lundi 16 septembre 2019

+++16/09 - URGENT - MANIFESTATION POUR METTRE FIN 
A L'IMPUNITÉ POLICIÈRE. 
AULNAY-SOUS-BOIS (93) - RASSEMBLEMENT MERCREDI. 
Un médiateur a été agressé par la police. 
83.000 aulnésiens en colère. 
Le 21 septembre. tous à Paris**


Hadama Traoré défend sa ville.
Il a manifesté avec les Gilets jaunes devant l'IGPN

Faites suivre en MASSE. Hadama travaille pour nous TOUS. Ce que l'état voyou se permet dans nos banlieues, il l'applique ensuite aux Gilets Jaunes, puis à l'ensemble de la population très bientôt. Nous n'avons plus longtemps pour réagir avant la dictature totale. le piège se referme.

Un médiateur a été sauvagement et sans raison valable, agressé par un policier, malmené par ses collègues et défendu par les policiers de Seine St Denis. Aucune sanction pour cette Bavure!!!!
----------------------------------------
Ce Lundi 16 septembre 2019, Le premier ministre sera à Aulnay-sous-bois, à 1D LOGISTIQUE, de 15h45 à 17h au 47 boulevard André Citroën 93600 Aulnay sous bois.

Soyons nombreux à partir de 15h car sa venue à Aulnay sous bois sans rencontrer la population suite au policier boxeur est une honte. Nos politiques ont le devoir d'assumer leurs responsabilités.
----------------------------------------
Mercredi. Tous devant le commissariat de la ville d'Aulnay-sous-bois de 16h à 20h
Nous sommes Tous quelle que soit notre race, notre religion... sur le même navire en train de couler
Voir la vidéo de l'agression:

Mobilisation ce mercredi 18 septembre 2019, de 16h à 20h, devant le commissariat de la ville d'Aulnay sous bois. Le mise à pied du policier de Sevran (93) dans l'agression de Lamine a été levé. Ce policier délinquant a été réintégré, car des policiers du commissariat de la ville d'Aulnay-sous-bois se sont mobilisés devant leur commissariat sans autorisation préfectoral. Qui nous protégent des policiers qui ne respectent pas le code de déontologie ?
-------------------------------------------
LA GUERRE EST DÉCLARÉE À L'INSTITUTION POLICIÈRE
La mort ou la dignité
Le mouvement LREEM prône, ni haine, ni violence, ni insulte. Le mouvement LREEM, fait valoir les droits de la majorité silencieuse.
Le mouvement LREEM est un mouvement pacifiste, c'est un mouvement qui prône la guerre psychologique pour une paix morale.
Ce mercredi 18 septembre de 16h à 20h, nous allons mettre en place une mobilisation MONSTRE, afin de déclaré la guerre à l'institution policière, au pied du commissariat de la ville d'Aulnay sous bois.
En effet, des policiers et des syndicats se sont mobilisés pour un policier délinquant, donc tous ces policiers se sont rendus complices de se délinquant.
Il faut arrêter de parler, il faut agir, pour assuré l'avenir de nos enfants, être la fierté de nos parents et vivre avec un maximum de sécurité et de dignité.
Il faut arrêter de faire les victimes, devenons des révolutionnaires.

Ce mercredi 18 septembre 2019, de 16h à 20h, soyons tous devant le commissariat de la ville d’Aulnay-sous-Bois.
--------------------------------------------
Chacun doit prendre ses responsabilités donc soyez présent ce mercredi 18 septembre de 16h à 20h. 
Seule l'union sera notre force. 
La révolution est en marche et personne ne pourra l'arrêter.

Hadama Traoré et un aulnésien dont le frère a été assassiné par la police d'Aulnay

Hadama Traoré dénonce et appelle à la manifestation et à l'Union

Voir vidéo d'aujourd'hui devant le commissariat d'Aulnay sous bois avec Mamad Camara :

Source : message reçu le 13 septembre 14h

Lieu :Aulnay-sous-Bois

Commissariat d'Aulnay-sous-Bois
26 Avenue Louis Barrault
Aulnay-sous-Bois (93)
RER-B, Transilien-K Aulnay-sous-Bois

------------------------------------------
Le policier suspendu après une interpellation musclée à Sevran va finalement être réintégré. En attendant que Castaner le décore comme les autres qui ont agressé des Gilets Jaunes ?*
C’est la décision du patron de la police nationale. Mercredi en fin d’après-midi, la vidéo de cette interpellation musclée avait suscité l’indignation sur les réseaux sociaux.
Le fonctionnaire de police suspendu jeudi par la Préfecture de Police de Paris (PP), au lendemain de la diffusion d’une vidéo sur les réseaux sociaux dans laquelle on le voit frapper à plusieurs reprises un homme lors d’une interpellation à Sevran (Seine-Saint-Denis), va finalement être réintégré sur décision du directeur général de la police nationale (DGPN), Eric Morvan, rapporte BFMTV, ce vendredi 13 septembre.
« Le préfet de police ne peut pas ordonner la suspension d’un fonctionnaire, mais uniquement la demander. Seul le ministre de l’Intérieur et le DGPN sont habilités à le faire », précise une source polière au « Parisien »
Selon la PP, l’altercation a eu lieu « mercredi à 18h25 lorsqu’un équipage de la circonscription de sécurité de proximité d’Aulnay-sous-Bois a procédé à l’interpellation, pour outrage, d’un individu », avenue Youri Gagarine à Sevran. L’Inspection générale de la Police nationale (IGPN) a été saisie.
Dans la vidéo diffusée sur les réseaux sociaux, on voit un échange verbal entre un policier et un jeune homme noir avant que le fonctionnaire se jette dans les jambes de l’individu pour le plaquer au sol. Repoussé, le policier revient à la charge à plusieurs reprises en assénant des coups de poing, auxquels l’homme répond également par des coups de poing dans une position de défense.
L’individu est ensuite interpellé après l’intervention d’un policier qui fait usage d’un pistolet à impulsion électrique de type Taser.
Sa garde à vue a été levée mercredi soir pour des raisons médicales et il a été hospitalisé, a indiqué le parquet à l’AFP. « Les circonstances de l’interpellation doivent être éclaircies », a-t-on précisé.
Indignation sur les réseaux sociaux : La vidéo de l’interpellation a suscité l’indignation sur les réseaux sociaux. Selon Cnews, l’homme que le policier a tenté d’interpeller est un médiateur à Sevran, connu de nombreux habitants. L’annonce de la suspension initiale du policier avait déclenché la colère de policiers de Seine-Saint-Denis qui s’étaient rassemblés jeudi soir devant le commissariat d’Aulnay. Parmi eux des responsables syndicaux, comme Linda Kebbeb du syndicat Unité SGP-Police. Sur Twitter, cette dernière dénonçait une « suspension juste pour le buzz ». Et rappelait la manifestation unitaire des syndicats de police, pour dénoncer les conditions de travail, le 2 octobre prochain sous le hashtag #MarcheDeLaColere.


La répression qu'il y a eu sur nos frères de banlieue est maintenant appliqué aux GJ, nous devons nous impliquer dans leur défense. Tout ceci nous était caché. On nous a fait croire que tous ces personnes de banlieue était de la racaille....
L'Union fait le Force. Force et Honneur.
La révolution est en Marche et Personne ne peut l'arrêter.

Demain, ce sera à vous ou à vos enfants que l'état voyou s'attaquera si vous ne défendez pas vos frères. Nous sommes UN. Ils nous ont désunis pour avoir le pouvoir. Si nous nous Unissons, ils le perdent et nous pouvons gagner sans combattre
«  Quand les nazis sont venus chercher les communistes, je n’ai rien dit, je n’étais pas communiste.
Quand ils ont enfermé les sociaux-démocrates, je n’ai rien dit, je n’étais pas social-démocrate.
Quand ils sont venus chercher les syndicalistes, je n’ai rien dit, je n’étais pas syndicali
Une autre force que nous ignorons. Si nous arrêtons de surconsommer, nous arrêtons de les nourrir.
---------------------------------------------
**Forces de l'ordre décorées par Christophe Castaner: “Une prime à la violence policière” dénonce Me Arié Alimi, avocat de Geneviève Legay
9.000 membres des forces de l'ordre doivent être prochainement décorés d'une médaille par Christophe Castaner, mais le cas de plusieurs d'entre eux fait grincer des dents. Ils sont soupçonnés de violences policières ces derniers mois, principalement dans le cadre de la mobilisation des gilets jaunes, d'après une information de Médiapart .
---------------------------------------------------
**Acte 45 - Mobilisation Historique : 
La France entière à Paris.



Relayons :


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire