lundi 24 septembre 2018

24/09 - RADAR. LES GAULOIS SE REBIFFENT. 
« INSTINCTIVEMENT EST NÉE UNE RÉVOLTE » : ADVERSAIRES DU 80 KM/H
ILS ONT DÉCIDÉ DE S’EN PRENDRE AUX RADARS AUTOMATIQUES. 


Depuis l’annonce de cette nouvelle limitation de vitesse sur le réseau secondaire, le nombre de dégradations de radars est en hausse. 

Dans le coffre de sa voiture, Laurent* cache une bombe de peinture. Depuis le 1er juillet, et l’application de la limitation de vitesse à 80 km/h, ce père de famille mène une sorte de double-vie. « Lorsque je voyage de nuit et que je vois un radar près d’un bas-côté carrossable, je m’arrête, je fume une clope pour m’assurer qu’il n’y a personne et je barre le radar, explique ce quadragénaire, chef d’entreprise dans le sud de la France, à franceinfo. Je n’avais jamais fait ça avant, j’ai le cœur qui s’accélère un peu. »
Comme lui, ils sont de plus en plus nombreux à s’en prendre à ce symbole de l’Etat. Des radars automatiques ont ainsi été repeints en rose dans le Nord, en blanc dans l’Eure, en bleu dans le Jura. Un autre a même été incendié en Normandie tandis que trois personnes ont scié un de ces appareils dans les Vosges… Ces dégradations n’en finissent plus de noircir les pages des journaux locaux. Difficile, néanmoins, d’en savoir plus sur l’ampleur du phénomène. Contactée par franceinfo, la Sécurité routière refuse de donner un bilan chiffré « pour éviter d’alimenter tout phénomène de surenchère ». Elle reconnaît tout de même une augmentation « des dégradations légères » depuis le début de l’année.
Nous avons sollicité des dizaines de préfectures : une seule nous a indiqué le nombre de précis de dégradations dans son département. Il s’agit des Ardennes, où 44 appareils ont été vandalisés entre le 1er janvier et le 31 août 2018. Un chiffre qui a augmenté de 50% par rapport à 2017. Silence radio dans les autres préfectures. Certaines assurent ne pas disposer de ce décompte tandis que d’autres refusent de le diffuser. « On nous demande de pas trop communiquer de façon précise », nous a-t-on ainsi répondu dans l’Ain.
Plusieurs enquêtes en cours
Au gré de ses nombreux déplacements professionnels, Laurent affirme avoir tagué une cinquantaine de radars dans toute la France. « Ce ne sont pas des actions préméditées, ce sont des opportunités, jure-t-il. S’il y a un risque, je ne le fais pas. Si c’est à côté de chez moi, non plus. » Il n’a jamais parlé de ses opérations nocturnes à ses proches. Même sa femme n’est pas au courant. « Je ne peux pas me permettre de me faire prendre », souffle-t-il.
Et pour cause : ces actions peuvent coûter cher à leurs auteurs. L’infraction est punie jusqu’à trois ans d’emprisonnement et de 45 000 euros d’amende, selon les articles 322-1 et 322-2 du Code pénal. Plusieurs enquêtes sont d’ailleurs en cours dans différents départements à la suite de plaintes déposées par des préfectures. « Je sais ce que j’encours et je l’assumerai, indique Laurent, pas franchement habitué aux opérations militantes. Je n’ai jamais rien dégradé auparavant, je crois même que j’ai tous mes points de permis. »
C'est l'état le voleur. Quand on pense que l'escroc et criminel Sarkozy est toujours en liberté !
« J’ai le sentiment qu’on me prive d’une liberté »
Son ton calme dissimule tout de même difficilement sa rogne face au plan de sécurité routière annoncé par Edouard Philippe au début de l’année. « En janvier, je n’y ai pas cru. Je me suis dit : ‘ils ne vont pas le faire' », relate-t-il. Mais l’entrée en vigueur de la limitation de vitesse à 80 km/h a fait exploser sa rancœur. « Instinctivement est née une révolte. J’ai une colère que j’ai du mal à expliquer, reconnaît-il, sans éclats de voix. Ça peut paraître bête, mais ça n’est plus acceptable. Ce n’est pas du tout adapté à la réalité que nous vivons en tant que ruraux. On se sent infantilisés, méprisés. J’ai le sentiment qu’on me prive d’une liberté. »

Le discours du gouvernement est complètement déphasé. Ce sont les élucubrations d’un bobo parisien qui roule en vélo électrique.

Laurent, tagueur de radar à franceinfo
Laurent, qui se présente comme « libéral de gauche », dit pourtant avoir d’abord été séduit par Emmanuel Macron. « Je suis pile l’électeur de La République en marche. Mais aux prochaines élections, je mets ’80 km/h’ sur mon bulletin et j’espère qu’ils vont se prendre une tôle, lâche-t-il, désabusé. Les politiques parisiens ne se rendent pas compte que, dans les cafés des campagnes, on parle de ça. Et on en parle matin, midi et soir. »
« C’est une politique de ‘sécurité rentière' »
Jean-Louis*, lui, a participé à plusieurs opérations plus symboliques contre des radars. « Nos actions se limitent au bâchage et à la pose d’autocollants, détaille à franceinfo ce membre de la Fédération française des motards en colère dans les Yvelines. On ne cautionne en aucun cas les dégradations. C’est un délit. » Le motard a réalisé ses opérations de bâchage en groupe et en plein jour pour exprimer son mécontentement.

On vise des radars qui sont des pompes à fric.

Jean-Louis, motard en colère 
Sur la forme, ces bâchages ne représentent pas une dégradation, selon les motards en colère. Le radar est simplement recouvert par un sac-poubelle qui l’empêche de fonctionner, sans l’abîmer. Pour appuyer cette analyse, ils brandissent la décision rendue par le tribunal correctionnel de Mont-le-Marsan, en mars 2018. A cette époque, les juges avaient relaxé Lionel Candelon, un éleveur de canards en colère contre l’Etat et poursuivi pour avoir bâché deux radars dans les Landes. « Si l’on s’en tient à une interprétation stricte de la loi, vous n’avez ni dégradé, ni eu l’intention de le faire », avait tranché la magistrate.
Sur le fond, le message, lui, demeure toujours le même. « Le Premier ministre s’est engagé personnellement en prenant une décision autocratique sur les 80 km/h, s’insurge Jean-Louis, assis devant un dessin représentant des motards en train de jouer aux fléchettes sur un radar. On stigmatise la vitesse, alors que ce n’est pas la cause principale des accidents. C’est une politique de ‘sécurité rentière’. » La vitesse, qu’elle soit excessive ou inadaptée, est pourtant le premier facteur de mortalité sur les routes, selon les derniers chiffres de la Sécurité routière.
« Belle œuvre d’art, merci »
Toutes ces actions trouvent un point de ralliement : les réseaux sociaux. Sur Facebook, les motards en colère publient des photos de leurs opérations. Laurent, pour sa part, appelle carrément les internautes à s’en prendre aux radars. « Prenez votre bombe, gardez-la dans votre voiture et lorsque vous avez l’opportunité, vous marquez, vous le faites, vous agissez », lance-t-il.

Les manifestations peuvent créer des frictions parce qu’on génère des problèmes de circulation. Alors qu’un bâchage de radars, ça ne gêne personne, et c’est vu avec bienveillance.

Jean-Louis, motard en colère à franceinfo
Effectivement, sur les groupes Facebook dédiés au partage d’informations sur les radars et les contrôles routiers, des dizaines de milliers d’internautes se réjouissent ouvertement des dégradations récentes dans leur département. Les photos des vandalisations sont célébrées, « likées » et encouragées. « Belle œuvre d’art, merci », « iI faut persévérer », « nous devons tous s’y mettre », affirment des internautes sous la photo d’un radar tagué.
74% des Français opposés au 80 km/h
Il faut dire que la grogne semble être généralisée, à en croire les dernières études d’opinion. Près des trois-quarts des Français (74%) se disent ainsi opposés à la limitation à 80 km/h, estimant qu’il s’agit d’une mesure « technocrate » et « inutile », selon un sondage Odoxa pour L’Express, France Inter et la presse régionale, publié le 26 juin 2018. « Que veulent nous dire les Français ? ‘J’en ai ras-le-bol’, analyse Pierre Chasseray, secrétaire général de l’association 40 millions d’automobilistes. Ces actions servent notre discours, même si elles ne sont pas cautionnables, parce qu’illégales. »

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire