mercredi 31 juillet 2019

31/07 - DISPARITION DE STEVE. 
LE PREMIER MINISTRE TENTE DE NOUS ENDORMIR 
EN LANÇANT UN MOIS D'ENQUÊTE. 



L'état fait tant de dépenses inutiles. Pourquoi ne pas avoir sécurisé cet endroit. Voyez la chute qu'on fait ces gamins, la nuit, rendus aveugles et étouffés par les gaz. Ces personnes qui les ont poussés dans la Loire savaient ce qu'ils faisaient, ce sont des monstres!!! 

Un rapport établi en 2017 après une intervention de police au même endroit le jour de la fête de la musique, deux ans avant le drame et dans un contexte extrêmement similaire, faisait état d’un repli stratégique des forces de l’ordre afin d’éviter toute chute dans la Loire. Une stratégie qui avait finalement permis de désamorcer la situation en douceur.
Mediapart a cité plusieurs policiers qui connaissaient visiblement l’existence de ce rapport. « Les problèmes sur le quai Wilson étaient déjà connus depuis 2017. Et malgré cela, on a de nouveau ordonné une intervention sur un lieu qui n’avait toujours pas été sécurisé. Les jeunes pouvaient tomber à l’eau, mais on y est allé et on a joué avec le feu. Ce drame aurait pu être évité. Et les responsabilités côté police, préfecture et mairie doivent être assumées », a ainsi confié l’un d’entre eux.
Un autre avait lâché : « Notre but est de protéger les jeunes, pas de les mettre en danger. » Et d’ajouter : « Cette année, il ne fallait pas intervenir ou alors il fallait leur trouver un autre lieu de fête. [...] Il faut remettre cela aussi dans un contexte plus général de durcissement des opérations de police. La hiérarchie n’y est évidemment pas étrangère et les pressions peuvent être fortes. »
Interrogé par France 3 Pays de la Loire le 25 juin, le secrétaire régional du syndicat Unité SGP Police, Philippe Boussion, avait lui aussi dénoncé très tôt « un manque de discernement » de la part du commandement de l’opération : « Plus nombreux, on ne se serait pas laissés déborder, on n’ aurait pas été mis en difficulté et ça n’aurait pas dégénéré. On n’est pas face à des casseurs qui mettent Nantes à sac mais face à des jeunes qui font la fête. On pouvait attendre cinq minutes de plus pour intervenir. [...] L’IGPN va devoir pointer les responsabilités des donneurs d’ordre. Est-ce qu’il fallait intervenir à 15 contre mille pour éteindre une sono ! »
Le maire de Nantes, Johanna Rolland, a également publié un texte le 18 juillet dans lequel elle réclamait au ministre de l’Intérieur la vérité sur « ce qui s’est déroulé » lors de l’intervention de la nuit du 21 au 22 juin : « De nombreuses questions restent sans réponse concernant une opération policière qui s’est tenue dans notre ville. Il doit désormais y être apporté, sans délai, des explications précises et publiques. »
Le 17 juillet, Mediapart avait également fustigé les « médailles de la honte » qui échoient chaque année aux policiers et aux gendarmes : parmi les plus de 9.000 médaillés de cette année figurait notamment le commissaire divisionnaire Grégoire Chassaing, qui a encadré l’opération après laquelle Steve Maia Caniço a disparu.

Nous ne devons pas laisser passer un tel scandale pour la mémoire de Steve, pour sa famille et pour toutes les victimes de cet état voyou.

Grégoire Chassaing, un assassin décor par un monstre.
Un policiers à charge
Nommé à Nantes, il prend le poste de directeur du service de sécurité et de proximité à l’hôtel de police de Nantes.
C’est lui qui a ordonné la charge, le 21 juin dernier, à Nantes, contre un groupe de teuffeurs, qui a abouti au décès de Steve.
Il est décrié et dénoncé par certains de ses collègues pour son autoritarisme, comme le souligne Philippe Boussion, secrétaire régional SGP-FO Pays-de-la-Loire, qui condamne la charge sur les quais de la Loire comme " une faute grave de discernement, un ordre aberrant ". Ce dernier précise de plus que : « à plusieurs reprises sur la vision de la sécurité de ce commissaire, qui expose régulièrement nos collègues par ses prises de décisions et sa vision exclusivement musclée de la sécurité ". Tout un programme…
http://demainlegrandsoir.org/spip.php?article2073
---------------------------------
Castaner n'a rien dit sur la mort de Steve, mais tout le monde l'a remarqué
J'entends Castaner donner l'ordre "Foutez- les moi à l'eau"
---------------------------------
Christophe Castaner: "J'ai écrit à la famille de Steve Caniço pour leur proposer de leur remettre, avant de le rendre public, ledit rapport"

Il a été conseillé à Castaner de ne plus l'ouvrir, ne disant que des conneries. Castaner parlant de transparence, ça ne peut que faire rire!
E. Philippe lui sert de chaperon, il est venu près de chez moi, monter au Front à Palaiseau. Je ne savais pas qu'il y avait la guerre dans cette ville. Le premier sinistre  a fait des selfis et a ainsi voulu donner une leçon à Castaner "Comment endormir la masse"
Édouard Philippe "apporte tout son soutien à Christophe Castaner" après l'affaire sur la mort de Steve Maia Caniço
Qu'ils sonrt mignoons et transparents



Essonne: Philippe et Castaner en visite dans un commissariat des Ulis

«On préfère le respect d'un arrêté plutôt que la protection des citoyens»
Entretien du 30/7/2019 avec Antonin Péchard, avocat au Barreau de Paris. Il était invité sur le plateau de RT France pour commenter le rapport de 2017 révélé par Médiapart qui soulignait le danger d'un intervention policière sur les bords de Loire à Nantes. Le 22 juin 2019, une intervention policière menait à la disparition de Steve Maia Caniço.
Arrêtons d'appeler les avocats "Maître" comme dans cette vidéo, de dire "Docteur" aux médecins, "Monsieur l'abbé au curé. Nous sommes Tous Égaux.
https://www.youtube.com/watch?v=5PoUoMMldXo

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire