mercredi 25 septembre 2019

+++25/09 - L’ÉLECTRICITÉ EST GRATUITE
ET LA GRAVITÉ N’EXISTE PAS.

À propos de Maxwell* avec Keshe et Jeff Smith … 
Par Gordon Duff de Veteran Today. 



*Équations de Maxwell
Les équations de Maxwell, aussi appelées équations de Maxwell-Lorentz, sont des lois fondamentales de la physique. Elles constituent les postulats de base de l'électromagnétisme, avec l'expression de la force électromagnétique de Lorentz. Wikipédia



Jeff Smith à l’époque où il était inspecteur nucléaire
pour les Nations Unies (IAEA) en Iran
Par Gordon Duff, Senior Editor, le 13 septembre 2019
Introduction de Ian Greenhalgh et Gordon Duff
Duff :  Pourquoi vous devriez lire cela.
Il y a une guerre en cours, une guerre qui est probablement plus importante pour le destin de l’humanité que l’autre guerre qui sème des cadavres à travers un tiers du globe. Et si nous pouvions prouver qu’il y a de l’électricité dans l’air, non seulement ici sur terre mais dans le vide spatial – une électricité dans laquelle nous pouvons puiser et que nous pouvons utiliser ?

Et si ce secret, oui celui de Tesla et maintenant celui de Keshe, pouvait faire fonctionner votre sèche-cheveux ou charger votre voiture électrique ? Une douzaine de gouvernements examinent cette technologie pour alimenter en énergie leurs plans de développement du siècle prochain alors que, contrairement au puissant message anti-guerre de Keshe, une douzaine d’armées examinent la technologie de Keshe comme moyen de propulser de super-armes de la prochaine génération et au-delà.

Eh bien, les plans sont gratuits ; ils sont accessibles en ligne, et des milliers de gens dans le monde font justement cela – construire leurs propres unités Magrav*, et il y a des gens que cela rend très mécontents, comme vous pouvez le supposer. Il ne s’agit pas de mentir sur l’histoire ou de savoir combien d’anges dansent sur une tête d’épingle.
*abréviation d’unités (générateurs) magnétiques-gravitationnels (NdT)
------------------------------
Les Magrav de la Fondation Keshe sot des générateurs qui captent  le plasma pour faire fonctionner les voitures, les avions, les trains, des vaisseaux, mais aussi apporte de l'énergie dans le circuit électrique de nos logements ce qui nous rendra indépendant du pétrole, du nucléaire... Le plasma est gratuit. Il a le pouvoir de changer tout autour de lui, même notre humeur, notre santé... Les animaux y sont très sensibles.
Les Magrav :
Le plasma :
Ici un article du blog que j'avais fait pour faire connaitre la technologie de Mr Keshe en attendant que son site soit traduit en français et qu'une personne plus penchée que moi sur la physique prenne le relais. Mais je ne met plus ce blog à jour maintenant. Je relais de la même façon le CNTF de Mr Fiorile.
Le plasma par cet autre site
*Stephen Hawking, dont il est question dans cet article, aurait été assassiné pour empêcher Trump de divulguer la vérité sur les extraterrestres. Troublant ! Trump disait de lui que c'était un monstre.
Stephen Hawking photographié sur «island of sin» de Jeffrey Epstein. 
Disparition de la marionnette Stephen Hawking. 
Stephen Hawking serait mort vers 1985 et aurait été remplacé. 
------------------------------
Le physicien Jeff Smith postule que, depuis 1880, les peut-être pas si grands esprits dont les travaux devraient maintenant, éventuellement, être relégués dans les oubliettes de l’histoire, ont décidé que la combustion du pétrole ou du charbon (ou la « fragrance du jour ») devait être la seule manière de fournir de l’énergie à la civilisation, même si, pour quelque raison que nous connaissons à présent, la planète terre devait finir par ressembler à Mars.

Pour ceux d’entre vous qui ne le savent pas, Mehran T. Keshe est un physicien formé à Oxford, autrefois chercheur (en armes nucléaires selon nos investigations) pour le Ministère de la Défense Britannique, et qui est désormais à la tête d’un véritable culte mondial. Keshe prétend que sa physique, fondée sur des lois différentes de celles qui sont enseignées aujourd’hui, rend possible l’énergie libre et même le voyage spatial, le vrai.

Nous avons envoyé des scientifiques pour le rencontrer ; l’un d’entre eux a dit qu’il était fou. Le problème, c’est que ses appareils fonctionnent, même s’ils sont testés par des détracteurs et des sceptiques. Ils sont fabriqués et distribués dans le monde entier ; les plans sont disponibles et les gens construisent leurs propres appareils, et tout cela est documenté.

Si c’est vrai, et c’est le cas, et que nous pouvons le prouver, et nous le pouvons, alors 
la physique qui est enseignée dans nos écoles est un mensonge. 
L'histoire également.
A cette fin, l’éditorialiste scientifique de VT et physicien nucléaire Jeff Smith, archiviste et chercheur du Département de l’Energie des Etats-Unis, doit maintenant se faire entendre, et faire usage de ses talents, de son humour et de la plus grande bibliothèque scientifique au monde. C’est une bonne lecture, mais voyons d’abord ce que Ian Greenhalgh a à nous dire :  
Si j’ai bien compris, alors mes soupçons sont fondés – que l’éther était en vogue dans la physique depuis les équations de Clark-Maxwell, que l’électricité, la gravité et le magnétisme sont une seule et même chose et des individus influents ne voulaient pas que cela se sache.

A un moment donné de la fin du 19ème siècle, alors que l’exploitation du pétrole pour le profit était en cours, ceux qui en bénéficiaient agirent en vue de supprimer la connaissance que le potentiel électrique était partout autour de nous et que si seulement nous apprenions à l’utiliser 

Tesla avait compris comment faire, mais il a été empêché de développer un système praticable parce que, selon la légende, il avait avoué à un riche financier (J.P. Morgan) que vous ne pouviez pas brancher un compteur sur cette énergie, ce qui signifiait qu’il n’y avait pas de gros profits à réaliser. Donc au lieu d’entrer dans l’ère de l’électricité, nous sommes entrés dans l’ère du pétrole qui a causé des dommages inestimables à notre planète, notre environnement, notre santé et peut-être pis que tout, notre compréhension de l’univers physique dans lequel nous vivons.
Nous vivons dans un univers électrique et la clé pour contrôler la gravité est également la clé pour puiser l’énergie électrique dans l’éther. C’est une connaissance que l’élite ne veut pas voir divulguée étant donné qu’elle recèle le potentiel d’oblitérer l’économie basée sur le pétrole sur laquelle est fondée leur richesse et leur pouvoir.
En outre, elle déverrouille la barrière qui nous sépare de l’espace extérieur – pour quitter les confins de notre petite planète, sans avoir à chevaucher un immense pétard qui peut exploser à tout moment et éparpiller nos cendres sur la moitié du globe.

La propulsion antigravitationnelle et les OVNI
Ce qui nous amène au sujet ésotérique des appareils propulsés par l’antigravité et des OVNI. Nous savons que les bombardiers de la RAF et de l’US Air Force opérant au-dessusde l’Europe en 1944 et 1945 pour réduire en cendres les villes et les citésAllemandes, rapportaient fréquemment des rencontres avec les « foo fighters » ou ce que nous appellerions aujourd’hui des OVNI et que nous soupçonnions être des vaisseaux aliènes.



Eh bien, indépendamment du fait que les aliènes existent ou qu’ils nous aient rendu visite sur Terre, j’ai toujours eu le sentiment que le facteur de motivation principal et primordial, qui sous-tend l’énorme dissimulation des OVNI qui se poursuit depuis 1945, est de dissimuler les technologies développées ici sur Terre par des humains ; que la presque totalité des étranges vaisseaux aperçus dans les cieux n’étaient pas aliènes, mais plutôt d’origine humaine, construits en utilisant des technologies interdites au public.

Ce qui nous amène à l’Opération Paperclip et à la razzia d’autant de scientifiques, d’ingénieurs et de technologies Allemandes que possible pour les amener aux Etats-Unis et travailler pour le compte de l’oncle Sam. Je pense qu’il est des milliers de fois plus probable que l’USAF ait obtenu sa technologie de propulsion antigravitationnelle, non de la rétroingénierie de vaisseaux aliènes écrasés dans un ranch du Nouveau-Mexique, mais des scientifiques et des ingénieurs Allemands qui avaient développé la technologie après avoir étudié les travaux de Maxwell et de Hertz.

Cela nous amène également à la délicate suspicion que la NASA, avec tous ses feux d’artifice spectaculaires, n’est rien d’autre qu’une façade élaborée à coup de milliards de dollars servant à dissimuler le véritable programme spatial, qui plutôt que d’utiliser des tubes de métal crachant des flammes et de la fumée pour se libérer de la gravité et aller en orbite, a été basé sur des appareils à antigravité, cf. Gary McKinnon et Solar Warden.

La bataille de Berlin
Nous savons tous que Staline a demandé à Joukov de prendre Berlin dès que possible en mai 1945, de n’épargner aucun effort pour s’emparer de la ville avant les Alliés. C’est la raison pour laquelle Joukov s’est lancé dans une attaque frontale sur les Hauteurs de Seelow et a tracé son chemin et s’est frayé de haute lutte un passage dans la ville où il a progressé quartier par quartier jusqu’au Reichstag pour y planter le Drapeau Rouge. Cela a coûté d’énormes pertes aux Russes, plus d’un million d’hommes, alors qu’ils auraient pu encercler le nord et le sud de Berlin pour se regrouper à l’ouest de la ville et s’en emparer avec un minimum de pertes. Toutes ces vies perdues uniquement en raison de sa hâte et de son désir de prendre possession physiquement de Berlin. Nous savions depuis longtemps qu’il n’y avait aucune nécessité politique pour Staline de s’emparer de Berlin – il avait déjà obtenu l’Allemagne de l’Est et Berlin des Alliés à Yalta ; donc pourquoi cette hâte à s’emparer de la ville ?
J’ai depuis longtemps le sentiment que la véritable raison se trouve dans la banlieue sud-ouest à l’Institut Kaiser Wilhelm, où étaient entreposées d’importantes quantités d’uranium enrichi qui avaient été extraites au Congo Belge et saisies après l’invasion de la Belgique en 1940. C’est cette quantité d’uranium ainsi que la recherche nucléaire afférente et les scientifiques qui avaient travaillé au projet de bombe atomique dont je pensais qu’elle était la motivation de la hâte suspecte de Staline à s’emparer de Berlin. Cependant, compte-tenu des informations de Jeff concernant les dossiers de Hertz à l’Institut Kaiser Wilhelm et la recherche révolutionnaire de Von Braun et de Dornberger basée sur ces documents, je dois envisager une toute autre motivation pour la prise de Berlin en mai 1945. Peut-être que mettre la main sur l’Institut Kaiser Wilhelm et les recherches qui y étaient menées explique le pourquoi et le comment de l’avance prise à l’origine par les Russes dans la course à l’espace ?

Une fois de plus, je suis amené à me rappeler que non seulement l’histoire est écrite par les vainqueurs ; mais que la science et notre compréhension du monde physique est également contrôlée par ceux qui sont au somment de la structure du pouvoir mondial.

… par Jeff Smith
J’ai été occupé à faire de longues recherches approfondies sur les notes de laboratoire de Hertz sur la gravité remontant à 1888. C’est une lecture des plus intéressantes. Apparemment il a obtenu ses données de Helmholtz qui les tenait de Lord Raleigh qui à son tour les avait empruntées aux recherches originales de Maxwell sur la lumière et la gravité. Il semble que les deux premières formules de Maxwell décrivent ce qu’est la gravité, et les deux suivantes décrivent la nature de la lumière et des ondes radios transversales. Ceci selon les propres notes de Hertz !!!
C’est également confirmé par les travaux de J.J. Thompson et T.T. Brown sur l’électrostatique.

Il faut que vous compreniez que les champs magnétiques et électrostatiques étaient parfaitement compris à l’époque de Maxwell mais c’était bien avant la théorie des circuits et la découverte de l’électron, donc la science a très bien pu passer à côté. La partie concernant la gravité a été délaissée par Raleigh qui avait succédé à Maxwell à la chaire de Cambridge vers 1885. Ensuite les notes de Maxwell ont été transmises à Helmholtz qui les a données à Hertz. Il semble que personne ne se soit intéressé à la partie concernant la gravité et qu’on l’ait simplement laissée de côté. Hertz a travaillé dessus pendant un moment, puis s’est intéressé à la théorie des ondes transversales après avoir été encouragé par Helmholtz et Faraday à cesser de jouer avec la partie consacrée à la gravité et à se concentrer sur la partie des ondes transversales, plus importante à leurs yeux.
Donc la partie consacrée à la gravité de la théorie de Maxwell et les propres travaux de Hertz ont été délaissés jusqu’à la Deuxième Guerre Mondiale, lorsque Von Braun, Dornberger et compagnie les ont dépoussiérés à l’Institut Kaiser Wilhelm où étaient conservées les archives de Hertz, avant de se mettre au travail.  Puis Dornberger les a transmises à Larry Bell après la guerre en 1948, ce qui a conduit la NASA au programme de réduction de poids d’Appolo. Il est intéressant de voir comment de petits détails de l’histoire peuvent avoir de grandes conséquences par la suite. Les données concordent avec ce que je sais du travail de Bell et Dornberger dans les années 1950.

Voici maintenant la simple partie scientifique/mathématique :
1.- La gravité n’est pas une force de rotation. Elle n’a pas de courbe ou de rotation ; par conséquent ce n’est pas une onde de quelque genre que ce soit et ne peut l’être. Seules des ondes transversales ont une rotation ou une courbe comme on l’appelle. La lumière est en rotation. La gravité est statique et n’a pas d’effet de rotation. La raison en est qu’il s’agit d’un champ de force uniquement vectoriel. Les champs vectoriels n’ont de pas courbe, de rotation ou de modulation.

2.- La gravité est un champ de force statique, c’est-à-dire un flux de courant allant du ciel vers le centre de la Terre. On peut également dire que c’est une différence de potentiel ou une baisse de voltage. C’est pourquoi elle est statique et n’afflue que dans une seule direction. Elle n’est pas scalaire* et n’a ni courbe, ni rotation ni modulation. C’est pourquoi la gravité est toujours attractive et jamais répulsive sur Terre.
*Un « vrai scalaire » est un nombre qui est indépendant de la base choisie pour exprimer les vecteurs. Un scalaire est représenté soit par des lettres grecques, soit par des lettres en italiques.
Exemples
Un nombre qui mesure une température, une masse, ou une hauteur est un scalaire. Une grandeur scalaire est un scalaire auquel est associée une unité (ex. : masse en kg, température en °C). La coordonnée d'un vecteur dans une base est un réel (nombre sans unité). La vélocité (ou vecteur vitesse) d'un objet ponctuel est un vecteur : elle est définie par un scalaire associé à une direction et un sens. De même pour l'accélération d'un objet ponctuel. La valeur de la vitesse ou de l'accélération est une grandeur scalaire (donc avec une unité). Wikipédia

3.- Elle n’est pas scalaire mais c’est un genre de champ scalaire, c’est-à-dire que le champ varie de zéro dans l’espace extérieur à 100% au niveau de la mer, mais le champ a une amplitude et une direction vectorielle constantes. C’est-à-dire que l’intensité ou la force de son champ est toujours orientée dans la même direction au même niveau, partout, lorsqu’elle est mesurée dans un espace fermé. Comme dans l’ascenseur d’Einstein.

4.- Son gradient est négatif. L’antigravité a un gradient positif ou ce qui est appelé un « Sur-gradient ».
*En physique et en analyse vectorielle, le gradient est un vecteur indiquant comment une grandeur physique varie dans l'espace. Wikipédia

5.- Selon J.J. Thomas et T.T. Brown, la lévitation électrostatique est une forme d’antigravité parce qu’elle utilise un sur-gradient électrique pour annuler l’effet de la gravité en repoussant les lignes de force magnétiques, créant ainsi une forme de flottabilité magnétique.

6.- J.J. Thompson affirme également que la présence d’air entourant un objet ayant de la masse interfère avec la capacité de déflection d’une charge électrostatique. L’effet a fait l’objet d’intenses recherches avec les tubes à vide, les rayons-X, les tubes cathodiques, etc., à la fin des années 1900 mais les chercheurs sont tous passés à côté de la partie gravité qui était à leur portée jusqu’à ce que les Allemands en redécouvrent les effets lors de la Deuxième Guerre Mondiale.
Mais la théorie ne s’arrête pas là ; ce n’est que le glaçage du gâteau pour l’information générale. Après avoir examiné certaines des mathématiques de Keshe, elles proviennent des notes originales de Maxwell et de Hertz sur la gravité.

Keshe décrit l’Ether et les champs de force électrostatiques et non des photons. Ses unités appelées « Magrav » sont simplement des applications des deux premières formules de Maxwell combinées pour former une nouvelle unité scientifique. En fait il décrit un champ de force de gradient vectoriel non-rotatif. C’est ce qu’est réellement la gravité – une simple différence de voltage entre deux objets de masse qui est toujours attractive. En déplaçant simplement les lignes de force magnétiques entre les deux objets, vous obtenez une forme positive de flottabilité appelée un sur-gradient. Cela concorde avec la théorie de la sustentation magnétique du plasma nucléaire ou pourquoi la chaleur et les flammes repoussent toujours la gravité.

Donc la quête pour déterminer pourquoi la recherche sur la lumière a précédé celle sur la gravité se résume au fait que le gouvernement se l’est simplement accaparée pour des raisons militaires dues à la Guerre Froide. Je crois que c’est ce que Keshe a appris lorsqu’il a travaillé au Royaume Uni. Ses « sphères de verre en rotation » sont simplement remplies de soufre qui, s’il est mis en rotation, crée une très grande charge positive à l’extérieur de la sphère en produisant un sur-gradient et inversant la formule de Lorentz F = QV x B, qui est la cause fondamentale de la Gravité. Si vous rendez positive la charge sur un objet de masse, cela repousse le champ magnétique local et élève au lieu d’attirer vers le bas.
* Force de Lorentz F = qV x B
Le champ électromagnétique exerce la force suivante sur des particules possédant une charge électrique q non nulle.{\displaystyle {\vec {F}}=q{\vec {E}}+q{\vec {v}}\wedge {\vec {B}}}.
Le vecteur B est le champ magnétique pris au point où se trouve la particule, V {\displaystyle {\vec {v}}}représente la vitesse de la particule dans le référentiel d'étude. Wikipédia{\displaystyle {\vec {F_{\text{el}}}}=q{\vec {E}}}

Le problème est simple ; l’air exerce une forte résistance et de ce fait il faut une très grande baisse de voltage pour surmonter l’effet de la gravité. Comme dans un éclair. Cependant dans le vide spatial ou sur la lune ce n’est pas un problème en raison de la haute conductivité du vide.
Même dans le vide de l’espace il reste encore plus de 0,6 milliards de particules électriquement actives de tout type par centimètre cube qui vont conduire l’électricité. C’est pourquoi l’espace n’est pas vide et que l’éther existe réellement. Les équations de Maxwell ne fonctionneraient pas sans lui. Einstein avait tort, l’espace n’est pas vide. Il est très conducteur électriquement.

La clé réside dans la maximisation de la densité de courant du champ inversé ou de sur-gradient. Les démonstrations de Dornberger sur le réservoir à vide de la NASA a prouvé que c’était vrai, ce qui a permis au programme spatial Apollo de résoudre le problème du décollage de la lune avec un poids limité et une poussée réduite.

A l’avenir, c’est ainsi que nous allons atterrir et décoller de Mars. C’est également ainsi que nous allons voyager entre les étoiles et c’est le faisceau transporteur de Star Trek ou la manière dont le gouvernement des Etats-Unis vole des vaches avec des hélicoptères noirs lors de faux tests de coupure d’électricité …
A suivre …
Jeff
Envois et traduction de Patrick T.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire