mercredi 23 mai 2018

23/05 - DES CRS EN CIVIL SAUVAGEMENT AGRESSÉS À GRENOBLE 
LE LENDEMAIN DE LA FUSILLADE DE MARSEILLE. 
IL LEUR FAUT LES MOYEN DE SE DÉFENDRE ! 

Manifestation des policiers à Marseille
pour leur collègues agressés à Viry-Chatillon en 2016
Il faut arrêter cette hémorragie de violence. Donc faire arrêter notre gouvernement qui en est la cause. C'est le seul moyen et seul le Conseil National de Transition (CNTF) nous en donne la possibilité. Les officiers supérieur honnêtes ne doivent plus mettre la vie de leurs collègues en danger !!!
Comment expliquer ces agressions ces derniers jours, ainsi que l'agression des forces de police lors de la manifestation du 22 mai à Paris. Tout s'était super bien passé sans que les manifestants ne rencontrent de forces de police comme c'est l'habitude et sont arrivés ces casseurs qui ont commencé à crier "tout le monde déteste la police"? Afin que cette phrase nous tourne dans la tête. Payés par Qui? Un article va suivre. J'étais à cette magnifique manifestation et elle n'a pas été relayée dans sa partie Lumineuse. Tant de Fraternité !!!!
"Tout le monde déteste les journalistes"? Désolée, vous êtes si nombreux à me lire!

Quatre CRS en civil ont été agressés à Grenoble (Isère) lundi 23 mai par plusieurs individus. L'un des hommes, grièvement blessé, est toujours hospitalisé. "Ils ont été abordés par deux individus à moto, qui tournaient et les frôlaient en les insultant, puis ils se sont retournés et ont vu notre collègue qui est le plus sévèrement touché se faire littéralement massacrer par une dizaine d'individus", a indiqué, mercredi sur franceinfo, Jean-Marie Philips, délégué régional Est du syndicat Alliance pour les CRS.

CRS agressés à Chalon-sur-Saône : les réactions en Bourgogne

Jean-Marie Philips a considéré que les agresseurs savaient qu'ils s'en prenaient à des policiers. Le représentant du syndicat de police Alliance a dénoncé une opération préméditée. Visiblement tout était préparé. Ça a été véritablement très rapide, mené comme une opération coup de poing. Policiers du mauvais côté ?

Selon le syndicaliste, les CRS étaient facilement repérables, même en étant en tenue civile. "Dans les quartiers où tout le monde se côtoie et tout le monde se connaît, lorsque l'on voit cinq, six personnes avec une coupe de cheveux propre, cheveux courts, avec un accent pas forcément de la région, la relation est tout de suite faite, ce sont des CRS", a-t-il assuré. 
Trois des CRS agressés ont déposé plainte. Deux de leurs collègues qui sont intervenus pour les secourir ont également porté plainte.
A mon humble avis, c'est bien pire que ça. Les CRS, à commencer par Marc Granié, se rangent enfin du côté du peuple et osent ne plus obéir à des ordres voyous et ont veut leur faire payer.
----------------------
Il y avait déjà eu la fusillade dans le quartier de la Busserine à Marseille
Un commando a tiré plusieurs coups de feu lundi dans une cité des quartiers nord. Aucune personne n'a été blessée mais deux policiers ont été pris en joue par les suspects.
Une scène irréelle. L'enquête se poursuit, mardi 22 mai, pour retrouver le commando armé de kalachnikovs qui a tiré en l'air, la veille, dans le quartier de la Busserine à Marseille. La fusillade n'a pas fait de blessé, mais 2 policiers ont été mis en joue par les assaillants. La police judiciaire, chargée de l'enquête, cherche notamment à déterminer si deux voitures retrouvées calcinées après la fusillade ont pu servir aux malfaiteurs, mais ne confirme pas pour l'instant si un homme a été enlevé par le commando lors de sa fuite.
Un commando de "cinq à dix individus" a fait irruption dans la cité

Vers 17 heures, lundi 21 mai, un commando a fait irruption dans le quartier de la Busserine, une cité de 4.000 habitants située dans le nord de Marseille, rapporte Le Point. Selon le préfet de police, ce commando était composé de "trois à quatre véhicules" transportant "cinq à dix individus"cagoulés et équipés d'armes de poing et d'armes longues de type kalachnikov. D'après La Provence, dès leur arrivée, les assaillants se sont mis à bloquer les différentes entrées et sorties de la place principale.
.
Sur place, des habitants entendent plusieurs coups de feu. Effrayés, certains plongent sous des véhicules stationnés ou s'échappent en courant, décrit Le Point. "Ils nous ont dit de nous barrer, de rentrer chez nous, sinon, ils nous tireraient dessus", témoigne une jeune habitante de la Busserine dans La Provence.
En entendant les coups de feu, des policiers de la BAC en patrouille à proximité foncent en direction des tireurs mais ont à peine le temps de les croiser. Un second équipage de police appartenant à la compagnie de sécurisation et d'intervention intervient en renfort et est alors "doublé par deux véhicules Megane dont l'un arbore un gyrophare sur son toit", selon le procureur de la République de Marseille, Xavier Tarabeux. Puis,"un individu assis à l'arrière du second véhicule à bord duquel se trouvait quatre hommes cagoulés a exhibé une arme longue en direction du véhicule de police". Les policiers ont alors tiré à quatre reprises sur le véhicule, brisant une vitre, sans réussir à empêcher les assaillants de poursuivre leur route.

Un enlèvement a été évoqué, mais pas confirmé

"Aucun blessé par balle n'est à déplorer mais une personne, qui s'est présentée spontanément à la police, a été blessée à la tête par un coup de crosse porté par un malfaiteur", a précisé la préfecture de police. 





Procureur de la République de Marseille: "Les malfaiteurs ont tiré en l’air après avoir mis en joue les policiers"
"Selon un témoignage, une personne aurait été enlevée par une voiture dont les occupants ont tiré en l'air à plusieurs reprises", a précisé le procureur de la République de Marseille, cité par France Bleu Provence. Mais aucun élément ne peut confirmer pour le moment ce kidnapping, selon la préfecture de police.

La piste du trafic de stupéfiants est étudiée

"Il semblerait que les événements soient liés au trafic de stupéfiants", alors que le quartier est connu pour être un haut lieu de trafic, a précisé le préfet de police. Le procureur de la République de Marseille a confirmé que le commando avait utilisé des armes de type kalachnikov "employées dans le cadre d'actions violentes de narco-banditisme notamment à l'occasion de règlements de comptes".
Aucun élément précis ne permet d'avoir une piste quant à l'identification de ces différents auteurs.Xavier Tarabeuxen conférence de presse
Il a précisé que la police judiciaire travaillait sur "une dizaine de personnes" et qu'elle cherchait à déterminer si deux voitures retrouvées calcinées après la fusillade avaient pu servir aux malfaiteurs.





Procureur de la République de Marseille: "Nous sommes sur la piste d’un narco-banditisme de cité"

L'Etat annonce des renforts policiers à Marseille

Gérard Collomb a "condamné avec la plus grande fermeté les événements" et a annoncé l'affectation de "60 policiers supplémentaires" à Marseille d'ici 2019. "Des moyens policiers ont été déployés par le préfet de police des Bouches-du-Rhône dans le quartier dès hier soir. Ils y seront maintenus le temps nécessaire", précise le communiqué du ministère de l'Intérieur publié mardi. 

Alors qu'il présentait à l'Élysée son plan banlieues, le président de la République a déploré la "grande violence" qui gangrène certains quartiers : "Oui nos quartiers ont du talent, mais oui dans nos quartiers, il y a aussi de la violence, il y a des choses qui ne vont pas et c'est explosif", a-t-il évoqué.
Est ce que l'agression des policiers n'était pas le seule but de cette fusillade?
--------------------------
La police doit pouvoir se défendre. Les voyous sont mieux armés qu'eux, il y a depuis longtemps des caches d'armes partout en France et il en est venu à nouveau de Syrie ainsi que des combattants "de l'Islam", des mercenaires des voyous qui nous dirigent.


Souvenez-vous de l'agression atroce de policiers à Viry-Chtillon en région parisienne :
Marseille : après l'agression de Viry-Châtillon des policiers se rassemblent en silence

Ils ne sont que de la chaire à canon !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire