samedi 23 juin 2018

+23/06 - MACRON TRAITE LES FRANÇAIS PATRIOTES DE LÉPREUX, 
PARCE QU'ILS REFUSENT 
L’INVASION MIGRATOIRE PROGRAMMÉE.  


Macron nous reproche d'aimer notre pays et nous traite de lépreux
Macron dénonce "la lèpre qui monte" en Europe. La lèpre ce sont ceux qui aiment leur pays.
Dans un discours prononcé jeudi 21 juin à Quimper, Emmanuel Macron s'en est pris aux nationalismes qui émergent un peu partout en Europe. Il a dénoncé à cette occasion "la lèpre qui monte" sur le continent.
Il y a un public qui applaudit au levé d'une pancarte avec un micro proche.
Et ils ose faire ça en Bretagne qui ont déjà du mal à se dire Français. Ils sont Bretons.!
------------------------------------
Emmanuelle Ménard : "la lèpre! Emmanuel Macron est rattrapé par la réalité" 23/6
https://www.youtube.com/watch?v=IKGlaG7hlbc

Riposte laïque : Le petit Cron, Manu pour les lycéens, nous traite de lépreux, nous, les hommes et les femmes engagés dans la lutte pour la survie de notre pays face au libéralisme.
Un lycéen l'appelé Manu, il n'a pas apprécié, mais d'autres fois ça le flatte. Manu n'aimerait pas les jeunes? Oui, on n'appelait pas Napoléon "nana" ou "popo"! Et vu qu'il se prend pour Napoléon et qu'il a été Napoléon d'après des voyants, ça s'explique. Bon, maintenant qu'il fait la fête avec des Gyas à l'Elysée au vu de tous, ça va être de plus en plus difficile pour lui de se faire respecter.

Et qu’on cesse de me casser les “quenouilles” avec des pleurnicheries du type “ce n’est pas ça le libéralisme”, qu’on arrête de me les briser en faisant cinquante nuances de diagnostic entre le libéralisme politique, le libéralisme économique, l’ultra-libéralisme, le libertarisme, le social-libéralisme.
Il n’y a jamais eu de nazisme modéré, il n’y a pas l’ombre d’un islamisme modéré. Idem pour le libéralisme, cette idéologie qui en politique comme en économie, optimise, maximise, tranche dans les effectifs tout en levant pour la galerie un sourcil moralisateur. Le libéralisme, c’est tout ce qui révulse dans nos rues et notre quotidien depuis des décennies : délocalisation de nos industries, privatisation de nos autoroutes, vente de nos grandes entreprises à des entreprises étrangères (Alsthom à General Electric), diminution des retraites, blocage des salaires, rappeurs musulmans au Bataclan quand ils ne courent pas sur les tombes de nos soldats à Verdun, GPA et PMA, mariage pour tous, hôpitaux en faillite, abandon des ruraux… Chaque fois que vous voyez une situation (les campements sur les quais parisiens…), un événement (la prochaine libéralisation du cannabis…), un individu qui vous débecte particulièrement par ses propos (Attali…), dites-vous, « c’est ça le libéralisme ».

Le Macron, celui qui commande pour 500.000 euros de faïencerie pour recevoir ses amis à l’Elysée, celui qui se fait installer une piscine à nos frais dans une résidence secondaire de la République, celui qui invite pour la Fête de la musique langienne, un DJ Kiddy Smile qui monte sur scène avec un T-shirt annonçant “Fils d’immigré, noir et pédé”, un “artiste engagé” qui affirme s’opposer à la « répression des migrants » et dit qu’il reversera son cachet de la soirée à une association immigrationniste, nous considère donc atteints de la lèpre, et de ce fait, lépreux.

Cette lèpre «populiste» ne nous rongerait pas les extrémités mais le cerveau (son extrémité droite sans doute ?) selon l’homme qui a remplacé le sien par une calculette, et pose à l’Elysée au milieu des figures de la musique électro comme un pharaon entouré de ses esclaves et de sa concubine spéciale.
J’ai connu des lépreux, à La Foa, une petite ville de la Côte Ouest de Nouvelle-Calédonie et surtout au Centre Raoul Follereau de Nouméa. C’étaient tous des gens admirables. J’ai lu de beaux textes sur l’Ile aux Lépreux – l’île aux chèvres –, là où on les parquait près de Nouméa.
Alors, je veux bien être un lépreux populiste parce que je m’inquiète de l’immigration massive, du Grand Remplacement, parce que je ne pense pas comme les médias, le show-biz, les politicards, les universitaires, les juges aimeraient que je pense, parce que je m’inquiète pour les miens avant de songer aux autres que les bateaux des associations déversent dans nos ports, parce que je vomis le politiquement correct que d’autres associations (ou parfois les mêmes) veulent me faire ingurgiter de force dans les tribunaux, sur les plateaux de télévision, dans les pages des quotidiens.
Je préfère être un pauvre lépreux que la marionnette européiste qui dort à l’Elysée.
Mais à force de crier « haro sur le baudet ». Ne parle-t-on pas de supprimer les pensions de réversion ? 
Que Manu se méfie des misérables. La fable de LaFontaine – poète si cher à Blanquer – pourrait trouver une nouvelle morale.

Marcus Graven
Pour vos enfants ou pour ceux qui dorment:
-------------------------------
Un petit con de journaleux se moque d'un patriote. Ce qui compte pour eux c'est de faire rire les gens piégés devant leur télé et qui aime les fouilles Merd.....On voit la réaction de De Villiers quand il apprend que le journaleux qui veut lui tirer les vers du nez est du "quotidien", émission quotidienne de lavage de cerveau par excellence..
Philippe de Villiers nouveau meilleur ami d'Emmanuel Macron - "Quotidien" du 14 juin 2018

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire