dimanche 28 juillet 2019

+28/07 - LES ZONES D’OMBRE DE L’AFFAIRE ALSTOM 
ET FRÉDÉRIC PIERUCCI, EX-CADRE SUPÉRIEUR CHEZ ALSTOM. 
LA CABALE DE WASHINGTON DC 
SE SONT INSTAURÉES GENDARME DU MONDE. 




Arnaud de Montebourg, ministre de l'économie essaie de garder Alstom malgré les attaques de la Cabale, mais Macron prend sa place et est placé à la présidence pour brader les joyaux de notre pays. Trump est là pour mettre fin à tout ceci.

Frédéric Pierucci, ex-cadre supérieur chez Alstom. Son histoire est digne d’un thriller. En 2013, Frédéric Pierucci a été arrêté à la douane alors qu'il arrivait aux États-Unis. Du jour au lendemain, il se retrouve impliqué dans une affaire de corruption. Emprisonné sur le sol américain, il finit par plaider coupable, ce qui lui vaut un licenciement. Derrière cette affaire se cache un scandale d'État, voire selon lui «une guerre économique secrète» entre la France et les États-Unis. Alstom est en effet racheté quelques mois après son arrestation par le géant américain General Electric.
"Le piège américain"*. L'otage de la plus grande entreprise de déstabilisation économique témoigne (co-écrit avec Matthieu Aron) est publié aux éditions Jean-Claude Lattès.

*Le livre "Le piège américain" Frédéric Pierucci - 16 janvier 2019
Qui le sait ? Depuis la fin 2014 la France a perdu une partie du contrôle de ses centrales nucléaires au profit des Américains.
Je m’appelle Frédéric Pierucci et je me suis retrouvé, bien malgré moi, au cœur de ce scandale d’État. Ancien patron d’une des filiales d’Alstom, je connais les dessous de ce thriller à 12 milliards de dollars. Après avoir été longtemps contraint au silence, j’ai décidé, avec le journaliste Matthieu Aron, de les révéler. En avril 2013, j’ai été arrêté à New York par le FBI et poursuivi pour une affaire de corruption. Je n’ai pas touché un centime dans cette transaction, mais les autorités américaines m’ont enfermé pendant plus de deux ans – dont quatorze mois dans une prison de très haute sécurité. Un véritable chantage pour obliger Alstom à payer la plus gigantesque amende jamais infligée par les États-Unis, et à se vendre à General Electric, son grand concurrent américain. Mon histoire illustre la guerre secrète que les États-Unis livrent à la France et à l’Europe en détournant le droit et la morale pour les utiliser comme des armes économiques. L’une après l’autre, nos plus grandes sociétés (Alcatel, Total, Société Générale et bientôt d’autres) sont déstabilisées. Ces dernières années, plus de 14 milliards de dollars d’amende ont ainsi été payés par nos multinationales ces dernières années au Trésor américain. Et ce n’est qu’un début…

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire