jeudi 25 juillet 2019

+25/07 - POURQUOI L'AFFAIRE JEFFREY EPSTEIN 
POURRAIT CONCERNER LA FRANCE ? 



Une association de protection des enfants demande une enquête en France sur le milliardaire américain inculpé aux États-Unis pour exploitation sexuelle de mineurs.
Jeffrey Epstein dort en prison depuis son arrestation le 6 juillet dernier. Après un séjour à Paris à son atterrissage aux États-Unis, le milliardaire américain a été interpellé pour trafic sexuel de mineures, après une enquête d'un journal local, le Miami Herald
Son inculpation a révélé un réseau tentaculaire de jeunes adolescentes réduites à l'esclavage sexuel aux États-Unis. Selon l'acte d'accusation, il aurait "fait venir des mineures - une quarantaine et certaines de 14 ans - dans ses résidences de Manhattan et de Palm Beach (Floride), entre 2002 et 2005 au moins, pour se livrer à des actes sexuels avec lui, après quoi il leur donnait des centaines de dollars en liquide".
"Il en a aussi payé certaines pour qu'elles recrutent d'autres filles afin qu'elles soient elles aussi abusées par Epstein", ajoute l'acte d'accusation. Et selon le procureur, "des photos de mineures nues avaient été saisies lors d'une perquisition au domicile de l'accusé à Manhattan." 
La sordide affaire pourrait traverser l'Atlantique car Jeffrey Epstein est propriétaire d'un appartement dans le 16e arrondissement de Paris. 

Dans un communiqué publié le 12 juillet, repéré par Loopsider, l'ONG Innocence en danger engagée dans la protection des enfants demande au parquet d'ouvrir une enquête "compte tenu du profil de M. Epstein, déjà condamné pour des faits semblables", en 2008 aux États-Unis et inscrit sur la liste des délinquants sexuels. "Il est légitime de se demander s'il n'y a pas de victimes mineures dans l'hexagone", poursuit le communiqué. 
Interrogée par L'Express, Homayra Sellier, fondatrice et directrice de l'ONG née il y a 20 ans, ne peut pas s'empêcher de penser que vu son profil, il faisait la même chose en France qu'aux États-Unis. "Il avait forcément des 'masseuses' françaises, avec la complicité de beaucoup de gens", avance-t-elle, ces "masseuses" renvoyant aux victimes recrutées par l'homme d'affaires pour satisfaire ses besoins et ceux de personnes influentes. "Vu son passé, c'est évident". Pourquoi ne pas porter plainte ? L'ONG répond qu'il faut une victime pour cela, et pour le moment, personne n'a accusé Epstein de quoique ce soit en France. 
"De nombreuses pistes mettent en relation Jeffrey Epstein et la France", ajoute à L'Express Christine Dolan, une journaliste américaine d'investigation indépendante qui "enquête sur Epstein depuis des années". Elle aussi évoque son voyage en France, juste avant son arrestation, et se demande ce qu'il y faisait : "On pourrait penser que les autorités françaises auraient pris le train en marche et tenteraient de découvrir ce qu'Epstein faisait en France avant de retourner de ce côté de l'Atlantique et d'être arrêté". 
Elle avance que le milliardaire entretenait des relations avec des Français, dont certains noms apparaissent dans un "black book", livre noir qui répertorie les contacts d'Epstein, dévoilé par la presse américaine en 2015. "On pourrait aussi penser qu'une enquête financière et criminelle serait en cours simultanément, non seulement aux États-Unis, mais dans tous les pays où il possédait des biens immobiliers - la France étant l'un d'eux. Le Nouveau-Mexique a ouvert une enquête, trouvé deux victimes et a dit publiquement qu'ils enquêtaient sur l'acquisition de son terrain au Nouveau-Mexique.
Où en sont les Français sur la question ?", interroge-t-elle encore. Une source judiciaire confirme à L'Express que le parquet de Paris n'a pas ouvert d'enquête
Comme toujours, la France protège les ordures!!!!
Incroyable mais vrai : dans un pays -la France- qui se targue de combattre les violences sexuelles, le silence relatif aux activités locales du pédocriminel Jeffrey Epstein est assourdissant.

Aucun reportage de la télévision hexagonale auprès de ses voisins d'un quartier cossu de Paris. 
Aucune enquête de Mediapart ou d'Envoyé spécial.
Et surtout : silence radio du côté du parquet de Paris. La justice française n'a pas réagi à la spectaculaire arrestation -samedi 6 juillet- et l'inculpation consécutive de Jeffrey Epstein pour "exploitation sexuelle de dizaines de jeunes filles mineures".
L'homme revenait pourtant de Paris, où il séjournait depuis le 14 juin (son jet privé était encore localisé dans la capitale française, fin mars).
Même discrétion (à ce jour) de la part de la police, notamment ceux de "l'Office central pour la répression de la traite des êtres humains" (OCRTEH).
Jeffrey Epstein n'est pas seulement un touriste américain coutumier de la France: le milliardaire de 66 ans, engagé pour Israël (notamment auprès denombreuses figures du Mossad -connu pour ses traquenards sexuels– et de l'appareil d'État israélien -tel Ehud Barak), y réside une partie de l'année. 

Outre les contacts téléphoniques privés du couturier Azzedine Alaïa et de la veuve du puissant Jean-Luc Lagardère, on y trouve les obsessions d'Epstein pour les salons de massage parisiens…
Dimanche, au lendemain de la capture d'Epstein, le rédacteur anonyme du journal Le Parisien s'est contenté, à l'instar de ses confrères paresseux, sionistes (telle Laurence Haïm) ou craintifs quant aux implications de l'affaire, d'évoquer"un pied-à-terre à Paris".

Bien évidemment la presse française s’empresse de dire qu'il était proche de Trump, ce que celui-ci a démenti.

Il dit s'être écarté de lui très rapidement.
En revanche, aux États-Unis, Jeffrey Epstein est un habitué de la justice. Inculpé le 8 juillet pour "exploitation sexuelle de mineures et d'association de malfaiteurs en vue d'exploiter sexuellement des mineures", ce n'est pas la première fois qu'il trempe dans une affaire de relations sexuelles avec jeunes filles. En 2008, il avait été condamné et avait purgé 13 mois de prison - alors qu'il encourait la prison à vie. 
Cet épisode avait mis en lumière les relations de Jeffrey Epstein avec des personnalités très influentes comme l'ex-président démocrate Bill Clinton ou encore le prince Andrew, fils de la reine britannique Elisabeth II. 
En 2015, une Américaine a accusé l'homme d'affaires, sous serment, d'avoir été embauchée en tant que "masseuse" à l'âge de 15 ans, puis forcée à avoir des rapports sexuels avec Jeffrey Epstein puis d'avoir dû assouvir les besoins d'autres hommes. Elle affirmait avoir beaucoup voyagé avec lui, en tant que son "esclave sexuelle", notamment à Paris. Ses accusations avaient toutefois été rejetées par le juge de Floride de l'époque, Kenneth Marra. 
-----------------------------------------------
Le Daily Mail ne supprimera pas ses photos d'un ex-1er ministre israélien chez Epstein, inculpé de trafic sexuel



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire