dimanche 28 juillet 2019

28/07 - AFFAIRE LEGAY : SAISINE 
DU CONSEIL SUPÉRIEUR DE LA MAGISTRATURE. 
LA MILITANTE D'ATTAC GENEVIÈVE LEGAY TRICOTE 
ET ENVOIE UN GILET JAUNE À EMMANUEL MACRON. 

Une révélation chasse l'autre dans l'affaire Genevière Legay. Dernière en date, selon le journal le Monde, le procureur Jean-Michel Prêtre aurait reconnu avoir dédouané dans un premier temps les policiers, pour ne pas contredire le président de la République. Pour Geneviève Legay, ça fait beaucoup, elle et ses avocats demandent des sanctions au Conseil Supérieur de la Magistrature.

Le procureur menteur ne sera pas sanctionné!!!!
Le mensonge du procureur sur l'affaire Legay a ravivé les anciennes blessures.
https://www.youtube.com/watch?v=pWwLw2yAi14

C'est très grave!!!
AFFAIRE LEGAY RÉCAPITULATION: "SI LE PROCUREUR A MENTI, LA QUESTION DE LEUR INDÉPENDANCE AU POUVOIR SE POSE"
Par Laurent Joffrin
-----------------------------------------------------
LA MILITANTE D'ATTAC GENEVIÈVE LEGAY TRICOTE ET ENVOIE UN GILET JAUNE À EMMANUEL MACRON

Affaire Geneviève Legay : le procureur de la République a été témoin de la charge contre la septuagénaire et l’a caché lors de l'enquête, révèle Mediapart.
On a retrouvé la militante d’Attac à Nice. Malgré les séquelles, elle garde le sens de l’humour et adresse une lettre ouverte à Emmanuel Macron
Pendant sa convalescence Geneviève Legay, militante d'Attac, a décidé de tricoter un gilet jaune et un drapeau aux couleurs de la paix !
Depuis quatre mois, Geneviève Legay se repose, mais reste mobilisée pour se faire entendre et dire son opposition à la politique du gouvernement et d'Emmanuel Macron.
Elle vient de les envoyer, accompagnés d'une lettre, au président Macron. "Vos discours sont trop souvent méprisants. Vous n'êtes que mépris. J'ai 73 ans et suis fière d'être citoyenne à part entière. Je revendique ma liberté de manifester."
Geneviève Legay fait allusion aux déclarations d'Emmanuel Macron tout juste après après le 23 mars, où il avait "souhaité à la septuagénaire un 'prompt rétablissement, et peut-être une forme de sagesse' : 'Quand on est fragile, qu’on peut se faire bousculer, on ne se rend pas dans des lieux qui sont définis comme interdits et on ne se met pas dans des situations comme celle-ci'", avait-il commenté.
"Vous détricotez 150 ans de conquêtes sociales, moi je tricote" 
La militante n'en reste pas là, fustigeant dans sa lettre la politique du chef de l'État qu'elle qualifie de "honte" ou encore "d'œuvre de démolition". 
À la fin de la lettre, pas de formule de politesse pour le Président, la septuagénaire niçoise souligne : "Pour tout cela, la citoyenne que je suis ne peux pas vous saluer."
https://www.facebook.com/watch/?v=1752268801586031
Paru sur France Bleu Alpes Maritimes

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire