dimanche 10 juin 2018

+10/06 - CHINE, RUSSIE, IRAN : LE SOMMET DE L'OCS 
VEUT CHANGER LA DONNE FACE À L'OCCIDENT. 



Le G7 ou 6 contre l'OCS et Trump au milieu. Plus intéressant et important que le foot!
Et si Trump allait à ce sommet plutôt que de se rendre en Corée où il n'a plus rien à faire, la Paix étant déjà signée. On nous annonce une surprise pour le 11 juin.

Ce week-end à Qingdao, dans l’est de la Chine, aura lieu le sommet de l’Organisation de Coopération de Shanghai (OCS) qui réunit outre la Chine… la Russie, l’Inde, le Kazakhstan, le Pakistan, le Kirghizstan, le Tadjikistan et l’Ouzbékistan.  L’Iran n’aura qu’un statut d’observateur lors de cette rencontre, mais le président Hassan Rohani aura certainement l’occasion d’évoquer la question de l’accord nucléaire avec son homologue chinois Xi Jinping. La Chine compte bien jouer un premier rôle dans le sauvetage de l’accord dont Washington s’est retiré unilatéralement.

Sur fond de tensions au G7 entre les États-Unis et ses partenaires occidentaux, la Russie, la Chine et l'Iran se réunissent lors d'un sommet commun dans l'est de la Chine.
Le timing n’a peut-être pas été choisi au hasard. En plein G7, qui réunit à Toronto plusieurs grandes puissances européennes, ainsi que le Canada, les États-Unis et le Japon, les chefs d’État russe, iranien et chinois ont pour leur part décidé de se retrouver lors d’un sommet organisé dans l’est de la Chine, dans la grande ville côtière de Qingdao. Le Premier ministre indien, Narendra Modi se rendra également sur place.
Le sommet est organisé par l’Organisation de coopération de Shanghai, qui, outre la Chine et la Russie, réunit plusieurs pays d'Asie centrale et du Sud. Lancée en 2001, l’OCS, chargée principalement de résoudre des questions frontalières, a vu au fil des années son rôle s’élargir et vise notamment à contrecarrer l’influence des États-Unis et de l’OTAN.

Pas question de déstabiliser la région avec de nouvelles sanctions onusiennes. Des entreprises chinoises seront tentées, voire même incitées, à s’engouffrer dans la brèche en profitant du départ programmé des firmes américaines et celui, probable, des compagnies européennes.

Un coup de poker gagnant-gagna

Qu'y a-t-il à l'agenda? Officiellement.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire