samedi 21 septembre 2019

22/09 - LES 4 FONCTIONS DE Q. 
Trump envoie un message de «Qanon» aux militaires français. 



QUI EST Q ? Q EST …
… un processus de divulgation de plusieurs années des activités secrètes illégales du gouvernement
… une prévention contre la guerre civile et l’activité des vigiles violents
… un programme de formation en discernement et pensée logique
… une arme d’information contre le crime institutionnalisé et les médias corrompus

Nous arrivons à la fin de l’été, et les vacances du Labor Day sont finies. Les soirées vont être plus sombres et plus fraîches, les gens vont se retrouver dans leur intérieur, et l’écran de TV va à nouveau captiver leur attention. La conscience collective va se refocaliser sur les affaires du gouvernement – et la justice pénale.

Le Sénateur Graham a adressé une demande officielle au Procureur Général Barr pour qu’il déclassifie les documents liés à l’espionnage illégal de l’administration Trump. Ce scandale du Spygate va finalement pénétrer dans le domaine public, révélant l’alliance corrompue entre le Comité National Démocrate, un système judiciaire corrompu et les médias de masse biaisés. 
Cela a déclenché une cascade de révélations de criminalité de haut-niveau – en même temps que la complicité des médias pour la dissimuler. Cette collusion comprend aussi bien les médias de masse que les plateformes des réseaux sociaux. YouTube, Facebook, Twitter se présentent comme des services de communication neutres, mais sont en réalité des gardiens illégaux de l’information.

Le dénouement de ce scandale a été anticipé de longue date : un effondrement de la crédibilité des institutions médiatiques qui sont censées assurer l’écoulement fluide de l’information et de tenir le pouvoir pour responsable. C’est une crise de confiance d’une ampleur jamais vue auparavant.

C’est là où l’opération Q entre en jeu : nous avons eu près de deux ans pour nous préparer à ce moment. Des journalistes citoyens et des médias alternatifs sont déjà en train d’endosser le manteau de sources fiables et dignes de confiance, supplantant les médias de masse multinationaux discrédités aussi bien en audience qu’en engagement.

On m’a récemment demandé de résumer « ce qu’est Q ? », et j’ai cerné quatre fonctions de base que ce programme de renseignement militaire remplit en ces temps extraordinaires.

1.- Q est un processus de divulgation de plusieurs années des activités secrètes illégales du gouvernement
Il y a plus de 3500 «dépêches» de Q à ce jour, mais l’essentiel de la divulgation sur la corruption se trouve dans les 100 premières. Tout le monde peut les lire en une heure environ. La vérité qui dérange est que le gouvernement des Etats-Unis a longtemps été soumis à un système institutionnalisé de crime transnational, qui a également pris en otage d’autres pays.

LES USA ONT UN GOUVERNEMENT ILLÉGAL DEPUIS LE 28 MARS 1861 (Guerre de sécession).

Q a fourni aux chercheurs d’informations publiques un cadre dans lequel 
«piocher» à la recherche de données sur ce système criminel. La conviction qu’Hillary Clinton – essentiellement une marionnette de ce système – ne pouvait pas perdre l’élection présidentielle de 2016 les a rendus imprudents, et a laissé une trace publique évidente. Le résultat est une véritable mine de renseignements validés collectés par des citoyens anonymes travaillant en collaboration au niveau international.

Affirmer que ce qui a été découvert est perturbant, c’est passer à côté de l’essentiel : non seulement de nombreuses «théories de la conspiration» sont vraies, mais elles sont interdépendantes dans le cadre d’un plan unique destiné à détruire la liberté et à faire advenir un règne mondialiste totalitaire. Vos pires cauchemars de trahison et de génocide ont été diligemment mis en œuvre – par ceux qui avaient juré d’être à votre service.
Spécifiquement, Obama n’était pas un Président légitime. (mais il avait son rôle que oeu connaissent) Il représente le plus grande usurpation politique jamais perpétrée, et pourtant ce n’est pas par manque de concurrence de la part de ses prédécesseurs. Hillary Clinton devait représenter la continuité de cette usurpation dans une conclusion destructrice. Les multinationales médiatiques étaient au courant, et la révélation du complot va les détruire.

Au cœur de ce système psychopathe de pouvoir criminel se trouve l’abus multigénérationnel des enfants, lié à un ancien culte de sexe et de mort*. Un gouvernement par des forces occultes ressemble à de la science-fiction, mais il s’avère être le monde dans lequel nous vivons. La compréhension de cette horrible réalité est la clé pour mettre fin au mal qu’elle perpétue.

*Le temple satanique est maintenant officiellement reconnu comme une «église légitime» et exonérée d’impôt par le fisc américain.

2.- Q est une prophylaxie contre la guerre civile et l’activité des vigiles violents
Les deux dernières années ont été une lutte continuelle entre les médias de masse et les médias alternatifs pour la «suprématie du scénario». Cela a impliqué la promotion par les médias de masse du canular du Russiagate, qui est à présent démoli et exposé comme un mensonge mis en scène moyennant rémunération.
Les médias de masse devaient tenter de déloger le Président Trump afin de se préserver eux-mêmes. Bien que la tentative de coup d’état que cela représente soit à prendre très au sérieux, elle s’est avérée à maints égards être une distraction. Le public a été captivé – et oserais-je dire diverti – par ce drame, pendant que le pénible processus de nettoyage du système judiciaire se déroulait tranquillement en coulisse. 

Q a fourni aux activistes pour la justice une focalisation qu’ils auraient autrement négligée. Q a apporté à un public en colère l’espoir – fondé sur un progrès tangible – d’une issue pacifique en utilisant le système de la justice civile et militaire. Car le véritable défi ne consiste pas à traduire les traîtres en justice, mais à le faire d’une manière qui ne provoque pas l’effondrement de la société. C'est pourquoi Trump va lentement et prudemment dans ses arrestations, ce qui lui est reproché. Ce pourquoi certains pense qu'il ne travaille pas pour nous.

Alors que la trahison de nombreux politiciens, chefs d’entreprise et personnels militaires à qui l’on faisait confiance est révélée, il existe un mouvement Q bien installé qui a des antécédents d’investigation pacifique de la vérité, plutôt que d’activité de vigile en quête de vengeance. L’effondrement de la confiance dans les médias de masse – qui ont dissimulé ces crimes – ne va pas créer un vide dans lequel pourront s’engouffrer des fauteurs de troubles.

Les dépêches de Q démontrent que ce qui se passe fait partie d’un processus de justice maîtrisé qui a été soigneusement élaboré avec une précision militaire. Il permet à des gens ordinaires qui s’éveillent au cauchemar de faire confiance au plan pour résoudre le problème, et une bonne raison de rejeter ceux qui souhaitent provoquer des troubles en incitant à la violence ou à l’insurrection.


3.- Q est un programme de formation en discernement et pensée logique
Des décennies de lavage de cerveau et de conditionnement social médiatique ont amené le public à se méfier de leur propre jugement, et à méconnaître les preuves qui s’offraient à leurs propres yeux et leurs propres oreilles. La transformation des médias de masse en arme contre leurs propres citoyens qu’ils étaient censés protéger a créé une profonde division sociale et une méfiance mutuelle.

De la propaganda a été présentée comme étant du journalisme, et la faculté de les distinguer ne fait pas partie du cursus scolaire. Bien au contraire : l’éducation publique s’est transformée en endoctrinement. Des criminels ont enseigné aux gens à abandonner toute recherche rationnelle en entendant le terme « théorie de la conspiration » et donc à ignorer leurs crimes, sous peine d’être ridiculisés et socialement ostracisés.

Q est comme un grand camp d’entraînement pour les soldats du numérique, qui doivent apprendre à gérer ce monde de l’information complexe et querelleur. Les dépêches de Q utilisent souvent la méthode Socratique, en encourageant les gens à apprendre en posant des questions, plutôt que de fournir des réponses toutes faites. Q incite les gens à penser par eux-mêmes – plutôt que de dire aux gens que penser – et à utiliser la logique plutôt que l’émotion.

Q nous a aidé à comprendre sur quel genre de données nous pouvons nous baser dans un environnement de données rempli de désinformation, et de ce dont nous devrions nous méfier. Nous avons dû devenir plus judicieux dans la sélection de sources fiables, et plus perspicaces concernant les dates et les évènements à venir qui peuvent ou ne peuvent pas transpirer. Q a validé notre confiance dans les preuves et l’utilisation de la raison pour surmonter une prétendue autorité.

Deux ans passés à constituer cette « Armée de Q » ont créé un mouvement de masse de personnes qui remettent en cause tout ce qu’on leur raconte, en ne prenant rien pour argent comptant. 
Nous avons appris à développer notre réflexion, et à nous ouvrir à de nouvelles possibilités qui auraient précédemment été écartées comme « trop extravagantes ». Car la vérité est réellement plus étrange que la fiction – et de loin.



4.- Q est une arme d’information contre le crime institutionnalisé et les médias corrompus
Les multinationales médiatiques sont l’arme la plus puissante de «l’état secret» criminel qui est en train d’être dépossédé de son pouvoir. La subversion de nos médias a emmêlé les âmes de nos compatriotes dans un tissu de mensonges et de haine. Pour y faire face, Q a créé un formidable adversaire pour les «fausses nouvelles», composé des soldats du numérique qui dissèquent impitoyablement tous les mensonges en temps réel, 24 heures sur 24, 7 jours sur 7.

Dans la bataille qui s’annonce, les médias de masse corrompus vont tenter de tout utiliser à leur avantage – peu importe à quel point c’est indéfendable. Ils ont déjà travaillé d’arrache-pied pour prendre de l’avance sur le sujet, en jetant le doute sur les preuves vidéo en les présentant comme des «faux fabriqués» ; laissant entendre que la pédophilie est une préférence sexuelle plutôt qu’un crime détestable ; et même en essayant de normaliser le cannibalisme. (Le mot «pédovore» étant un terme que j’aurais souhaité ne pas rencontrer).

Au bout du compte, ce sera au public de décider qui dit la vérité : les médias de masse proposent-ils du journalisme ou de la propagande ? Se peut-il qu’il n’y ait qu’un seul scénario coordonné qui soit diffusé par tant de titres apparemment indépendants ? Comment un tel système de contrôle mental injuste peut-il exister dans une ère de technologie moderne ?

L’opération Q a été élaborée avec l’ultime clause de recours « catch-22* » pour un média multinational corrompu, prouvant de manière concluante qu’il s’agit de pure propagande, et non de journalisme légitime. 
Comment cela ? 
L’identité de Q est délibérément opaque. Q n’est pas un programme «officiel» du gouvernement ou de l’armée des Etats-Unis. Bien que Q propose des centaines de données de référence qui démontrent que Q est en effet lié à l’administration Trump. 
*recours à l’article 22 du règlement de l’armée de l’air Américaine : si un pilote demande à être démis de ses fonctions, il est jugé sain d'esprit et ne peut se soustraire à son devoir. (NdT)

Toute personne ordinaire peut les rechercher et les valider. Elles sont plus que convaincantes. Entre-temps les multinationales médiatiques publient d’interminables diatribes contre Q dénonçant tout ce que propose Q comme étant une «théorie de la conspiration déboulonnée». Ils écrivent des attaques ad hominem contre ceux qui pensent par eux-mêmes et rejettent les fausses histoires des médias. Pourtant ces «journalistes» ne font jamais l’enquête la plus élémentaire de demander au Président Trump si Q est légitime, et s’il y est connecté. Cette «question de Q» transforme Q en l’arme d’information la plus puissante (et paradoxale) de l’histoire : la crédibilité de l’ensemble des médias de masse est en jeu, et chaque jour, ils oublient de se demander si de plus en plus de gens ne réalisent pas qu’ils ne font pas du journalisme.

Le refus des médias de masse à poser cette simple question ne cesse de détruire leur crédibilité, sans que les forces de vérité n’aient à faire le moindre effort. Alors que le Spygate et d’autres scandales se déroulent, la colère du public devant la complicité des médias ne fait que s’amplifier, et les demandes de réponse à la «question qui est Q» deviendront irrésistibles. A ce moment-là, les multinationales médiatiques corrompues auront enclenché leur propre perte : chaque assertion de Q qu’elles contestent nécessitera une preuve officielle. Une avalanche de divulgation va s’abattre sur elles et les enterrer. Chaque attaque contre Q constituera une épitaphe – et sera un avertissement adressé à ceux qui seraient tentés de recourir à des mensonges organisés à l’avenir.
Envois et traduction de Patrick T.
----------------------------------
25/12/2018 - Trump envoie un message de «Qanon» aux militaires français pendant que la Russie mène le plus grand exercice de décontamination nucléaire de son histoire. 
le 20 décembre, un jet d’affaire C-37A Gulfstream V de l’U.S. Air Force a décollé de la base aérienne d’Andrews à l’extérieur de Washington D.C. à destination de l’île des  de Saint-Martin, dévastée récemment, pour retourner aux États-Unis moins de 24 heures plus tard le 21 décembre — et dont l’unique passager civil était la personnalité médiatique internationale basée aux États-Unis appelée Lionel – qui à son arrivée à Saint-Martin a été conduit par un convoi armé au Château des Palmiers, une propriété appartenant à The Trump Organization, où il a rencontré un attaché du Général Jean-Pierre Bosser*, le chef d’état-major de l’Armée de terre Française – rencontre secrète après laquelle Lionel a fait une publication énigmatique sur son site internet incluant une citation de Napoléon Bonaparte, alors dirigeant de la Révolution Française, selon laquelle «l’histoire est une suite de mensonges sur lesquels on est d’accord».

Qanon établit un lien entre l'US attorney et des milliers d'actes d'accusation scellés décrivant l'état profond.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire