etats Unis d’Amérique. 

Les Entités Enregistrées ont nommé toutes sortes de sociétés d’après nous et nos Etats et notre pays dans leurs tentatives d’accéder et d’abuser de notre crédit et de notre Bonne Réputation.  

Le Gouvernement Territorial Britannique de la Reine qui a été à l’origine limité au fonctionnement de notre Marine de Guerre et au Commerce Maritime sous fidéicommis des Hautes Mers et Voies Navigables Intérieures, et à la gestion des Etats, Possessions et Territoires Insulaires, a fini par s’immiscer dans le reste de nos opérations militaires et monétaires, commerciales, de propriété industrielle et de politique étrangère. 

Ils procèdent à un racket systématique de la monnaie et des actifs Américains par des prélèvements, taxes, licences, droits d’enregistrements détournés, droits de douane, impôts indirects, hypothèques sur les emprunts, en prétendant que nous sommes cosignataires sans connaissance ou consentement, en hypothéquant nos terres, nos logements, et nos entreprises également sans notre connaissance ou notre consentement, en manipulant nos institutions bancaires et notre monnaie, en prenant en otage les nouveau-nés Américains sous le Faux Prétexte qu’ils sont des Citoyens Territoriaux Britanniques, et sans oublier leur Service d’Impôt sur le Revenu et leurs prétentions spécieuses que nous sommes tous « volontaires » pour agir en tant « qu’Agents Payeurs » -  ce qui est le nom donné aux adjudants dans la Marine Marchande Britannique. 

Ils nous blousent également par leurs politiques commerciales et leurs commissions versées à leurs partenaires commerciaux qui nous font du tort et les enrichissent eux. Ils s’emparent de nos ressources naturelles en substituant leurs « Etats d’Etats » Territoriaux (par exemple, « l’ » Etat de Wisconsin à L’Etat de Wisconsin (Etat d’Etat Américain) que nous possédons. Ils ont illégalement établi la conscription et incité nos jeunes hommes à s’engager par l’intermédiaire du Service de Recrutement dans de nombreuses guerres qu’aucun Congrès compétent et autorisé n’a jamais déclarées. 

Le Gouvernement Municipal du Pape, également appelé le Gouvernement Civil, a usurpé le fonctionnement de notre service postal, des entrepôts de douane, du bureau des brevets et des marques, des garanties, actions, obligations et ce que nous croyons être l’Administration Fédérale et les Services Fédéraux. 

Ils utilisent les mêmes subterfuges que les Britanniques pour tromper et escroquer les Américains et leurs actifs et ont leur propre « IRS » (Service de l’Impôt sur le Revenu) qui prétend que toutes nos donations » sont des « dons » et des impôts. Ils ont également leurs propres ETATS D’ETATS Municipaux qui agissent comme, par exemple, l’ETAT D’IDAHO, écrit en lettres capitales. 

Tout juste. Des dons et des impôts fonciers. C’est ainsi qu’ils encaissent les Impôts sur le Revenu Municipaux. 

Bon, maintenant vous savez ce qui se passe « réellement » à Washington D.C. – nous nous sommes enfin éveillés, juste à temps, alors que ces pirates s’apprêtaient à déclencher une nouvelle Guerre Civile sur notre territoire et l’utiliser comme prétexte pour tuer autant d’entre nous que possible. 

Ils pensaient qu’il serait plus facile de nous tuer par cargaisons entières que de nous payer. 

Heureusement, les Militaires, malgré leurs nombreux méfaits, sont demeurés loyaux – et avec de nombreux autres pays qui s’éveillent aux mêmes situations néfastes, les Nations Unies ne sont pas en état de discuter. 

Il est révélé au monde entier que les Gouvernements de la Reine et le Pape sont des syndicats du crime ; que tous deux ont spolié les gens confiants et fidèles de ce pays. Aussi bien les Monarques Britanniques que les Papes ont trahi et abusé de la confiance sacrée placée en eux et dans leurs gouvernements, et ils l’ont fait pendant six générations. 

Et maintenant … 
Qu’allons-nous y faire ? »
Il y a un long, long silence, pendant que Grand-mère fixe le feu du regard. Vous espérez qu’elle a une réponse, parce que vous n’en avez pas. Vous fixez vous-aussi, le regard dans le vide et vous avez l’air accablé quand elle darde son regard sur vous. 

« Ne vous en faites pas trop », dit Grand-mère. « Ils gagnent de l’argent en conservant une bonne réputation. La dernière chose qu’ils veulent est que le reste du monde découvre tout cela, et constate comment ils ont maltraité leurs amis et alliés, les Américains crédules. Constater ce qu’ils nous ont infligé sera une leçon pour tout le reste du monde. Personne ne va plus les respecter ou leur faire confiance ou faire des affaires avec eux. S’ils ne se repentent pas, ils seront rejetés, et ils l’auront mérité ». 

Elle est fatiguée. On peut le voir, mais elle a encore de la fougue. Si gentiment furieuse. Elle bouillonne comme une petite théière prête à déborder. Elle chasse toute pensée d’eux d’un petit revers de la main, renifle et reprend à nouveau. 

La Restauration 
 « Les Etats actuels ne se sont plus réunis pour travailler depuis la Guerre de Sécession. Nous devons évidemment réunir nos Etats afin de reconstruire nos Etats d’Etats et restaurer les Etats d’Amérique dans leurs pleines fonctions. 
En conséquence, nous sommes entrés dans nos bureaux historiques dont nous avons hérité, et appelé les Etats à se réunir et plus de quarante d’entre eux ont répondu jusqu’ici. 
Cependant, il y a un léger hic … 
La Grande Escroquerie et l’Abus de Confiance
Les auteurs de cette déplorable situation ont fait de leur mieux pour nous « cacher dans leurs papiers » et pour prétendre que nous n’existions pas ; ils ont orchestré une campagne immorale et illégale interdite à la fois par les Conventions de Genève et de La Haye, pour convertir notre population et nos actifs en falsifiant et en modifiant notre statut politique naturel et notre affiliation en tant qu’Américains. 
Ce « génocide sur papier » commence dès la naissance, avec le faux « enregistrement » des bébés Américains en tant qu’actifs sociaux et que « personnes morales » agissant en tant que « Citoyens des Etats Unis ». 
S’ensuit le rattachement et la vente des contrats de travail de ces « Citoyens des Etats Unis » fictifs au Pape et la remise aux mains de ce Gouvernement Municipal des nombreuses sociétés opérant en nos noms en tant que récipiendaires de dette. 

Ainsi, aussi bien le Gouvernement Territorial Britannique que le Gouvernement Municipal Papal ont-ils conspiré pour usurper délibérément les identités et les actifs de millions d’Américains, et pour falsifier leur véritable statut politique en tant qu’Américains. Et ce n’est pas surprenant étant donné que la Reine agit en qualité de Superviseur de la propriété du Commonwealth pour le compte du Pape, et que les Etats Unis Territoriaux Britanniques sont un Commonwealth. Ils agissent littéralement en collusion. 

En d’autres termes, le Pape est responsable à la fois directement et indirectement. Il contrôle directement le Sous-traitant du Gouvernement Municipal, et indirectement le Sous-traitant du Gouvernement Territorial, par l’intermédiaire de la Reine. 
Tout revient dans son giron comme un chien mouillé, et même s’il peut essayer de prétendre que tout cela relève à présent des Nations Unies, il n’en possède pas moins tous les membres des « sociétés de service gouvernementales » en tant qu’actionnaire majoritaire de la Société des Nations Unies. 
Donc – c’est à nouveau de sa faute. S’il essaie de déclencher une Guerre Civile chez nous, il est obligé de se battre contre lui-même. 

Cette Grande Escroquerie et cet Abus de Confiance perpétrés contre chacun de nous individuellement, cette usurpation délibérée et intéressée de notre statut politique dès l’enfance, doivent être considérés comme un obstacle supplémentaire. 
Cela signifie que nous devons déclarer individuellement notre statut politique et l’enregistrer – avant que nous puissions agir en notre capacité de Nationaux d’Etat Américains, et avant que nous puissions accepter notre responsabilité de Citoyens d’Etat Américain. 
En tant que Citoyens d’Etat, nous avons le même statut politique et la même position que nos ancêtres. Nous pouvons à nouveau agir en tant que « Nous, le Peuple » et nous pouvons faire fonctionner nos Assemblées d’Etat et réenregistrer la charte de nos organisations commerciales d’Etat d’État. 
Nous pouvons achever la Reconstruction et restaurer notre gouvernement légitime. Nous pouvons restaurer le gouvernement légitime, mais seulement en nous éveillant et en faisant l’effort de nous gouverner nous-mêmes. 
Nous devons nous éduquer nous-mêmes et nos enfants et le reste du monde. Et ne plus nous contenter d’observer les choses du banc de touche en nous laissant divertir et abêtir. 

Il est temps de se lever et de s’engager – au niveau mondial ; ce même mal a contaminé virtuellement chaque pays sur Terre et sapé chaque gouvernement national. 
Nous allons devoir virer les escrocs de nos gouvernements, de nos églises et de toutes nos institutions et entreprises, en particulier des banques et des courtages de valeurs mobilières sans plus attendre. 
Donc – vous devez (1) déclarer et enregister votre propre statut politique en tant que Citoyen d’un Etat Américain ; (2) le notifier au Secrétaire d’Etat des Etats Unis ; (3) rejoindre votre Assemblée d’Etat ; (4) entamer le processus d’autogouvernance et exercer vos garanties et vos droits. 
Et c’est ce que nous allons tous devoir faire. 
Réunir nos États de l’Union, et révéler ces criminels pour ce qu’ils sont. Nous devons montrer à ces sous-traitants malhonnêtes de quel bois nous sommes faits, une fois que nous aurons tous compris le jeu qu’ils ont joué à nos dépens et la manière dont ils ont abusé de nous, alors que nous les considérions comme des amis et Alliés et que nous avons mené des guerres pour eux et versé notre sang pour eux. 

Grand-mère devient silencieuse et se contracte comme un poing. Puis, sans mot dire elle se saisit des plats et s’en va dans la cuisine, la tête haute. Elle a cette attitude, parfois, où elle semble avoir une tige dans le dos. 
Son vieux Labrador jaune commence la soirée, couché à plat sur le sol à côté d’elle, mais c’est devenu trop chaud pour lui. A présent, dans l’espoir d’avoir des friandises, il se lève et la suit dans la lumière chaude qui remplit le passage vers la cuisine. 
Tout est si familier. La voix de Grand-mère, le bon vieux chien, l’obscurité dorée de sa salle de séjour la nuit, l’odeur de bonne nourriture, le tintement des tasses et des cuillers. Vous savez qu’elle fait le chocolat chaud à l’ancienne, en le remuant dans un pot dans la cheminée. 
Vous ne vous attendiez certainement pas à ces nouvelles surprenantes en cette heure tardive, mais vous vous sentez étrangement heureux, comme si enfin des pièces disparates s’assemblaient. C’est comme avoir le diagnostic d’une maladie. C’est un des noms qu’on peut lui donner. Et un remède également. Et pas de statut de limitation de l’Escroquerie. 
Le chien, ayant reçu ses friandises, revient dans le séjour pour recueillir vos caresses, et vous êtes assis là ensemble, à l’aise et en silence, en attendant qu’elle sorte de la cuisine, avec les tasses de chocolat chaud à la main. 
Mais quand elle apparaît, ce n’est pas juste avec du chocolat chaud. Elle a apporté des tranches de votre gâteau favori, un quatre-quarts marbré au chocolat. Savait-elle que vous alliez venir ? Attendait-elle, prête à vous offrir un gâteau ? Vous soupirez. Vous jetez un regard calculateur à Grand-mère. 
Après tout, il y a un peu de son sang qui coule dans vos veines. Et vous n’êtes pas né d’hier. Cela ressemble à une improbable coïncidence, faire une visite impromptue et boum ! Un marbré au chocolat. 

La vie est dure. 
« Vous êtes pâle », dit-elle. « Mangez tout. Dieu sait que je ne vous ai pas donné grand-chose à dîner … »
« Saviez-vous que j’allais venir vous voir aujourd’hui ? »
« Non ». 
« Saviez-vous que vous alliez me raconter tout cela aujourd’hui ? »
« Pas du tout ». 
« Y a-t-il une raison ? Je veux dire, pourquoi maintenant ? J’ai vécu toute ma vie sans rien savoir de tout cela … »
« Mangez votre gâteau », glousse-t-elle ; ayant causé les dégâts, elle administre le remède. 

Différents types de bandages, du sparadrap, et de la crème de beauté, vont, en général, régler presque tous les problèmes. Le reste succombera à du chocolat chaud et du quatre-quarts. 
La tête vous tourne lentement. Déclarer votre statut politique. L’enregister. En notifier le Secrétaire d’Etat. En notifier le monde, etc. Le dire au Pape. Le dire à la Reine Victoria. Le dire à votre arrière-arrière-petite-fille, également. 
Commencer à coller des Post-it sur les casiers au travail. 
Vous alliez commencer à poser des questions sur le Comment Faire et tout cela, lorsque vous vous rendez compte à quel point elle a l’air fatiguée et qu’elle sait déjà toutes les questions qui se bousculent dans votre tête. 

« Il y a un site internet et toute une organisation qui se met en place », dit-elle. « Nos affaires sont en ordre et nous allons jouer pour gagner ». 
Elle pousse une carte de visite vers vous. Elle porte le Grand Sceau des Etats Unis d’Amérique et immédiatement en-dessous, l’adresse d’un site internet : 
www.TheAmericanStatesAssembly.net



« Nous allons réunir nos Etats de l’Union et mettre les collaborateurs au travail. D’abord les Etats, puis les Etats d’Etats. Nous allons achever cette Reconstruction si longtemps retardée, et ni le Pape ni la Reine n’auront rien à dire à ce propos ».
Alors que vous sortez en chancelant dans la nuit, vous vous émerveillez à propos de Grand-mère et vous pensez au livre : La Dernière Licorne.

L’amour peut vous amener à faire beaucoup de choses. Et même à faire des miracles.
Envois et traduction de Patrick T

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire