mardi 1 octobre 2019

+++01/10 - ALCCOL - LE PRÉSIDENT DE LA LIGUE CONTRE LE CANCER 
VEUT UNE LOI PLUS DURE SUR LES BIÈRES ULTRA-FORTES. 

Le président de la Ligue contre le cancer, 
Axel Kahn, en mars 2016
Vidéos avec Axel Kahn, le généticien humaniste, frère de Jean-François KahnDenis Robert (afffaire Clearstem, rédacteur en chef du journal "le média", Gilet Jaune..)Catherine Le GallAgnès Thill (anti PMA) en fin d'article
Les buveurs de bière discréditent le mouvement des Gilets jaunes, entre autres.
Boire de la bière ça n'est pas anodin. On vous dira que c'est bon pour la santé. Comme le lait qui vous apporterait du calcium et en fait provoque l'ostéoporose et tant de problèmes de santé.
----------------------------------
Cinq raisons de ne pas boire de bière
Ce breuvage houblonné est souvent très apprécié. Mais la bière n'est pas une boisson anodine. Elle risque de vous faire sombrer dans l'alcoolo-dépendance et peut occasionner de nombreux problèmes de santé. Quant à ses bienfaits supposés, ils survivent rarement à l'épreuve des faits.
Ce dimanche 17 mars, c'est la fête de la Saint-Patrick, le patron des irlandais. Et à cette occasion, la bière va couler à flots dans les pubs. Mais pour ne pas gâcher la fête, évitez d'en abuser ! Comme pour tout autre alcool, sa consommation modérée comporte peu de risques, même si la meilleure prévention reste de ne pas en boire. Le principal danger est de devenir dépendant, ce qui accroît les risques de nombreuses maladies et de troubles psychologiques. Cette boisson aurait bien quelques bénéfices pour la santé, mais ils sont anéantis lorsque vous en consommez trop.

Comme toutes les boissons alcoolisées, elle accroît les risques de cancer. 49.000 personnes sont mortes en 2015 à cause de l'alcool. 
-------------------------------------
Ce que boivent vos enfants pensant devenir "fort" et les vidéos qu'il regardent :

Choisissez votre poison avec ce jeune

Et on ne nous parle que des morts sur la route afin de pouvoir nous verbaliser et la police doit jouer le jeu, nous verbaliser, nous gazer et eux avec, plutôt que de nous protéger. Fini les policiers aux carrefour, on les a remplacés par des feux rouge qui peuvent rapporter encore plus d'argent pour leur fabrication, installation et les PV.... Les policiers dans les rues, en permanence, évitaient les agressions aussi, les incivilités, les personnes qui détériorent nos villes, ils nous renseignaient quand nous étions perdus... Et c'est encore le cas au Bhoutan, le pays du bonheur.

---------------------------------------
Nos jeunes sortent le samedi soir et croient qu'il est utile de boire pour s'amuser, pour ressembler à un homme. Ils ne savent plus s'amuser et trouvent se moyen pour rire en groupe. Se promener dans les petites rues de Paris amène à ce triste constat. C'était déjà un peu le cas il y a 50 ans, mais à cette époque les parents pouvaient encore interdire aux enfants de sortir avant un certain âge. On a retiré aux parent le contrôle sur leurs enfants, brisé les familles par des manigances bien orchestrées (médias, films, jeux vidéo, alimentation chimique, boissons, médicaments, vaccins... L'alcool contrôle le mental des jeunes et des moins jeunes. Tout est scrupuleusement étudié en "hauts" lieux. Nous ne payons pas nos élites pour nous faire un monde meilleur mais pour nous contrôler et faire de nous leurs esclaves.
Une bière de temps en temps pour se faire plaisir, OK. Les cafés devraient servir des citrons et des oranges pressées, des salades de fruits, voir de vrais potages l'hiver, de la chicorée remplacerait le café.... et surtout il nous faut supprimer les jeux de hasard comme ça commence à se faire en Belgique et remettre à la disposition des clients, les jeux de 421, de cartes,dominos... de pétanque pour l'extérieur, diffuser de la bonne musique comme avec les Jukebox il y a 50 ans, un flipper, un baby foot, un billard et la possibilité d'enfin discuter à nouveau paisiblement sans un écran télé qui continue la propagande qui ne cesse dans nos logements. Les femmes et les enfants y seraient enfin les bienvenus et il serait possible de pousser les tables et de danser comme avant en Belgique. 
J’ai fait un rêve disait Martin Luther King. MON rêve est accessible si nous nous y collons tous. Surtout les femmes. Faisons la manif devant les bars qui ne jouent pas le jeu. Bloquons en l'entrée :-) ou réunissons nous y en masse et imposons la convivialité seine et sereine dans ces endroits qui ont toujours détruit nos homme et vidé nos porte-monnaie nous privant de l'argent pour nourrir nos enfants et gérer le foyer.
--------------------------------------------------
De francetvinfo :
Sur tout son parcours dans le corps, l'alcool est responsable de nombreux cancers : langue, oesophage, estomac, foie, côlon et rectum, rien n'est épargné.
Il peut aussi causer une cirrhose, une maladie chronique du foie qui peut évoluer en tumeurs cancéreuses. Elle va empêcher le foie d'accomplir ses fonctions vitales : détoxifier le corps, aider à la digestion, stocker de l'énergie et synthétiser des nutriments.

Elle est très calorique ?
Alors que les boissons alcoolisées sont censées afficher les calories et les ingrédients qu'elles contiennent sur leurs étiquettes, les brasseurs souhaiteraient promouvoir la bière comme la moins calorique de toutes.
Sauf qu'un demi de bière, 250 mL, apporte 120 Kcal, contre 102 pour un verre de vin rouge de 125 mL. Un verre de whisky de 30 mL équivaut lui à 70 calories. Les canettes de bière de 50 ml son en train de remplacer hypocritement celles de 33 ml. 
L'idée n'est pas de remplacer la bière pas des boissons plus fortes, mais de constater l'incidence de ces boissons sur votre poids. Car l'alcool reste un produit très calorique. Regardez le ventre de certains hommes. Un gramme contient 7 Kcal, soit presqu'autant que du beurre (7,6 Kcal pour un gramme). Au-delà des risques de cirrhose et de cancers, la bière peut contribuer au surpoids et à l'obésité et donc aux potentielles maladies cardiovasculaires qu'elle entraîne.

"Beaucoup de travaux épidémiologiques montrent que chez les gens très actifs physiquement, une consommation modérée d'alcool a des vertus cardio-protectrices", expliquait le Pr Jean-Pierre Després en 2011 sur le plateau du Magazine de la santé. Combinée avec un mode de vie actif, la consommation de bière n'est "pas délétère à la santé" selon le chercheur en cardiologie. Sauf qu'elle doit bien évidemment être modérée, et mieux vaut s'abstenir plutôt que de trop boire.
Pour les sportifs qui pensent que la bière permet de récupérer, force est de constater que boire de l'eau a bien plus de vertus. Après un effort, il faut en effet réhydrater le corps. Or, l'alcool déshydrate comme le café et il est donc contre-indiqué d'en boire. La bière est en outre extrêmement diurétique, plus que les autres boissons, ce qui déshydrate encore plus.

Des chercheurs la soupçonnent d'augmenter le risque d'arthrose
En 2015, des chercheur de l'université de Nottingham, avaient interrogé deux groupes : l'un de patients de 45 à 86 ans souffrant d'arthrose sévère, l'autre contenant des personnes n'en souffrant pas.
Résultat : le groupe des arthritiques semblait comporter un peu plus de buveurs d'alcool – toutes boissons confondues – que le groupe témoin, sans différence significative. Surtout, les amateurs de bière semblaient plus nombreux chez les malades de l'arthrose. Rien d'étonnant : cette boisson favorise la prise de poids, ce qui augmente le risque de souffrir de l'arthrose.
Plus concluant, les chercheurs s'étaient intéressés à la quantité de bière bue chaque semaine. Les personnes consommant 8 à 19 demis de bière (25 cl) par semaine entre l'âge de 21 et 50 ans apparaissent avoir un risque accru (estimé entre + 4% et + 115%) de souffrir d'arthrose qu'un non-buveur. Au-delà de 10 pintes hebdomadaires, ce sur-risque est encore plus net (de + 45% à + 219%).
Les chercheurs avaient pris soin d'inclure un très grand nombre de patients, et d'isoler de très nombreux paramètres. Surtout, la consommation d'alcool n'était pas (officiellement) au cœur des préoccupations des enquêteurs.
Les résultats obtenus font naître une présomption sur la forte consommation de bière comme facteur de risque pour l'arthrose. S'ils avançaient une hypothèse pour expliquer la corrélation (l'ingestion de bière augmenterait le taux d'acide urique sanguin, ce qui accélérerait l'usure des articulations), les chercheurs restaient extrêmement prudents dans leurs conclusions.

Non, la bière ne raffermit pas la peau
Une marque de bière japonaise commercialisait en 2015 sa boisson, "Precious", avec une promesse imbattable : elle raffermirait la peau. Comment est-ce possible ? Car elle contient du collagène, la protéine responsable de l'élasticité et de la tonicité de la peau.
Problème : ce n'est pas parce que l'on ingurgite du collagène que la peau en produit. Pour que le collagène ait un effet sur la peau, il doit être produit par nos cellules ou injecté. La publicité était donc mensongère et les Japonais et Japonaises soucieux de leurs rides risquaient plus de finir dans un état d'alcoolémie critique que de retrouver le visage lisse de leur jeunesse.
Source :
------------------------------------------------------------------------------------------------------
Axel Kahn dénonce un « attentat à la santé des jeunes » et invite les autorités à agir plus fermement contre l’alcoolisme



Une petite bière, ce n’est pas très fort, diront certains. Tout dépend de la bière, répondront d’autres, dont le président de la Ligue contre le Cancer Axel Kahn. Dans Le Parisien dimanche 29 septembre, le généticien alerte sur les bières ultra-fortes de 14% à 17%, facilement accessibles et vendues à des prix attractifs. De quoi ulcérer le président de la Ligue contre le Cancer, qui y voit un “attentat à la santé des jeunes”, un “piège dont ils auront du mal à sortir”.  
Dans une interview accordée à nos confrères du Parisien, Axel Kahn, le nouveau président de la Ligue contre le cancer, s’est prononcé pour un durcissement de la réglementation concernant les bières fortes, qu’il décrit comme un « piège tendu à la jeunesse ».
Dans le viseur de célèbre généticien, des bières qui affichent des pourcentages allant de 14 % à plus 16 %. « Parmi les méthodes pour faire tomber la jeunesse dans l’addiction, il y a la vente d’une sorte de bière, ultra-forte, explique-t-il. Alors que la plupart sont à 4-5 voire 6-7 % d'alcool, on voit émerger des gammes à 14 %, et même à 16 ou presque 17 % ! Elles sont vendues dans des canettes de 500 ml. Une fois ouvertes, on ne peut plus les refermer, il faut boire jusqu’à la lie. Un jeune a alors consommé l’équivalent d’une bouteille de vin ! C’est inouï. » Ces bières sont notamment vendues dans les supermarchés, ce qui les rend « très accessibles » selon Axel Kahn.
L’ancien chercheur recommande un durcissement de législation, et propose par exemple de retirer l’appellation « bière » à ces boissons fortement alcoolisée ou la création d’une taxe liée au grammage d’alcool. En France, rappelle-t-il, l’alcoolisme tue 41.000 personnes par an, « dont 15.000 par cancer ».

Je bois rarement de la bière. ON m'en offre souvent. J'ai crqué samedi sur la techno parade. Une bière de 50 ml. Je n'ai éprouvé aucun plaisir que j'éprouve avec une bonne bière, mais j'ai tenté de boire jusqu'au bout. 7°, 50ml ça vous chamboule la tête. J'ai du manger un sandwich pour éponger, et je comprend qu'encore une fois, comme pour la despérado, le Redbull...., la santé physique et mentale est visée.
-------------------------------
L’accès à l’alcool est-il trop aisé pour les moins de 18 ans ?
L’alcool reste la deuxième cause de mortalité en France derrière le tabac. Il est responsable de 41.000 décès par ans, d’après une étude de Santé publique France. Si l’alcool reste un mal français, il l’est aussi pour les jeunes. Selon la même étude, 85,7 % des jeunes de 17 ans ont déjà consommé de l' alcool. Parmi eux, 3 jeunes sur 10 affirment d’avoir jamais eu à présenter une carte d’identité pour en acheter dans un magasin et 52,7 % pour en consommer dans un bar ou dans un restaurant.
Est-ce votre cas ? Si vous consommiez de l’alcool avant vos 18 ans, avez-vous déjà eu à justifier de votre âge pour en acheter ou en consommer ? Si oui, comment cela s’est-il passé ? Si vous êtes parents, sensibilisez-vous vos adolescents aux dangers de l’alcool ? Ont-ils le droit d’en consommer avant leur majorité ? Ont-ils le droit de sortir dans des endroits où l’on sert de l’alcool ?
Vous pouvez témoigner dans les commentaires ou en envoyant un mail à temoignez@20minutes.fr Merci de préciser votre âge et/ou celui de vos enfants. Si vous souhaitez témoigner de manière anonyme, indiquez-le. Merci d’avance.
Source : journal 20 minutes

Alcool: Une étude s’alarme de l’augmentation de la consommation dans le monde
----------------------------------------------------------------------------------------------------------
Axel Kahn : Le généticien humaniste
400 accidents de chasse par an...
Les Inconnus - Les chasseurs
----------------------------------
Denis Robert*, Axel Kahn, Catherine Le Gall, Agnès Thill - 30/09/18
Pédophilie dans l'église, quand les catholiques s'emparent du sujet.Alors que de nouveaux scandales d’abus sexuels ont été révélés cette semaine en Allemagne et que le débat revient sur le devant de la scène en France. Hors caméra : encore plus de coulisses avec Camille Girerd, qui nous raconte tout ce qui se passe hors caméra. Cette semaine : comment Emmanuel Macron essaie d’éviter avec la PMA un scénario à la "Mariage pour tous" avec des centaines de milliers de Français dans la rue. Le conseil de lecture de Thomas Snégaroff : l'historien de C politique conseille un livre à un acteur emblématique de la vie politique française ou étrangère. Cette semaine, conseil de lecture à Manuel Valls. Sur le terrain : à 20h30, retour « sur le terrain » avec Maxime Darquier. Cette semaine, direction Barcelone pour Maxime où il a assisté à l’annonce de la candidature de Manuel Valls à la mairie. Et, il a été intrigué par l’un de ses nouveaux amis catalans… Un homme sulfureux, classé très à droite, qu’il viendra nous présenter. La femme de la semaine : Agnès Thill, députée de L'Oise La République en marche, opposée à la PMA pour toutes. Elle est la seule députée en Marche opposée à l’ouverture de la PMA à toutes les femmes. Alors que le Comité d’éthique a rendu, cette semaine, un avis favorable sur le sujet, Agnès Thill veut pousser la ministre de la Santé Agnès Buzyn à faire émerger un débat au sein de la majorité. Elle viendra nous nous en parler.

*Au tour de Denis Robert de diriger le Media
Le journaliste Denis Robert remplace Aude Lancelin à la tête de la rédaction du Media. Écrivain, journaliste d’investigation, lancé, on s’en souvient, dans la bataille Clearstream, enquêtant toujours aujourd’hui sur l’évasion fiscale, Denis Robert prend la tête du Média. Cette web télé a été créée en janvier 2018 par des proches entre autres de Jean-Luc Mélenchon, tout en souhaitant s’affranchir de La France Insoumise. Départ conflictuel et fracassant de Sophia Chikirou, puis départ furibard de Aude Lancelin qui l’avait remplacée. Denis Robert sera le 3ème dirigeant en moins de deux ans. Quelle ligne éditoriale souhaite-t-il lui imprimer après ces mois de gilets jaunes et à l’orée des élections européennes ? Sur la corde raide en début de saison, de quels moyens financiers dispose Le Média aujourd’hui ? Le site étant financé par les contributions de son public.
----------------------------------
Chemins – 3 octobre 2018 de Axel Kahn
Marcher n’est pas une activité pour Axel Kahn, c’est une manière d’être. Il se définit comme un homme qui marche, un chemineau de la vie. Au rythme de son pas, sur les chemins et les sentiers, sur les pavés parfois, il a pensé, cherché, douté, le cas échéant, trouvé. Il a aimé, aussi, passionnément. Son ouvrage est un hymne à l’esprit, à la beauté et à la liberté. Un hymne à l’amour. L’existence d’un homme en chemin, au fil de ses souvenirs de l’enfance à la vieillesse. Cent cinquante ans après Julien et André dans Le Tour de la France par deux enfants, Axel Kahn, marcheur obstiné et attentif, peint de ce pays un tableau émerveillé mais lucide.

Pensées en chemin Poche – 15 avril 2015
Axel Kahn marcheur ? On le savait généticien, médecin, humaniste. On le découvre ici randonneur de haut niveau, capable d'avaler deux mille kilomètres en parcourant « sa » France, de la frontière belge dans les Ardennes à la frontière espagnole sur la côte atlantique, au Pays basque. Itinéraire buissonnier qui le conduit de la vallée de la Meuse à Saint-Jean-de-Luz, en passant par Vézelay, le Morvan, la Haute-Loire, les Causses et le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle. Ce livre est tout à la fois un carnet de voyage drôle et rêveur, une sorte de manuel d'histoire, où remontent à notre mémoire certains lieux historiques, ainsi qu’une réflexion sur l'état de notre pays, la désertification de beaucoup de régions, la pauvreté de certaines, les effets ravageurs de la mondialisation. C’est aussi l'occasion de rencontrer des hommes et des femmes qui racontent chacun un bout de la France d'aujourd'hui, celle dont on n'entend jamais parler.
-----------------------------------------
Just Riadh, journaliste au média, en immersion avec les sapeurs-pompiers de Paris
Sa chaîne

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.