dimanche 15 décembre 2019

15/12 - LA PLANÈTE TERRE 
ET SON ENSEIGNEMENT MANIPULÉ. 


Résultat de recherche d'images pour "terre amour"



     Ce titre peut vous paraître particulièrement extravagant, et pourtant ! Si l'on prend pour référence ce qui nous était enseigné il y a 50 ans et ce que nous savons aujourd'hui, sans compter tout ce qui nous est encore pour l'instant caché, et croyez-moi, c'est colossal, il ne m'est plus inconcevable de prétendre que tout l'enseignement que nous avons reçu est faux de A à Z.
    De nombreuses personnalités croient à l'existence des soucoupes volantes et autres phénomènes étranges, existence que les hommes de science ne veulent pas, ou n'osent pas admettre. Ils sont payés à condition de ne pas sortir de la norme autorisée. Sinon, plus de budget.
Peu de gens aux U.S.A. osent dire la vérité, et rien que la vérité, sur un certain nombre de sujets cruciaux (même s'ils connaissent cette vérité). Cela est particulièrement vrai des scientifiques « bien pensants » et des hommes puissants. Sinon, qu'arriverait-il ? Les gouvernements s'écrouleraient, l'argent perdrait son pouvoir de séduction et de corruption. Il y aurait un chaos terrible, et les individus haut placés seraient ruinés socialement et économiquement. Et rien que pour profit garder et pouvoir conserver, ils sont prêts à tout, même si enlever le voile leur permettrait de vivre des siècles bien portant, sans maladie et malgré tout sans manquer de la moindre petite chose.
Terre creuse raymond bernard jpeg
    Dans le livre "Terre Creuse" de Raymond Bernard, nous découvrons que notre belle bleue est loin de correspondre à ce qui nous en est enseigné. Nous n'assumons pas la responsabilité des opinions émises par l'auteur. Nous n'avons aucune autorité pour le faire. Nous pensons seulement que de tels livres doivent être présentés au public, qui les accepte ou les rejette. C'est une question de convictions personnelles. De toute manière, le but est atteint si une faible lumière jaillit dans les ténèbres et si les esprits endormis se réveillent. Ceux qui ont envie de lire, de s'instruire, de réfléchir sur quelque problème que ce soit, peuvent le faire : il existe des milliers d'ouvrages mille fois plus enrichissants que les publications à scandales vendues dans les kiosques.
Dr    En novembre 1957, un physicien et philosophe célèbre dans le monde entier mourait dans une prison fédérale des Etats-Unis. Il avait été emprisonné pour avoir refusé de s'incliner devant une ordonnance illégale qui visait à stopper ses recherches et à voler ses découvertes. Cet homme était Wilhelm ReichSa mort était l'aboutissement de plus de dix ans de harcèlement et de persécutions fomentées par des conspirateurs occultes qui avaient trouvé habile d'utiliser les cours fédérales pour frustrer l'humanité de découvertes importantes en physique, médecine et sociologie.
    L'invention de Reich était un « accumulateur d'énergie d'orgone ». Invention saluée par Théodore P. Wolfe comme « la plus grande découverte de l'histoire de la Médecine ». Le FDA gomma littéralement les rapports d'un grand nombre de physiciens réputés qui émanaient du monde entier, rapports qui venaient corroborer les découvertes de Wilhelm Reich. Ces travaux étaient si révolutionnaires qu'ils menaçaient sérieusement les intérêts commerciaux d'un certain nombre de sociétés, à commencer par l'industrie pharmaceutique. Il fallait donc tuer dans l’œuf la merveilleuse découverte de Wilhelm Reich. On s'y employa activement.
    Donc, je n'ai pas l'intention d'engager le moindre débat concernant ce livre, ou son auteur. Que vous acceptiez ou rejetiez le contenu de ce livre, cela ne regarde que vous. Par contre, si sa lecture éveille en vous un accord sensible, sachez qu'il existe d'autres oeuvres susceptibles de vous apporter de nouvelles connaissances - de celles qu'on n'apprend pas à l'école.
    Dans cette civilisation où règnent la fraude et la supercherie, la vérité est une qualité si rare qu'elle n'est jamais acceptée librement. Elle doit combattre pour s'imposer. Il n'y a aucune école qui enseigne cette vérité.
    Depuis des siècles, des hommes, chercheurs, explorateurs, écrivains, tentent de nous faire prendre conscience que notre planète la Terre n'est pas cette magnifique boule bleue dont le noyau est une énorme masse de lave incandescente, tout comme le soleil n'est non plus cette boule de feu dont la température intérieure avoisinerait les 15 millions de degrés pour n'en retrouver que 8.500 à sa surface. 
    De plus, les écrits décrivant les peuples de l'INTERIEUR de la Terre sont légions, narrés dans toutes les régions de notre planète et font partie de toutes les croyances. Les aurores boréales dont l'origine ne serait due qu'à un effet d'ionisation serait en fait la réverbération d'une forte source lumineuse intérieure à la Terre, tel notre soleil mais en taille beaucoup plus réduite, sur l'atmosphère extérieure, et qui serait à l'origine de toutes les planètes et lunes au moment de leur formation. 
    De nombreuses photos reprises plus bas dans ces pages vous montreront des disques de lumière émanant de l'intérieur d'autres planètes et lunes mais ces photos n'ont jamais été officiellement révélées au public car elles ne sont guère représentatives de l'enseignement (manipulé) que nous recevons dès notre plus jeune âge.
Terre soleil intérieur    Les connaissances humaines, celles-là même qui paraissaient hier les plus évidentes, se révèlent aujourd’hui douteuses. Elles sont souvent bouleversées par les savants, qui proclament faux l’univers et périmées certaines lois. Fausses, la physique, la chimie, la philosophie, les mathématiques, la préhistoire,...et faux les dinosaures, l'homme des cavernes,...
    La ligne droite a cessé d’être le plus court chemin d’un point à un autre, le postulatum d’Euclide est dépassé, la table de multiplication et même la rotondité de la Terre ont été réputées inexactes.
    Depuis 1962, dans les écoles de Belgique, on apprend aux élèves « les réalités des mathématiques plutôt que de les fourvoyer dans les postulats d’Euclide devenus insuffisants, et de réserver comme on le faisait jadis, aux seuls étudiants des Facultés, l’enseignement de la vraie science ».
    Les photos prises par plusieurs fusées Discoverer américaines donnent une image inattendue de la Terre : elle est en forme de poire renflée à l’équateur, moins renflée au pôle Nord, en renflement pointu vers le pôle Sud.

Aliens - fresque murale

le Halo des saints(Ndlr. Remarquez la ressemblance de représentation entre le personnage "casqué" en rouge datant de milliers d'années et le "halo", symbole religieux des églises catholique et orthodoxe des saints, anges,...)
    Les anomalies orbitales de Vanguard I avaient déjà donné des indications en ce sens. La préhistoire est un tissu d'erreurs très souvent intentionnelles. 
L’homme ne descend pas du singe mais peut-être bien le contraire. (Dans le Popol-Vuh — traductions Recinos, 
Les Mexicains, à l'inverse des préhistoriens classiques, font descendre le singe de l'homme, par mutations et détérioration de l'espèce.) 
Les ères géologiques ne sont que des hypothèses de travail. La pesanteur est désormais battue en brèche par l’agravitation. Le temps, l’espace, l’atome échappent à notre mesure. La science tout entière n’est peut-être qu’une réinvention de découvertes déjà faites il y a des milliers d’années, par des ancêtres qui n’avaient rien de commun avec les hommes des cavernes, ceux-ci n'étant qu'une invention des historiens.
(Lire à ce sujet "Histoire Inconnue des Hommes depuis 100.000 ans" Robert Charroux 1969 - PDF ici)
    Pour ceux qui croient en un Dieu qui parle, tonne, récompense et punit, l’explication est suffisante. Pour les autres, pour ceux qui conçoivent un Dieu plus universel et pour ceux qui ne conçoivent rien, il faut une explication rationnelle, acceptable pour l’électricien qui a succédé au fabricant de bougies, pour l’électronicien qui descend de l’antique horloger, pour le cosmonaute, qui a pris la succession du chevalier errant.
    La Bible n’est pas le seul livre : les Avestas, les Vedas, la plupart des textes sacrés et les légendes traditionnelles abondent aussi en messages incompris qui semblent attester l’existence, il y a des milliers ou des millions d’années, de civilisations humaines, terrestres ou extraterrestres, qui avaient acquis une science technique et des pouvoirs qu’il nous reste à égaler. Il y a un peu plus d'un siècle encore, les cultivateurs n'avaient pour panorama que les fesses de leurs chevaux ou bœufs pour labourer leurs champs.
    L'édification des Pyramides dont les plus anciennes, répandues un peu partout sur la planète doivent approcher voire dépasser les 20.000 ans d'âge et pourtant, personne de nos jours, ne peut prétendre relever le défi d'une pareille construction. Certes, bien des théories ont été émises quant à leur édification mais y en a -t-il une seule qui soit plausible ? sinon celle qui ne soit pas acceptable par notre « Système ».
    Il y a près de deux siècles, Benjamin Franklin inventait le paratonnerre. C’est une vérité admise. Pourtant, il est absolument certain, et rapporté par les anciens chroniqueurs, que le Temple de Salomon, il y a trois millénaires, comportait vingt-quatre paratonnerres.
    Ce temple ne fut jamais frappé par la foudre et le physicien François Arago, au XVIIIe siècle, a donné l’explication de ce privilège :
    « Le toit du Temple, construit à l’italienne et lambrissé en bois de cèdre recouvert d’une dorure épaisse, était garni d’un bout à l’autre de longues lames de fer ou d’acier pointues et dorées. »
    Au dire de Josèphe, l’architecte destinait ces nombreuses pointes (au nombre de vingt-quatre) à empêcher les oiseaux de se placer sur le toit et d’y laisser tomber leur fiente. Les faces du monument étaient aussi recouvertes, dans leur étendue, de bois fortement doré. Enfin, sous le parvis du Temple, existaient des citernes dans lesquelles l’eau se rendait par des tuyaux métalliques.
    Nous trouvons ici, et les tiges des paratonnerres et une telle abondance de conducteurs, que Lichtenberg avait raison d’assurer que la dixième partie des appareils de nos jours est loin d’offrir dans la construction une réunion de circonstances aussi satisfaisantes.
    Définitivement, le Temple de Jérusalem, resté intact pendant plus de mille ans, peut être cité comme la preuve la plus manifeste de l’efficacité des paratonnerres. Comment Salomon et son architecte avaient-ils eu connaissance du paratonnerre ? Et pourquoi n’ont-ils pas légué leur secret ? Voilà les questions que nous demandons aux hommes du XXIe siècle de se poser sans parti pris, s’ils veulent honnêtement avancer sur le chemin de la vérité.
---------------------------------------------------------------------------
LES VIMANAS : ENGINS VOLANTS MILLÉNAIRES. 

ANCIENS CONDENSATEURS D'ÉNERGIE LIBRE AU BANGLADESH. 

DES TRANSPORTS ULTRA RAPIDES NOUS SONT CACHÉS.

---------------------------------------------------------------------------
Pierre de Lussac
En Août 1937, dans la pénombre d’une grotte, deux archéologues fouillent la terre compacte, de couleur ocre, que 15.000 20.000 ans peut-être ont tassée sur la roche. Le soir même, après un rapide examen qui a confirmé – et au-delà – que tout le monceau de galets recelait des centaines de dessins, souvent enchevêtrés, Stéphane Lwoff était le premier à formuler cette assertion, preuves en main : — C’est extraordinaire : sur ces pierres gravées il y a 15.000 ans, les hommes, les femmes, les enfants sont habillés comme nous. Ils ont des vestes, des culottes, portent chaussures et chapeau. Cette découverte qui balayait tout ce que la préhistoire classique avait admis jusque-là était authentifiée par l’abbé Breuil en 1938. Actuellement, quelques-unes des précieuses pierres de Lussac font l’orgueil d’une grande vitrine au premier étage du Musée de l’Homme, salle de la Préhistoire. Toutes les pierres ne sont pas exposées, mais seulement les plus anodines... celles qui ne bousculent pas trop les théories classiques. 
    C’était une certitude nouvelle : les hommes du Magdalénien, les Poitevins de l’an -15.000 s’habillaient, à peu de chose près, comme nous nous habillons aujourd’hui. D’autre part, ces Poitevins habitaient certainement des cités à rues et à maisons en pierre et torchis, avec artisans, tailleurs, maçons, menuisiers, coiffeurs, décorateurs. Avec les galets gravés de Lussac-les-Châteaux, la préhistoire prenait un autre visage, un autre sens, le passé sortait des ténèbres et nos ancêtres dépouillaient la gangue grossière dont on les affublait volontiers jusque-là. De ceci et de bien d'autres choses, découle une conclusion évidente : il existait une Société de Mystère, une Conjuration d’initiés qui, sans doute, avaient mission de cacher aux humains l’aventure prodigieuse de leurs ancêtres. Depuis ces ancêtres, à travers les hommes du silex, les Egyptiens, les Grecs, les Gaulois, les hommes du Moyen Age, une connaissance supérieure avait été transmise sans jamais être déflorée du moins pour l’essentiel : le dangereux !
    Cette conjuration - que l'on nommera aujourd'hui la Cabale, existerait depuis 6.000 ans au moins, distillant aux hommes le savoir scientifique qu’ils peuvent assimiler sans danger, mais cachant celui dont la divulgation serait périlleuse. Les conjurés comptaient dans leurs rangs les chefs de Synarchies égyptiennes, juives, indiennes, musulmanes, chrétiennes ; des pontifes religieux d’Europe, d’Asie et d’Afrique ; certains chamans mongols ou de l’Amérique centrale ; des moines occidentaux.
    La tradition, les messages se transmettaient oralement, mais des transcriptions existent cependant. Les transcriptions les plus connues sont la Bible et le Talmud. Le premier livre du Pentateuque en particulier (Création du Monde), révèle un secret scientifique exprimé à la mesure de la compréhension antique mais qui dépasse les connaissances modernes.
    A la bibliothèque Vaticane, dans les bibliothèques des imans initiés du Maghreb et du Moyen-Orient, dans les musées où sont conservées les tablettes de Babylone (tablettes que l’on ne veut pas traduire), sûrement à Tiahuanaco en Bolivie, au Musée de l’Homme à Paris, à Istanbul et à Pékin.
    Depuis 6.000 ans au moins, des hommes savent quelque chose qu’ils ont mission de taire. Et depuis 6.000 ans des hommes qui ne savent pas essaient, parallèlement, d’inventer, de créer, de faire avancer la science et la civilisation.
----------------------------------------------------------------------------
Aux USA : « Artéfacts impossibles d'Amérique du Sud » (3/3) avec Ludovic Bonin (Ikaris)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire