vendredi 1 juin 2018

+++01/06 - L’ARNAQUE KHAZAR DE LA DETTE :
L’ULTIME SONNERIE DU RÉVEIL. 
C’est parfaitement possible pour un pays de refuser de payer sa dette.* 

3 minutes pour comprendre : le pouvoir des Banques par Vincent Lapierre
https://www.youtube.com/watch?time_continue=1&v=Ehme7ai4C_s

L’arnaque Khazar de la dette. Une dette qui n’en est pas une.

L’arnaque réside dans l’illusion de la monnaie qui nous réduit en esclavage :
La plupart des gens n’ont aucune idée du fait que l’argent n’a aucune valeur, et que le système bancaire des Banques Centrales, et les gouvernements qui le tolèrent sont totalement corrompus. 
Soyez conscients que nous le peuple et notre pays pris ensemble ne sont qu’une nation soumise à Dieu, à égalité avec les autres 208 nations souveraines du monde. 
Malheureusement, la plupart des gens ont perdu l’étincelle de Lumière qui en faisait un exemple d’estime de soi. Pour remédier à cet inconvénient, chaque citoyen devrait prendre note des informations d’initiés suivantes pour comprendre comment et pourquoi nous le peuple, avons été attirés dans un perpétuel esclavage de la dette.

La plupart des gens ne savent pas vraiment ce qu’est la monnaie et ce qu’elle n’est pas. On la considère comme un acquis mais cela ne devrait pas être le cas. Une des principales erreurs qui est commise est que la monnaie est considérée comme une dette, ce qui n’est pas le cas. La dette ne peut servir de monnaie. Et pourtant tout le système monétaire mondial est fondé sur la dette, ce qui est une contradiction en soi ! 
Donc, il est évident que le système financier est voué à une fin catastrophique inévitable. Il n’y a pas moyen d’y échapper, parce que la dette ne peut servir de monnaie.



Juste en légalisant l’équivalence entre : 
- la monnaie créée par les gens ordinaires qui se font confiance, qui est de l’argent de confiance
et l’argent des banques centrales qui est de la monnaie de dette, étant donné que cette dernière a la prééminence. 
Il en résulte de l’inflation, qui est en elle-même du vol qualifié : car l’accroissement de la monnaie va bien au-delà de la confiance sociale. Le conflit entre les deux types de monnaie – celle de la confiance contre celle de la dette – est évident : parce qu’un dollar ne peut être dépensé qu’une fois – en principe pour des transactions privées entre citoyens, mais ce même dollar est de nouveau destiné à rembourser la dette publique, par des mécanismes auxquels les gouvernements se sont engagés, sans le consentement, ni la connaissance de ses citoyens.

Pour faire simple : le créancier de la monnaie doit être remboursé – qui est la Banque Centrale – avec la même monnaie créée à partir de rien. Entre la Banque Centrale et les citoyens abusés, on crée un écran de fumée : par l’EXIGENCE du gouvernement que les citoyens PAIENT leurs impôts dans la monnaie de la banque centrale.

Et c’est précisément l’engagement qui définit l’essence de la monnaie de dette.


C’est par ce mécanisme, que se crée de l’inflation, qui n’est due à rien d’autre qu’à l’injection de monnaie fiduciaire – de monnaie de dette – dans le montant existant de monnaie de confiance. Il s’agit en fait d’un « abus de confiance » par rapport aux gens, ou ce qu’on appelle purement et simplement une ESCROQUERIE. Chacun sait que la dette doit toujours être remboursée, donc les gens continuent collectivement de rembourser une dette à laquelle ils ne se sont jamais engagés
Voilà quelle est l’ARNAQUE délibérée et flagrante.

Cette arnaque a les conséquences suivantes : si toute la dette est remboursée, alors il ne reste plus d’argent en circulation. Parce que la première source d’approvisionnement en monnaie – la monnaie de confiance – sert de garantie pour la seconde – la monnaie de dette – et que la seconde sert à acheter la première, alors que toutes deux maintiennent l’illusion de la monnaie. En d’autres termes, la dette publique exige de créer de la monnaie alors qu’on dit aux gens que leur argent est nécessaire pour rembourser la dette publique, ce qui est bien sûr une absurdité complète et un gros mensonge !

En résumé :
L’engagement de la monnaie de confiance est une promesse. 
La garantie de la monnaie de dette qui est suscitée par la «dette» exige une garantie pour laquelle on crée des impôts collectés par le gouvernement pour rembourser la dette perpétuelle «sans fin» à la Banque Centrale dans la même monnaie que la banque centrale a émis à partir de rien. 
Tout cela est ensuite mélangé avec la monnaie de confiance déjà en circulation, rendant ainsi l’ARNAQUE invisible.

La vérité sur le système monétaire pour le penseur analytique !
Cette arnaque est fondée sur le principe de prêts perpétuels imposés par les banquiers centraux aux gouvernements qui empruntent l’argent qui n’existait pas avant le prêt, contre la garantie de l’argent de l’impôts prélevé sur les gens. De la monnaie que les gouvernements eux-mêmes auraient pu créer sans intérêt. Mais les gouvernements ont été contraints de participer à des entreprises appartenant à la Mafia Khazar des Rothschild et sont donc obligés d’emprunter à ces banques centrales.
La vérité est que la manipulation est telle que quelque chose est créé à partir de rien.

La dette souveraine est nécessaire pour créer de la monnaie de dette et qu’on dise aux gens que l’argent de leurs impôts est nécessaire pour «rembourser la dette». Cela conduit à une conclusion logique : si toute la dette est remboursée, il n’y aura plus d’argent en circulation. Par conséquent, les Banquiers Centraux ont créé le terme de «dette perpétuelle» qui ne sera jamais remboursée, et cela fait du Gouvernement un gros menteur.

Comme l’a dit Henry Ford I, il y a plus d’un siècle : «Si les gens comprenaient l’arnaque qui s’appelle monnaie, nous aurions la révolution demain».

Actuellement, le monde est en train de vivre cette révolution, étant donné qu’il devient évident que toutes ces misères ne sont dues qu’au fait que le système financier occidental a été en faillite depuis 1933. En outre, depuis 1971, le dollar des Etats-Unis n’a plus de base logique de valeur en raison d’un manque de garanties tangibles. Ce n’est que du vent ! Cela signifie que notre « monnaie », dans vos comptes en banque, n’est tout simplement pas réelle ! Et ne l’a jamais été !


Tout comme le USD, l’Euro, le Yen, etc. ainsi que les obligations du Trésor, les obligations pourries, les FNB (Fonds négociés en Bourse) et les actions et les obligations des sociétés Américaines, Canadiennes, Européennes et Australiennes. Tout n’est qu’une création illusoire et c’est ce qui provoque tout ce chaos et le danger de l’effondrement imminent des marchés et du système de la Réserve Fédérale. 

L’offensive Chinoise contre le pétrodollar ne devrait pourtant pas être interprétée comme une initiative contre les Etats-Unis. C’est en réalité une offensive contre les près de 700 Mafieux Khazars qui ont utilisé leur contrôle du pétrodollar comme partie de leur plan de réduire l’humanité en esclavage.

En fait, actuellement les patriotes Occidentaux combattent aux côtés de leurs alliés Asiatiques pour libérer les gens de leur esclavage. C’est pourquoi les «bases souterraines» du monde entier sont détruites. Les militaires Américains ont récemment éliminé une base installée sur le fond de la mer qui a été impliquée dans les attaques provoquées par les Khazars, à l’origine des mystérieux incendies dans le nord de la Californie.

En outre, les militaires Américains se sont assurés que tous les patrons de la mafia Khazar soient évincés du conseil des gouverneurs du Conseil d’Administration de la Réserve Fédérale. Le nouveau président de la Banque de la Réserve Fédérale de New York, John Williams, a déjà déclaré publiquement que la création monétaire aux Etats-Unis devrait être garantie par des actifs et devrait profiter à de nouvelles catégories comme les revenus moyens, au lieu de remettre l’argent à des banques privées contrôlées par des oligarques Khazars. Cibler les «revenus moyens» signifie donner l’argent au citoyen moyen au lieu d’une élite ésotérique satanique.

De plus, dans le cadre d’une offensive contre les Khazars et leur arnaque de «création de monnaie à partir de rien», une loi a été proposée au Congrès des Etats-Unis qui exige que la devise des Etats-Unis soit garantie par l’or. A ce sujet, des négociations top-secret se poursuivent, mais devraient aboutir à ce que des «dizaines de milliers de milliards» de dollars soient mis à disposition pour reconstruire les Etats-Unis, selon des initiés participant aux négociations en cours.

Cela finit par un nouveau Commencement
Donc lorsque le USN (US Note ou billet des Etats-Unis) sera introduit au cours de l’année, et que les choses deviendront concrètes, des évènements et des changements dramatiques rapides se produiront plus soudainement que quiconque l’aura cru possible, et la grande illusion de la domination occidentale prendra fin.

La fin de la cabale se déroule en direct, en ce moment-même, et signifiera la fin de leur monde mais non du nôtre. En fait, pour nous c’est le début d’une renaissance dorée de la souveraineté humaine sur le monde, dont les répercussions se feront sentir dans tout le cosmos. La situation sera que le syndicat du crime aliène de la cabale n’aura plus le contrôle des affaires humaines qu’elle aura exercé pendant plus d’un millénaire.

Pensez aux dommages collatéraux causés par la chute des mécanismes de contrôle de la cabale, lorsqu’il n’y aura plus de Dollars US pour payer quoi que ce soit parce que littéralement il n’y aura plus de Dollar du tout ! Ne pensez pas que cette histoire sera publiée dans les grands médias de masse. Bien sûr que non. Les grands médias de masse parleront de dégâts catastrophique instantanés ! Le massacre psychologique atteindra de nouveaux sommets des deux côtés de la vérité. Nombreux sont ceux qui vont péter les plombs ou pire imploser.

Les voix électorales n’ont jamais compté pour les candidats pressentis : les Clinton, Bush, Obama, Reagan, Carter, Nixon, Johnson, Eisenhower, Truman et Ford : ils faisaient tous partie du plan directeur de la cabale non seulement pour maintenir l’humanité en esclavage, mais pour éradiquer génétiquement les brins d’ADN divin de la planète, dans le but de créer une race d’esclaves unisexuée multicolore vivant dans la misère complète et destinée uniquement à extraire les ressources naturelles de la Terre et à servir de serfs pour l’élite.


Chaque aspect de la société moderne a été créé pour que l’humanité modifie ses perceptions collectives des possibilités, en éteignant artificiellement sa soif innée de vérité. Juste pour maintenir le public dans l’ignorance en diminuant sa capacité d’imagination. 

Les présentateurs des médias, les célébrités et les sites des médias sociaux perpétuent le mensonge principal en légitimant les coups montés comme Sandy Hook, les fausses versions de l’assassinat de JFK et de tentative d’assassinat de Reagan, sans parler de l’attentat à la bombe du marathon de Boston et de la fusillade du Bataclan à Paris. Afin que votre politicien supposément «élu» puisse sembler contribuer à la solution du problème en protégeant/améliorant la société. Ce qui est bien sûr une complète absurdité !

La société n’a jamais été réellement améliorée, tout comme la dette n’a jamais été remboursée, ou que l’or de Fort Knox n’a jamais été vérifié, ce sont des problèmes qui sont juste transmis à la génération suivante afin qu’elle ne les résolve pas à son tour.
Ensuite ils augmentent les impôts pour spolier davantage les gens et réduire encore leurs libertés.

La cabale a créé secrètement des impasses pendant des siècles, à dessein, tout comme ils ont essayé de dissimuler l’effondrement du système financier occidental vers 1933, afin de continuer le jeu consistant à réduire en esclavage la classe moyenne mondiale, afin qu’elle soit privée en permanence des moyens de se retourner contre eux.

Nettoyer le Bourbier Mondialiste
Les plans pour nettoyer le bourbier mondialiste ont été conçus il y a plus d’un siècle. Lorsqu’on travaille à un tel projet, chacun devient impatient parce que les choses n’avancent pas assez vite. 

Afin de faire s’effondrer tout le système de manière à ce qu’il ne puisse renaître de ses cendres, nous devons grimper tout en haut du mât du totem. Lorsque nous parlons de gens comme les Clinton, la famille Bush et Soros, nous parlons de gens de niveau intermédiaire. Ce sont les marionnettes du syndicat mondialiste. Ces gens obéissent aux directives des Rothschild et des Rockefeller. 

Pour remettre le pays sur pied, évincer les Clinton et Soros ne suffit pas, parce que cette créature reviendrait à la vie. Nous devons nous débarrasser des entités qui sont au-dessus de ces joueurs de niveau intermédiaire. C’est pourquoi cela prend si longtemps. Il se pourrait qu’il faille encore plusieurs mois pour que cette créature soit éliminée, dit Bob Mazur, l’ancien agent de la brigade antidrogue qui est responsable de la chute du baron de la drogue, le Roi Pablo Escobar et de la banque BCCI qui servait à blanchir l’argent de la drogue. – Les traîtres et les félons de «l’État Secret» sont soucieux et cernés.

Cela n’a rien à voir avec le fait d’essayer de faire basculer un dur à cuire de la mafia. Ces gens sont des débutants en termes de criminalité. Bien sûr, ils étaient impliqués dans des activités criminelles. Ils cherchaient à obtenir plus de pouvoir et d’argent, mais ces gens ne sont pas des criminels endurcis. Donc ils vont manger le morceau en une seconde, et ils ne s’arrêteront pas de déballer et de signer des accords. Ils moucharderont sur autant de monde que nécessaire pour sauver leur peau. Aucun d’eux, à ce moment-là, ne peut faire confiance à l’autre. Le but ultime est de monter à un niveau supérieur de la hiérarchie, avant d’éliminer les Clinton, la famille Bush et Soros, et ensuite d’appliquer la pression nécessaire pour arriver au sommet.

Rappelez-vous, les Mondialistes sont des Lucifériens. Ils soutiennent le trafic d’êtres humains, particulièrement des enfants. Ils contrôlent nos politiciens avec de sales affaires impliquant l’abus et l’attentat à la pudeur sur enfants. Malheureusement, il y a trop de gens qui n’arrivent pas à comprendre cela. Ils pensent qu’il s’agit d’une théorie de la conspiration.

Nous y sommes. Faites confiance au Plan !
Le début de l’avalanche de vérité est là. Elle va commencer à s’élancer à une vitesse énorme et une grande puissance, et elle ne va pas s’arrêter jusqu’à ce que la cabale soit totalement éliminée de la planète Terre. Et cela arrivera certainement bien avant le 11 novembre 2018. C’est la date du Grand Défilé de la Victoire promis par Q Anon / le Président Trump.

Le Président Trump nous prévient tous qu’une énorme avalanche est prête à débouler dans les cœurs et les esprits de la population des Etats-Unis, et finalement du reste du monde. 
Le Président Trump dit dans un tweet : «C’est plus gros que le Watergate …»

«Un rapport imminent de l’Inspecteur Général (IG) pourrait affirmer que le FBI et le Département de la Justice ont violé la loi au cours de l’enquête sur les courriels d’Hillary Clinton».

Q dit :  « Nous avons atteint depuis longtemps notre altitude de croisière de 40.000 pieds12.000 mètres. Nous nous préparons à l’atterrissage, et vous prions d’attacher vos ceintures et de vous assurer que votre siège et votre tablette sont en position verticale».  

Q Anon a fait référence aux 40.000 pieds dans plusieurs messages. C’est en relation avec la vue d’ensemble du Plan de l’Alliance. Les gens devraient toujours voir les choses d’un point de vue plus élevé, plus large. Comme le dit souvent Q Anon : «L’avenir vérifie le passé».


Le Grand Eveil 
Malgré de nombreuses initiatives personnelles de la part de bloggeurs, de journalistes indépendants, de chercheurs de vérité, de révolutionnaires et le sources alternatives d’information, qui pendant de nombreuses années nous ont alerté sur ces dangers, ces incohérences, la corruption généralisée à tous les niveaux de la finance et du gouvernement, générés par le mensonge et la tromperie, la souffrance de millions de gens en raison des mesures d’austérité inutiles, culminant dans les crises économique actuelles délibérément créées, etc., trop de gens sont encore insouciants, apathiques ou trop ignorants pour reconnaître les signes avant-coureurs. 

Si nous n’agissons pas maintenant, nous qui vivons aujourd’hui seront tenus pour responsables d’avoir toléré le massacre de milliards d’êtres humains, en n’étant pas conscients et volontaires pour entreprendre les étapes significatives pour arrêter ce projet, en préférant rester incompétents et apathiques.

VOUS SAVEZ CE QU'IL NOUS RESTE À FAIRE?

Envois et traduction de Patrick T.
-----------------------------
2 dates 1913 aux USA et 1973 en France.
Le système de la Federal Reserve a été créé en 1913 par le congrès des États-Unis (Federal Reserve Act). Le congre élabore un nouveau projet de banque centrale la "Federal reserve bank act" fut donc votée et promulguée par le président Woodrow Wilson le 29 décembre 1913.**
Ils ont construit et coulé le Titanic pour se débarrasser de gros industriels opposants à la FED**
-----------------------------
En France De Pompidou à Macron, le système Rothschild tire toujours profit de la dette publique...
Depuis la loi de 1973, dite «loi Rothschild», du nom de la banque dont était issu l’ancien président de la République, Georges Pompidou, l’État est obligé de passer par le système des banques privées pour financer son endettement.
Aujourd’hui, Emmanuel Macron, issu lui aussi de la banque Rothschild, ne compte pas bien sûr remettre en cause cette loi, préférant faire des coupes sombres dans les budgets sociaux pour réduire le déficit de l’État… 

Depuis 1973, le Trésor public ne peut plus présenter ses propres effets à l’escompte de la Banque de France. En clair, l’État est condamné à se financer par des emprunts, contre intérêts, auprès de banques privées, au lieu de continuer à emprunter sans intérêt auprès de la Banque de France.

Comment en est-on arrivé là ? 
En 1973, après 30 années de création monétaire, l'économie française était remise à flot. Dans l’esprit de l’ancien président de la République, Georges Pompidou, et des hauts fonctionnaires qui l’entouraient à l’époque, la France était désormais reconstruite suite aux destructions de la deuxième guerre mondiale. 
Il semblait donc plus aussi nécessaire de laisser persister des mécanismes qui s'étaient avérés bénéfiques pour le financement de dépenses d’investissements structurels, d'autant plus que ces mécanismes de création monétaire avaient été souvent utilisés pour financer le fonctionnement courant de l'État. 
Il s’agissait avant tout d'instituer un garde-fou afin de préserver le pays de l’inflation et des dévaluations de la monnaie en s'imposant une discipline budgétaire. Il apparut souhaitable à la fois d'encadrer les dérives potentielles de l'État et de sortir d'une ère d'économie administrée en établissant un autre système de financement.
Mais le problème, c’est que ces bonnes intentions finirent par faire le jeu du monde de la finance qui a vite vu l’intérêt qu’il pouvait retirer d’un système par lequel l’État devait obligatoirement passer pour emprunter. De ce point de vue, la loi de 1973 fut également le fruit d'un habile lobbying bancaire visant à neutraliser tous ceux qui étaient favorables au système en vigueur jusqu'ici.
Cette loi a été abrogée en 1994 mais après avoir été étendue et confortée au niveau de l’Union européenne par les traités de Maastricht (à compter du 1er novembre 1993, article 104) et Lisbonne (à compter du 1er décembre 2009, article 123) que la France appliquer à la lettre depuis cette date.

Les critiques de la loi de 1973
Contrairement à ce qu’escomptaient les initiateurs de la loi de 1973, l’endettement public non seulement s’est poursuivi mais a augmenté considérablement, l’État étant progressivement devenu l’otage d’un système financier privé. 
On le voit aujourd’hui en France mais aussi en Grèce, en Irlande, au Portugal, en Espagne, en Italie, ce ne sont plus les états qui gouvernent mais la «troïka» (Union européenne, Fond monétaire international et Banque centrale européenne) qui resserre toujours davantage son emprise financière sur les pays, notamment du Sud de l’Europe.
La critique de cette loi a notamment été porté par Étienne Chouard qui a préfacé le livre de l'essayiste altermondialiste André-Jacques Holbecq «La dette publique, une affaire rentable», publié en 2008.

Le webdocumentaire «L'Argent Dette*» (documentaire sur la création monétaire, 2008) de Paul Grignon, fustige le fait que les États empruntent de l'argent et payent des intérêts, alors qu'ils pourraient créer l'argent. Diffusé en streaming sur le web et en DVD, il nous montre à l'aide d'animations et d'explications claires la façon dont est créé l'argent. Et contrairement à ce que l'on peut croire, la monnaie créée par l'État ne représente que 5% de l'argent en circulation contre 95% créée par quelqu'un signant une reconnaissance de dette à une banque. 

Gabriel Galand et Alain Grandjean, membres de l'association «Chômage et Monnaie », créée en 1992, ont dénoncé eux aussi cette loi dans un livre de 1996, "La monnaie dévoilée", aux Editions L'Harmattan. 

Dans le documentaire franco-allemand d'Arte, «La dette, une spirale infernale?», le pouvoir des banques de créer de l'argent à partir de rien, contre une promesse de remboursement y est critiqué également par le regretté Bernard Maris qui expliquait notamment : «L'argent, qui était devenu un bien public - c'est-à-dire que l'État gérait la création monétaire - est redevenu un bien privé, créé par les banques, de grandes puissances autonomes, dans les années 1970, et après ça n'a fait que s'amplifier».

C'était aussi l'avis de Michel Rocard qui estimait que cette loi a «interdit à l’État de se financer sans intérêt auprès de la banque de France» et l'a obligé à «aller se financer sur le marché financier privé à 4 ou 5 %».

Dans son livre «L'Arnaque du siècle» de 2012, Nicolas Dupont-Aignan écrit « Comment pouvons-nous accepter d'avoir transféré la création monétaire au secteur privé, c'est-à-dire aux banques privées? […] Est-il normal, pour construire une autoroute, pour financer le haut débit, d'emprunter à 3% à des banques ou par des obligations alors que la banque centrale publique prête à 1%? […] Alors même que l'on pourrait, comme la France l'a fait jusqu'en 73 […] financer à un taux abordable nos équipements publics?».

Des critiques, comme Emmanuel Todd, vont jusqu'à considérer que la dette est illégitime et ne doit pas être remboursée.

Des chiffres méprisés par Emmanuel Macron

Si les taux d’intérêt ont fortement diminué ces dernières années, s'établissant à moins de 1% en moyenne ou même négatifs à certaines périodes de l'année depuis 2012, ils ont été très élevés par le passé.
Dans les années 80, le taux d’intérêt moyen à 10 ans était de 11,9%, dans les années 90 de 6,3%, dans les années 2000 de 3,9%. En 2011, les taux d'intérêt à dix ans notamment sur les emprunts d'État de la Grèce ont atteint des niveaux record, jusqu'à 17,68 % ! La tension sur la Grèce a poussé à la hausse les taux des autres pays fragiles de la zone euro : les rendements à dix ans de l'Irlande ont atteint jusqu’à 11,31 % et ceux du Portugal 10,46 %.
En 1978, la dette publique de la France représentait 72,8 milliards € et 21,2% du PIB.
En 1988 : 302,8 milliards € et 33,3% du PIB.
En 1998 : 787,4 milliards € et 59,6% du PIB.
En 2005 : 1147,6 milliards € et 66,8% du PIB. 
La charge de la dette (paiement des intérêts seuls) se montait à 47,4 milliards d'euros, soit la presque totalité de l'impôt sur le revenu payé par les Français. Cette charge était le deuxième poste budgétaire de l'État français, après celui de l'Éducation nationale et avant celui de la Défense. 
En 2007 : 1211,6 milliards € et 64,2 % du PIB. La charge des intérêts se montait à plus de 50 milliards d'euros, soit l'équivalent du déficit public. 
Fin 2013 : 1925,3 milliards d'euros, soit 93,5 % du PIB. 
A la fin du 1er semestre 2014, la dette a dépassé officiellement les 2000 milliards €. 
Fin 2015, lorsque Emmanuel Macron était encore ministre de l’Économie, de l’industrie et du Numérique, la dette est montée à 2098 milliards € !
Fin juillet 2017, la dette s’élevait à 2226 milliards € (soir 35 441 € par habitant et 70 882 € par ménage)
Un calcul précis révèle en outre que de 1980 à 2008, la dette a augmenté de 1088 milliards €, les intérêts payés se montant à 1306 milliards d’euros ! Sans les intérêts encaissés par les financiers privés, la dette publique française se serait élevée, fin 2008, à 21,4 milliards d’euros au lieu de 1327 milliards € ! 
Une situation dramatique qui s’est encore aggravée depuis la crise de 2008 où, en volant au secours des institutions financières, l’État est également devenu le fournisseur en premier ressort de ces mêmes institutions qui lui reprochent son endettement et lui appliquent en conséquence des taux usuraires. 
Aujourd’hui, Emmanuel Macron occulte systématiquement le problème du financement de la dette publique par des organismes bancaires privés à l’image des «éminents journalistes» que sont les Apathie, Barbier, Calvi, Demorand, Joffrin, Lechypre, Lenglet, Pernaut, Pujadas qui préfèrent parler de «l’insupportable fardeau de la dette», «la France en faillite», «les nécessaires sacrifices à faire», «la nécessité de ne pas vivre au-dessus de nos moyens» etc.
C’est ainsi que s’imposent dans l’opinion françaises et européenne des vérités apparentes qui confortent l'inéluctabilité de l’austérité et la remise en cause le système des créanciers privés pour financer l’endettement des états…
-----------------------------
La Banque fédéral des États-Unis : une énorme escroquerie ..
12 février 2012
Les financiers internationaux dominent le monde grâce à leurs mainmises sur les gouvernements. Ces manipulateurs tapis dans l'ombre provoquent des chocs à intervalles réguliers (guerres, crises financières, chocs pétroliers, tensions etc.) dans leurs intérêts. Pour ces hommes à l'avidité dépravée et à l'appétit vorace, la population n'est autre qu'un ensemble de pions dans un jeu dont les règles sont écrites au sein même de leurs clubs privés. Pour s'en rendre compte il suffit pour cela de comprendre l'histoire de l'économie mondiale et les coulisses de la création de la plus grande supercherie jamais inventée : La réserve fédérale des États-Unis...
Bref retour historique pour comprendre comment cela s'est passé :
À l'origine, en 1791, le gouvernement américain crée la "first bank of the united states" chargé de l'émission de la nouvelle monnaie américaine et de la régulation du crédit.
Puis en 1816, après la seconde guerre contre les Britanniques, elle est remplacée par la "second bank of the united states "crée pour stopper l'inflation de l'après guerre .
En 1830, celle-ci fut dissoute par le président Andrew Jackson qui était méfiant à l'égard des banquiers, qui ne sont à ses yeux que des vautours affamés qui ne seront responsable de rien devant le peuple américain ..
Suite à la panique bancaire de 1907, le congrès élabora un nouveau projet de banque centrale la "Federal reserve bank act" fut donc votée et promulguée par le président Woodrow Wilson le 29 décembre 1913..
Mais on verra par la suite que Woodrow Wilson avouera avoir stupidement été manipulé par les banquiers internationaux ...

Cette idée de création de l'institution monétaire a été pensée en 1910, à ce moment précis, les cinq plus grands banquiers qui contrôlaient la finance mondial se sont réunis sur l'Ile de Jekyl pour élaborer les plans de ce qui allait devenir l'institution privée la plus puissante des États unis : La Reserve fédéral américaine (appelé aussi "la Fed")

Ce club de banquiers internationaux se réunirent régulièrement à huis clos et dans le plus grand secret pour créer, le système de réserve fédéral
y étaient présent pêle-mêle :(Les deux plus gros banquiers internationaux les Rotshilds, les Rockefellers puis Paul Warburg de la banque Rothschild, Benjamin Strong de la banque Morgan, Abraham Piatt de l'US treasury (trésor américain), Frank Vander Lip président de la Citibank, Charles Norton président de la First National Bank of New york, JP Morgan de la banque Morgan, et Nelson Aldrich qui étais à ce moment là sénateur de Rhode island..)"
Cependant ils devaient avoir sous leurs coupes un président docile et à leurs avantages pour enraciner leurs projets et faire passer leurs lois...
Le projet de la banque fédéral fut donc soumis aux congrès américain une première fois mais fut rejeté par les progressiste et démocrate du congrès malgré la pression de grands financiers .

Le club des six personnalités les plus riches à cet époque décidèrent donc à ce moment précis que s'ils ne pouvaient faire passer leurs lois sous un président républicain, un démocrate ferais parfaitement l'affaire ...
En 1912, un candidat était favoris à la présidence, le très populaire Wiliam Lord Taft, mais ils virent qu il était hostile à leurs encontre, les banquiers se penchèrent donc sur Woodrow Wilson dont les idées étaient simplistes mais ce fut peine perdue car ils se rendirent compte que Wilson ne ferait pas le poids contre William Howard tafs ...

À ce moment-là, le banquier JP Morgan eut une idée astucieuse: il était un ami intime d'un certain Théodore Roosevelt et demanda à celui-ci de sortir de sa retraite pour créer le parti progressiste, cela donna pour effet de scinder le parti républicain en deux entités avec pour conséquence l'élection logique de Woodrow Wilson et le résultat fut une loi à l'apparence anodine, sur la création de la banque fédéral qui fut adoptée au congrès, c'était durant les fêtes de fin d'années (le 29 décembre), et elle passa de façon quasi inaperçu si bien que personne aux États-Unis ne se douta de rien ...

C'est donc grâce à ce jeu vicieux qu'ils arrivèrent à créer la réserve fédéral américaine le 29 décembre 1913. Beaucoup plus tard, en 1916, Wilson aura des remords et déclarera avant sa mort, je cite : "La croissance de notre nation et toute notre activité sont entre les mains de quelques hommes. Nous en sommes venus à être un des gouvernements les plus mal dirigés du monde civilisé, un des plus contrôlés et dominés non pas par la conviction et le vote de la majorité mais par l’opinion et la force d’un petit groupe d’hommes dominants."
Vers la fin de sa vie wislon avouera même avoir été tromper et qu'ont l'a force à signer cette loi.

La création de la réserve fédéral représentera donc une espèce de banque privée, dont les membres sont les plus grands banquiers internationaux qui leur permettra une prise de contrôle totale des leviers économiques des États unis (et donc du monde occidental puisque 1ère puissance mondiale et pays créateur de la principale monnaie d'échange).
Les financiers internationaux savent très bien les méthodes les plus vicieuses pour tirer profit de leurs intérêts, si l'on prends l'exemple des conflits, les banquiers ont toujours pris soin de financer les deux camps. Chaque guerre amenant en effet son lot de vente d’armes et de prêts et les prêts colossaux octroyés aux nazis durant la seconde guerre mondiale ainsi que la vente des armes américaines aux pays engagés le démontre parfaitement ...

L’économiste et prix Nobel Milton Friedman affirma même sans vergogne que la réserve fédérale est l'unique coupable de la grande dépression des années 30 en réduisant sournoisement et de manières volontaires la masse monétaire en circulation.
En effet, à cette époque les épargnants s'étaient ruées pour encaisser leurs avoirs. On reprocha d'ailleurs longtemps au système de réserve fédérale de n’avoir rien fait alors qu’ils avaient le pouvoir et le devoir de fournir l’argent qui aurait permis aux banques de remplir leurs obligations face aux déposants.

Louis Mcfadden, membre du congrès et président d’une commission d'enquête sur le rôle des banques au moment du crach financier, déclara je cite :"La grande dépression est un évènement intentionnellement causé par des banquiers internationaux qui ont créé une situation désespérée qui leur à permis de sortir de cette crise avec les pleins pouvoirs sur nos vies."

Durant les Quatre années qui précédèrent le crach, une flopée d'initiés, sentant le vent tourner et instigateur même de la dégringolade avenir, liquideront judicieusement leurs avoirs bancaire, ce qui leur permettra d’acheter ensuite, des compagnies pour une poignée de dollars.
Pour se rendre compte que ce système d'accaparation des richesses existe depuis bien longtemps, voici ce qu'a dit le chancelier allemand Otto Von Bismarck, de son époque, au sujet de la guerre de sécession, et faites juste après la guerre contre les britanniques : je cite "la division des États-Unis a été orchestrée par les pouvoirs financiers d’Europe. Ils avaient peur que les États-Unis anéantissent leur domination financière sur le monde.

Ils voyaient un grand avantage à faire affaire avec deux démocraties affaiblies par leurs dettes, plutôt qu’à une république forte et indépendante."
Abraham Lincoln , durant la guerre de sécession, fit appel aux banquiers de Wall Street, pour financer la guerre, mais ceux-ci lui demandèrent plus de 36% d’intérêts par année. Lincoln refusa et demanda au congrès d’émettre l’argent.
En réalité, En 1862-1863 , le président Lincoln qui avait déjà percé le jeu malsain des pachas de la réserve fédéral américaine, refusa catégoriquement d'accepter le deal et de leur payer des sommes colossales d'intérêts.
En réponse à leurs arnaque, il chargera peu après le Congrès de faire imprimer les dollars "Green Back" pour payer les troupes de l'Union. L’assassinat de Lincoln peu de temps après sera relié, par certains observateurs avisés, aux banquiers qui voulaient à ce moment là avoir le contrôle total de la monnaie..
Tout de suite après ce drame, les "Greenbacks" furent retirés de la circulation et rachetés à un prix ridiculement bas par les banquiers Morgan, Belmont, Rothschild etc.. 
Un peu plus tard on verra qu'un autre président J.F. Kennedy, qui voulut prendre son exemple en souhaitant réintroduire des obligations du gouvernement plutôt que des obligations de la réserve fédérale sera mystérieusement assassiné..

En réalité, beaucoup de gens ignorent que le dollar n'est pas émis par le gouvernement mais par un conglomérat de banquiers internationaux et que la réserve fédérale n’est pas du tout fédérale et n'a encore moins de réserve...
À l'origine, la banque de la réserve fédérale appartenait à cinq banques d’affaires de Londres créées par la banque d’Angleterre..
Mais peu importe de savoir qui possède la réserve fédérale, ce qui est intéressant c'est de savoir qui en a le monopole et qui la contrôle (qui dit monopole dit aide du pouvoir et donc du gouvernement en place...) C'est simple, à coups de millions de dollars, ils achètent tous les politiques qu'ils veulent et font passer toutes les lois qu'ils souhaitent, peu importe la couleur des élus des congrès américain et du président en exercice.

L'une des activistes qui génère le plus de profits pour un banquier international est ni plus moins lorsque le sang est versée ...en l'occurrence la guerre... la guerre engendre en effet un profit colossale aux banquiers internationaux (mais pas qu'eux cela va du complexe industriel de l'armement aux entreprises du BTP chargées des reconstructions, en passant par les sociétés privées de tous bords... la liste des mains trempées dans le sang est bien longue). 

Ce n'est pas une surprise donc: les principaux bénéficiaire d'une guerre sont les financiers internationaux. Il suffit de jeter un œil à notre histoire de l’Europe et de l’Amérique du Nord depuis 300 ans, pour se rendre compte que les banquiers internationaux ont eu tout intérêt à voir deux ou plusieurs pays s'entretuer et des crises s'engager...
Il faut savoir aussi qu'au cours des guerres, ces criminels vendent des armes à l’un des adversaires et prêtent de l’argent à l’autre pour faire des profits.
A cet égard leurs perversités les conduisirent meme à financer, a l'époque , Trotski et Lénine avec des milliards de dollars en or et en prêts pour que ceux-ci déclenchent la révolution en Russie. Avec pour résultat l’entrée des États-Unis dans la guerre, le départ de la Russie et le conflit qui dura deux années de plus. 

Prenons à présent l'exemple de la bourse : la bourse est le terrain de jeu de cette spoliation financière dépravante.
Pendant les deux années qui ont précédés le crach de 1929, la réserve fédérale des États unis à augmenté la masse monétaire du pays de 62%, de tel sorte que beaucoup d'américains naïfs achetaient, vendaient, garantissaient, empruntaient à des taux minables en pensant que cette abondance de monnaie et cette croissance explosive n’auraient pas de fin. Puis "crak" d'un seul coup , au moment du crach, les initiés de la banque fédéral ont cessé d’augmenter la masse monétaire laissant ceux qui avaient mis en garantie leurs actions, leurs obligations et leurs biens tout perdre (c'est d'ailleurs exactement ce qu'il s'est passé avec la bulle internet et la récente crise..)
Beaucoup d'anciens présidents américains reconnurent cette main mise des milieux financiers ..
Thomas Jefferson par exemple écrivait : «Je considère que les institutions bancaires sont plus dangereuses qu’une armée. Si jamais le peuple américain autorise les banques privées à contrôler leur masse monétaire, les banques et les corporations qui se développeront autour d’elles vont dépouiller les gens de leurs biens jusqu’au jour où leurs enfants se réveilleront sans domicile sur le continent que leurs Pères avaient conquis» .

En 1791, le Président George Washington, complice des financiers, autorisera la création d’une banque privée dénommée Banque des États-Unis et lui donnera pendant 20 ans le privilège la monnaie dette de l’État.

Le quatrième président, James Madison cherchera à mettre fin à ce privilège mais échouera. Il écrira quand à lui : «L'histoire révèle que les banquiers utilisent toutes les formes d’abus, d’intrigues, de supercheries et tous les moyens violents possibles afin de maintenir leur contrôle sur les gouvernements par le contrôle de l’émission de la monnaie»

Woodrow Wilson dira : " Nous sommes contrôlés par un groupe d'hommes puissants issue du gouvernement le moins bien dirigé et le plus contrôlé du monde civilisé, est -ce que des conspirateurs sinistres contrôlent nos vies? Si ils existent je ne voudrais pas être l'un des leurs" ...
il dira aussi : "Certains des plus grands hommes aux États unis, dans le commerce et l'industrie manufacturières ont peur car ils savent qu'il y à quelque part un pouvoir si bien organisé, si subtil, si vigilant et si invasif qu'ils feraient bien de ne pas élever la voix quand ils les condamnent" 
------------------------------------
Eric Toussaint, un grand homme qui s'est battu pour les démunis.
CADTM international (Comité pour l'abolition des dettes illégitimes)


Eric Toussaint, belge, docteur en sciences politiques des universités de Liège et de Paris VIII est le porte-parole du CADTM international (Comité pour l'abolition des dettes illégitimes) et membre du Conseil scientifique d’ATTAC France.

Il est l’auteur des livres : 
Bancocratie, ADEN, Bruxelles, 2014 ; 
Procès d’un homme exemplaire, Éditions Al Dante, Marseille, 2013 ; 

Il est coauteur avec Damien Millet des livres :
AAA, Audit, Annulation, Autre politique, Le Seuil, Paris, 2012 ; 
La dette ou la vie, Aden/CADTM, Bruxelles, 2011. Ce dernier livre a reçu le Prix du livre politique octroyé par la Foire du livre politique de Liège

Il a coordonné les travaux de la Commission pour la Vérité sur la dette publique de la Grèce créée le 4 avril 2015 par la présidente du Parlement grec. Cette commission a fonctionné sous les auspices du parlement entre avril et octobre 2015. Suite à sa dissolution annoncée le 12 novembre 2015 par le nouveau président du parlement grec, l’ex-Commission poursuit ses travaux et s’est dotée d’un statut légal d’association sans but lucratif.

CADTM Comité pour l'abolition des dettes illégitimes
------------------------------------
Voir ses nombreuses vidéos, dont celle ci très courte mais qui dit l'essentiel. Comment la Cabale a piégé le tiers monde.
L'origine de la dette par Eric Toussaint
La dette est illégale
A faire suivre à vos contact africains.

Eric Toussaint a aidé l'Equateur
DETTE: Lutter contre les fonds vautours (Eric Toussaint)
----------------------------------------
Les leçons de l’Équateur pour l’annulation de la dette illégitime

*C’est parfaitement possible pour un pays de refuser de payer sa dette

Ceci pour la petite histoire car avec la réévaluation prochaine bien des choses devraient changer
------------------------------------------------------------------------
** Alcyon Pléiades 5 (REPUBLIÉ): Conspiration sur le naufrage du Titanic et les attentats

Il y a de bonnes choses dans cette série Alcyone, mais, je vous conseille de ne pas suivre les vidéos mensuelles qui font paniquer et surtout qui ne savent pas la vérité sur Obama, Trump....
Les vidéos par thème, OK comme celle-ci

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire