vendredi 15 juin 2018

15/06 - LA VISITE DE POUTINE EN AUTRICHE 
EST LE SIGNE DE LA LIBÉRATION DE L’EUROPE. 


Poutine et Sebastian Kurz en Autriche
Nous vivons une révolution pacifique.
MOSCOU. Marine Le Pen, leader du Rassemblement national français (ancien Front national), dit voir des signes de ce qui, à son avis, est le début de la libération de l’Europe, citant comme exemple la popularité croissante des forces de centre-droit dans plusieurs pays européens et la rencontre du président russe Vladimir Poutine avec le chancelier autrichien Sebastian Kurz lors de sa visite à Vienne.
« La rencontre de Kurz,[Heinz-Christian] Strache (vice-chancelier, ministre de la fonction publique et des sports) et Poutine et rapprochement entre[le ministre italien de l’Intérieur Matteo] Salvini et[le premier ministre hongrois Viktor]. Orban : la libération de l’Europe commence maintenant », a tweeté Le Pen mercredi.
Plus tôt, elle est apparue sur les ondes de la radio France Culture pour exprimer la même opinion, sans mentionner de personnalités.
« Le monde d’aujourd’hui fait un choix différent de celui des 30 dernières années. Il s’agira d’une véritable révolution pacifique et démocratique, d’un détour par rapport à la mondialisation sauvage, au libre-échange universel et à l’immigration. Ce sera un virage vers la protection « , a-t-elle déclaré. « Italie, Hongrie, Autriche – nous sommes témoins du début de la libération de l’Europe ! » Selon elle, en Europe, il ne devrait pas y avoir de place pour des entités supranationales dont les décisions l’emporteraient sur celles des gouvernements nationaux.

Poutine a effectué une visite d’une journée en Autriche le 5 juin. Il s’agissait de son premier voyage à l’étranger après la cérémonie d’investiture présidentielle du 7 mai. La visite était prévue pour le 50e anniversaire du début de l’exportation de gaz soviétique vers l’Autriche, premier pays d’Europe occidentale à avoir conclu un contrat de gaz avec l’Union soviétique en 1968. Poutine s’est entretenu avec le président fédéral autrichien Alexander Van der Bellen et le chancelier fédéral Sebastian Kurz, a déposé une couronne sur le monument au soldat libérateur soviétique à Schwarzenbergplatz, a visité un forum du conseil économique russo-autrichien à la Chambre de l’économie autrichienne et a ouvert une exposition de peintures du musée de l’Ermitage au Musée d’histoire de l’art de Vienne.
On a collé l'étiquette "extrême droite" au FN comme on a mis l’étiquette "complotiste", dès qu'on se pose des questions. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire