mercredi 30 septembre 2015

+++30/09 – SYRIE - H COMME HOLLANDE
COMME HONTE POUR LA FRANCE.  
LA VERITE : Entretien de Bachar Al-Assad avec David Pujadas.

Hollande aime les femmes et on lui en offre..comme pour DSK et les autres afin de les utiliser à volonté.

La France (non Hollande et ses maîtres) ouvre une enquête pour "crimes contre l'humanité" contre Bachar al-Assad.

Bientôt l’enquête concernera les crimes de Sarkozy et Hollande et Bachar aura son heure de gloire qu’il ne réclame d’ailleurs pas.
Dans d’autres articles, il vous a été révélé que la France arme l’État islamique.

Une enquête pénale pour "crimes de guerre" a été ouverte en France visant le régime de Bachar al-Assad, pour des exactions commises en Syrie entre 2011 et 2013, a appris l'AFP mardi 29 septembre. Après un signalement du Quai d'Orsay, le parquet de Paris a ouvert le 15 septembre une enquête préliminaire pour "crimes de guerre", a annoncé une source proche du dossier.

L'information a été confirmée par une source diplomatique. L'enquête se base notamment sur le témoignage de "César", un ex-photographe de la police militaire syrienne qui s'était enfui de Syrie en juillet 2013, en emportant 55.000 photographies effroyables de corps torturés. Mercredi matin, une source judiciaire a précisé que l'enquête était ouverte pour "crimes contre l'humanité" et non "crimes de guerre".
La cabale a l’habitude de fabriquer de faux documents, photos, vidéo depuis le 11 sep 2001 ! Charlie, attentat de Boston…(voir articles dans ce blog) Pour nous, gens du peuple, une photo n’est pas une preuve face à la justice.

Le ministère des Affaires étrangères a signalé les faits au procureur de Paris au titre de l'article 40 du code de procédure pénale, qui oblige toute autorité publique à transmettre à la justice les informations qu'elle possède si elle a connaissance d'un crime ou d'un délit quel qu'il soit, a expliqué la source proche du dossier.
Le chef de la diplomatie française Laurent Fabius a invoqué mardi "la responsabilité d'agir contre l'impunité" à propos de l'ouverture de cette enquête. "Il est de notre responsabilité d'agir contre l'impunité", a déclaré Laurent Fabius qui se trouve à New York pour l'Assemblée générale des Nations unies, en dénonçant des "crimes qui heurtent la conscience humaine".
----------------------
Laurent Fabius est-il libre ?
MALAISE OU "CONTRÔLE"? 
LA RÉPONSE DANS 2 COURTES VIDÉOS.
----------------------
Les enquêteurs de l'Office central de lutte contre les crimes contre l'humanité, les génocides et les crimes de guerre (OCLCHGCG) ont été chargés de mener les investigations.
Les enquêteurs travailleront notamment à partir des milliers de photos de tortures accumulées pendant deux ans par cet homme se faisant appeler "César", (il va, comme tant d’autres, être très bien rémunéré et conseillé de sortir de France avec son trésor et ne plus y revenir. Sinon !)qui fut photographe aux ordres du régime syrien avant d'être exfiltré de Syrie en juillet 2013. Il dit avoir travaillé dans une unité de documentation de la police militaire syrienne.

L'annonce de cette enquête intervient alors que la crise syrienne est au centre de l'Assemblée générale de l'ONU à New York. Mardi, (le clone du) président américain Barack Obama a insisté sur le départ du président syrien Bachar al-Assad pour vaincre les jihadistes de l'Etat islamique alors que la Russie insiste au contraire pour le maintenir au pouvoir.
De son côté, le président François Hollande a affirmé lundi à l'ONU qu'"on ne peut pas faire travailler ensemble les victimes et le bourreau", excluant ainsi Bachar al-Assad d'une solution politique au conflit.
-----------------------------------------------------------------------------
Le larbin fêté pour bons et loyaux services et avant son discours inqualifiable à l'ONU :
François Hollande s'offre un bain de foule à Broadway et... un repas de déchets (mon oeil !!!!
Tout en arpentant les stands célébrant le tourisme, les hautes technologies et la gastronomie françaises, le président de la République s'est prêté au jeu des selfies réclamés par les passants américains, étonnés de sa disponibilité, au grand dam des services de sécurité.
Accompagné par la ministre française de l'Ecologie Ségolène Royal, il s'est notamment arrêté au stand du Moulin rouge, célèbre cabaret parisien, et s'est prêté de bonne grâce à une insolite séance de photos avec les danseuses coiffées de plumes rouges. Le président français a ensuite regagné à pied son hôtel au cœur de Manhattan, distant d'une quinzaine de minutes.
Articles d’un blog qui serait peut-être bien au service de la cabale ?
-----------------------------------------------------------------------------
VIDÉO. Regardez l'entretien intégral de Bachar Al-Assad à France 2 et  David Pujadas


Bachar Al-Assad revient sur sa responsabilité dans le conflit, la répression, les bombardements contre les civils. Il réfute ainsi l'utilisation "d'armes aveugles" et explique que "les armes utilisées contre les terroristes sont des armes qui nécessitent de viser" et que ce sont "les gouvernements occidentaux" qui ont inventé "l'utilisation d'armes chimiques et du chlore."
"L'État islamique est né en Irak sous contrôle américain"
Sur l'organisation État islamique, le président syrien explique que "l'EI est né en Irak sous contrôle américain et que c'est le chaos syrien" qui les a amenés dans son pays. Autre responsable pour le président syrien, "le régime français qui considérait l'État islamique comme des modérés".  Quant aux jihadistes français partis en Syrie, le président syrien dit "n'en avoir aucun dans ses prisons".
La suite et la vidéo

-----------------------------------------------------------------------------

La marionnette Hollande nous a récité à l'ONU la fable habituelle
au sujet du "tyran" Bachar EL-ASSAD et du réchauffement climatique.

ONU – FRANCE – HOLLANDE.

 Non, ça n’est pas un match de foot ; mais pas loin !
Il faudrait mettre fin au foot et à la politique corrompus. 
François Hollande a déployé des trésors d'ingéniosité pour faire bonne figure. Contre mauvaise fortune bon cœur.

François Hollande a offert son bien le plus précieux, son verbe, un verbe démonétisé tant par lui que par son diplomate en chef, Laurent Fabius, le ronfleur émérite des forums internationaux

Désarçonné par la tournure des événements avec un allié turc faisant face à de difficiles échéances électorales, un deuxième allié saoudien embourbé dans une guerre au Yémen, poursuivi de surcroît par la malédiction de La Mecque avec la chute d'une grue sur un des bâtiments du sanctuaire et l'étouffoir de Mina (soit un millier de morts et près de 1.200 blessés), l'homme a offert son bien le plus précieux, son verbe, un verbe démonétisé tant par lui que par son diplomate en chef, Laurent Fabius, le ronfleur émérite des forums internationaux : de «Bachar el-Assad ne mérite pas de vivre sur terre, à «le Front al-Nosra fait du bon boulot en Syrie», jusqu’à la «neutralisation» de Bachar el-Assad.

Soixante ans après la défaite militaire de Dien Bien Phu (1955) et la défaite diplomatique de Suez (1956), la France, dans ses deux versions néo-gaulliste et socialiste, en perte de vitesse, passe pour être la grande perdante de la recomposition en Syrie, tout comme elle l'a été trois mois auparavant avec la conclusion de l'accord international sur le nucléaire iranien...Errare Humanem Est, Perseverare Diabolicum.

Discours :
Je savais bien que je ne devais pas écouter, mais, je trouvais malhonnête de le poster sans l'écouter. Mais, je m'arrête, sinon, je vais à nouveau avoir honte de mon pays. Hollande charge Assad pour nous faire oublier ses crimes et sa mesquinerie.
++30/09 - LE PRÉSIDENT ÉGYPTIEN APPELLE À RECONSTRUIRE 
LA LIBYE AFIN DE FAIRE ÉCHEC AU TERRORISME  


Son discours très fort à l'ONU :

ABDEL FATTAH AL-SISSI.
https://www.youtube.com/watch?t=1&v=yxlC1DcQMCY

Le président égyptien, Abdel Fattah el-Sisi, a appelé lundi, à la tribune de l'Assemblée générale de l'ONU, la communauté internationale à redoubler d'efforts en vue de reconstruire la Libye sur la base du texte de compromis politique de Skhirat, et de l'aider à combattre efficacement le terrorisme.

Ceci, a déclaré M. Sisi, doit être fait le plus tôt possible afin de permettre à la Libye de "se défaire de la menace terroriste avant que celle-ci ne puisse établir sur son sol une base à partir de laquelle elle prendrait pour cibles les voisins de la Libye et s'étendrait jusqu'aux profondeurs de l'Afrique".

Dans ce contexte, il a souligné combien il importe de "continuer à favoriser un environnement qui facilite une participation accrue des Libyens qui croient en un Etat moderne, en parallèle avec une lutte implacable afin d'éliminer le terrorisme".

Evoquant ensuite la multiplication des menaces terroristes dans la région, le chef de l'Etat égyptien a déclaré : "Nous sommes d'avis en Egypte que le Moyen-Orient et le monde en général sont confrontés à un grave danger et ont un besoin crucial d'un modèle qui puisse présenter à nos jeunes de nouvelles perspectives, à même de leur assurer un avenir meilleur".

Assurant qu'il faut montrer aux jeunes de la région "qu'en travaillant dur, ils peuvent participer à la construction de leur avenir", M. Sisi a annoncé l'intention de l'Egypte de lancer, en coordination avec les Nations Unies et ses Etats membres, et avec la participation de jeunes du monde entier, une initiative intitulée : " Espoir et action pour une nouvelle direction" 

Il s'agit effectivement de la main que l'Egypte tend afin de contribuer à mettre en déroute les forces de l'extrémisme et les idées qu'elles tentent de répandre, par une action proactive plutôt que par la seule résistance.

Les efforts en matière de lutte contre le terrorisme "ont jusqu'ici reposé uniquement sur une réaction défensive, axée sur la préservation du présent", a-t-il expliqué. Or "en parallèle avec ces louables efforts, nous devons trouver le moyen de canaliser l'énergie productive de notre jeunesse en l'éloignant des extrémistes et de leurs fausses idées, et de la diriger vers l'édification de son propre avenir". M. Sisi n'a pas divulgué les détails de son initiative HAND dans son discours devant les Etats membres de l'ONU.
30/09 - LES SERVICES SECRETS OCCIDENTAUX 
IMPLIQUÉS DANS L'ESSOR DE L'EI. 

Si vous écoutez les discours du président Hollande et du clone d'Obama à l'ONU, ils mettent la faute de tout ce qui se passe en ce moment sur Bachar El-Assad alors que ce sont eux qui arment l'Etat islamique.

Les groupes radicaux semant la terreur islamique semblent être l'œuvre des services de renseignement occidentaux, qui ont besoin d'une "armée de confiance" pour parvenir à leurs buts s'agissant de la politique extérieure, a estimé la journaliste et partisane de la paix Vanessa Beeley dans son entretien à Sputnik.

La journaliste a posé crûment la question: comment est-il possible que le groupe terroriste Etat islamique continue à prendre de l'ampleur malgré toutes les mesures des USA?

Ensuite, "comment leurs réserves de munitions ont proliféré à un rythme exponentiel? Ce n'est pas logique", a insisté Mme Beeley.

Si les Etats-Unis disposent d'autant d'armements et de munitions qu'ils veulent, à l'aide de ces munitions, ils peuvent éradiquer l'Etat islamique et on est en droit de se demander pourquoi ils ne le font pas et, de plus, pourquoi les rangs de ces groupes radicaux grossissent sans discontinuer, a-t-elle fait remarquer.

Une "armée de confiance" de l'Occident?
Ces groupes terroristes, selon l'interlocutrice de Sputnik, ne sont qu'une sorte d'"armée de confiance", dirigée avec habileté par les pays occidentaux pour les aider à réaliser leurs projets hégémoniques, une version contradictoire mais pas loufoque.

Des services de renseignement de l'Occident, ainsi que des cellules de réflexion, des compagnies de gestion troubles, des organisations musulmanes et même des communautés scientifiques ont élaboré tout une industrie de propagande, incitant les gens à se rendre au Moyen-Orient et à se joindre à des groupes radicaux, a-t-elle poursuivi.

Ces incitations n'ont pas pour autant commencé récemment, mais se sont déjà enracinées à l'époque de la Première guerre mondiale, où le Royaume-Uni y a recouru pour altérer la perception du public et pour le pousser dans la direction nécessaire.

Mme Beeley a pointé le doigt sur les informations accessibles au public, témoignant du soutien financier et logistique, aussi bien que des exercices militaires pour les djihadistes, effectués par des services de renseignement occidentaux. La journaliste a rappelé également l'échec de nombreuses procédures pénales contre les extrémistes au Royaume-Uni, visant à dénoncer que les services secrets britanniques les ont en fait aidés à contrer le gouvernement syrien.

Les véritables buts de l'Occident dans la lutte contre l'EI
Entre-temps, le soutien de la Russie octroyé à l'armée syrienne, bien que limité, a contribué considérablement à l'efficacité de la lutte contre les djihadistes. On peut citer notamment une percée récente vers la ville d'Aleppo.

Supposant que les USA n'ont en réalité aucune détermination à combattre l'EI, Mme Beeley a cité un cas récent où les forces aériennes des Etats-Unis ont intercepté des avions militaires russes en Syrie.

"Comment donc ces mêmes satellites américains ont manqué d'intercepter des centaines de camions djihadistes faisant route vers Mosul ou Palmyre? " s'est interrogée l'interlocutrice de Sputnik.

Elle a cité aussi des rapports des autorités irakiennes et iraniennes, selon lesquels de nouveaux armements se seraient retrouvés miraculeusement maintes fois entre les mains des djihadistes, ce qui pourrait s'avérer être non accidentel après tout.

Comment combattre des groupes terroristes dirigés par l'Occident?

Le premier pas sur la route sinueuse vers la défaite de l'EI, compte tenu du fait que les services de renseignement occidentaux s'emploient à manipuler les groupes radicaux à leurs propres fins, consiste à sensibiliser la population à ce sujet, a précisé Mme Beeley. L'important, c'est qu'on apprenne à mettre en cause toutes les informations concernant la lutte contre les djihadistes, et à inciter son milieu à suivre son exemple.

"Il nous faut apprendre à commencer à remettre en cause les données distrayantes et falsifiées et à déterminer par quoi nous pouvons nous laisser guider", a-t-elle rajouté.

Selon un rapport récent des services secrets des USA, quelques 30.000 recrues djihadistes ont franchi les frontières syrienne et irakienne pour se joindre aux groupes terroristes ces dernières années, ce chiffre s'étant encore accru en 2015.

Au moins 4.500 soldats sont partis présumément d'Occident, dont plus de 300 ressortissants des Etats-Unis.

Ainsi, malgré les attaques aériennes des USA, l'Etat islamique a réussi curieusement à grossir ses rangs grâce à ces soldats toujours arrivants (recrutant environ 1.000 soldats par mois) et à saisir encore plus de territoires, ce qui à coup sûr pousse à réfléchir.

mardi 29 septembre 2015

++29/09 - ISRAËL DERRIÈRE 
LE DRAME DE LA MECQUE? 



Les jeux de pouvoir se déplacent. Israël est de plus en plus isolé.

La sécurité du Hajj, assurée par une société israélienne?!!
On aura tout vu… Le quotidien libanais, "Al-Akhbar", vient de révéler que la sécurité du pèlerinage, à La Mecque – le Hajj – est assurée, depuis 2010, par la filiale d’une société israélienne de sécurité: Al-Majal G4S, dirigée par un certain Khaled Baghdadi *.

 Le Cheikh Ekrima Sabri, Président du Conseil islamique suprême de Jérusalem (Qods) et Imam de la mosquée Al-Aqsa a confirmé que cette société intervient, dans les territoires occupés, et a déclaré : «Ceux qui aident l’occupation sont responsables ou complices de ses crimes». En effet, G4S fournit, non seulement, des équipements de sécurité aux colons, mais participe aux interrogatoires musclés de détenus palestiniens, dans plusieurs prisons israéliennes. Sur le papier, Al-Majal G4S appartient à une compagnie brito-danoise. Il n’empêche qu’en Israël, G4S cite d’autres activités, en Arabie, à Jeddah, lors du transfert des pèlerins vers La Mecque. D’après le site Internet Asrar Arabiya – Secrets arabes – G4S a passé une annonce, en 2011, pour recruter des employés, pour une mission de 7 jours, dans la ville sainte, au moment du Hajj. Mercredi 2 octobre, la Campagne BDS, (Boycott, Désinvestissement, Sanctions), a demandé aux autorités saoudiennes de rompre, immédiatement, leur contrat avec Al-Majal G4S. On verra si elles obtempèrent, mais ce n’est que la face visible des activités de G4S, dans le monde arabe, où elle emploierait 44.000 personnes, dans 16 pays, notamment, dans les aéroports de Bagdad et de Dubaï. Outre l’intérêt financier de ces contrats, G4S peut disposer des relevés d’identité de millions de pèlerins musulmans, y compris, leur photo et leurs empreintes digitales.

*Saudi Hires Occupation-Friendly Company for Hajj Security, par Orouba Othman (Al-Akhbar – 7/10/13)http://english.al-akhbar.com/content/saudi-hires-occupation-friendly-company-hajj-security
29/09 - ONU - IRAN : LE PRÉSIDENT ROHANI
ÉCOURTE SA VISITE À NEW YORK.

Le président iranien Hassan Rohani va écourter sa visite à New York, où il participe à l'Assemblée générale des Nations unies, afin d'assister aux obsèques des Iraniens tués lors de la bousculade de Mina, jeudi dernier en Arabie saoudite, a rapporté dimanche l'IRNA.

Parviz Esmaïli, vice-président du bureau de la Présidence iranienne a annoncé cette nouvelle dimanche soir, affirmant qu’en dépit des tergiversations et du laxisme des autorités saoudiennes, un premier groupe de corps des pèlerins iraniens serait transféré mardi, en Iran et que le président Hassan Rohani annulerait plusieurs rendez-vous et regagnerait Téhéran lundi après-midi. Le président Rohani devra intervenir dans la matinée à la tribune de l'Assemblée générale.

Par ailleurs, le président de l’Organisation du Hadj et du pèlerinage a déclaré que le nombre de pèlerins iraniens tués à Mina, s’élevait à 169.
298 pèlerins sont portés disparus et 48 autres sont encore hospitalisés en Arabie saoudite.


"L'Iran a réclamé que l'Arabie saoudite fasse l'objet de poursuite judiciaire devant les tribunaux internationaux. C'est un pas positif qui pourrait révéler au grand jour la nature perverse des Saoudiens", conclut Rodney Martin.
Voir l'article : ISRAËL DERRIÈRE LE DRAME DE LA MECQUE  à ce jour.

--------------------------
Hassan Rohani et l’union sacrée contre le terrorisme
Le chef de l’Etat iranien se satisfait qu’un «nouveau chapitre» se soit ouvert entre son pays et le reste du monde grâce à l’accord sur le nucléaire. Mais il se fait plus inquiet lorsqu’il s’agit de la situation en Syrie. S’il fait, à nouveau, part de sa volonté d’aider à «rétablir la démocratie» en Syrie, il appelle à une union sacrée contre le terrorisme.
«La plus grave menace contre le monde aujourd'hui est que des organisations terroristes parviennent à créer des États terroristes», dit-il, regrettant que «les soulèvements nationaux au Moyen-Orient soient détournés par les terroristes et que le destin des nations soit déterminé par les armes et la terreur plutôt que par les bulletins de vote».

L’occasion de lancer une invitation «au monde entier» à «constituer un front uni contre l'extrémisme et la violence» et de rappeler «l’échec» de la coalition internationale en Irak et Syrie.
Les discussions sur le nucléaire était un prétexte pour de nouvelles négociations avec les USA...
Intervention de Hassan Rohani lors du 70ème Assemblée Générale de l’ONU
Lundi 27 septembre, le président iranien prononce un discours à la tribune de l’AGNU. La veille de l’Assemblée, il avait déclaré que le but de sa participation était «...d'exprimer les points de vue du peuple iranien pour instaurer la paix».
29/09 - ANONYMOUS ATTAQUE L'ARABIE SAOUDITE 
POUR DÉFENDRE MOHAMMED AL-NIMR:
L’OPÉRATION NIMR.


Le célèbre groupe de hackers Anonymous a lancé une attaque contre les sites gouvernementaux de l'Arabie saoudite en réponse au maintien de la peine de mort pour Mohammed al-Nimr*.

Plus tôt en septembre, le dernier appel soumis par l'intéressé à la justice saoudienne a été rejeté, ce qui veut dire que l'exécution de Mohammed, condamné à mort pour avoir pris part à des activités antigouvernementales en 2012, peut avoir lieu à tout moment.
"Ali Mohammed al-Nimr, un jeune innocent, a été condamné à mort en Arabie saoudite, et nous ne pouvons pas rester indifférents", lit-on dans un message ouvert adressé par Anonymous aux autorités de Riyad.
L'organisation exhorte l'Arabie saoudite à libérer le condamné tout en soulignant que ce dernier a été privé d'avocat et soumis à la torture.
Parmi les sites visés par les attaques informatiques figurent ceux des ministères saoudiens de la Justice et du Service civil, du centre technologique saoudien pour les secteurs militaire et de sécurité PSATRI, ainsi que celui de la compagnie aérienne Saudi Airlines.
------------------
* Rappel - L'Arabie saoudite va décapiter et crucifier un chiite de 21 ans
VIDÉO - Ali Mohammed al-Nimr, neveu de l'un des plus fervents opposants au régime, était encore mineur au moment de son arrestation en 2012. Il aurait participé à une manifestation dans la région majoritairement chiite de Qatif.
La sentence a été prononcée l'année dernière. Et Ali Mohammed al-Nimr, 21 ans, vient de perdre son dernier appel rejeté. L'exécution publique du jeune chiite peut intervenir à tout moment. Le condamné sera décapité. Son corps sera ensuite monté sur une croix et exposé publiquement jusqu'au pourrissement de ses chairs.
Vidéo :
29/09 - LA MECQUE ET MÉDINE
SOUS CONTRÔLE INTERNATIONAL.

Le bilan est maintenant de 4000 morts.
Si au lieu de la guerre du Yémen, l'Arabie avait dépensé à la Mecque et à Médine, de telles tragédies n'auraient pas lieu.

Le drame de Mina a démontré l'incompétence et l'incurie de la dynastie des Ale Saoud à gérer des cérémonies d'une telle ampleur. En dehors de l'Arabie, il existe un grand nombre beaucoup plus élevé de musulmans auxquels appartiennent également ces lieux saints, a constaté un expert américain.

Dans une analyse sur l'incident catastrophique de Mina, Rodney Martin a appelé à la formation d'un conseil, composé des représentants des sociétés islamiques et à assumer la gestion de la Mecque et de Médine, en internationalisant ces deux villes saintes, pour empêcher la répétition de tels évènements.
L'analyste politique américain et ancien fonctionnaire du Sénat est revenu par ailleurs sur les ressources illimitées qui sont à la disposition de la dynastie des Ale Saoud. " L'incurie des Saoudiens montre clairement qu'ils n'ont pas suffisamment à la hauteur de la gestion des affaires du Hadj et à assurer la santé et la sécurité des millions de pèlerins qui n'ont d'autre exigence que leur sécurité. Peut-être, si les Saoudiens mettaient fin à leur politique hostile et illégale contre le Yémen, s'ils cessaient de financer le groupe terroriste Daech et consacraient en revanche ces ressources au développement des plans et des infrastructures plus vastes dans les lieux saints à la Mecque et à Médine, on pourrait espérer que de tels évènements meurtriers ne se reproduisent plus.
"Le fait que l'Iran a réclamé que l'Arabie saoudite fasse l'objet de poursuite judiciaire devant les tribunaux internationaux, est un pas positif et pourrait révéler au grand jour la nature perverse des Saoudiens", conclut Rodney Martin.
29/09 - SYRIE : DAECH SE RETIRE 
DE L’EST DE HASSAKA.

En Syrie, les Kurdes ont repoussé les éléments de Daech, en banlieue-Est de Hassaka, à l’issue d’intenses conflits.
Un groupe d’éléments de Daech a lancé, dimanche soir, des assauts, par des véhicules munis de mitrailleuses, contre le Nord-Est de la banlieue de Hassaka où étaient déployées des forces de la défense populaire. Les forces populaires kurdes ont bien suivi des agissements terroristes, ce qui leur permet de repousser leurs assauts. Simultanément au début des attaques de Daech, un groupe de forces kurdes est venu sur place pour prêter main-forte aux forces de la défense populaire. Les deux parties étaient engagées dans d’intenses conflits pendant des heures et les Kurdes syriens ont finalement réussi à détruire des véhicules appartenant aux terroristes.

Une vingtaine de terroristes ont été également tués et blessés. Après avoir essuyé des pertes en vie humaine et des dégâts matériels, les terroristes de Daech ont été obligés de se retirer de la région. Dépités par la libération de la ville syrienne de Hassaka, les éléments terroristes de Daech lancent des offensives sporadiques contre les positions des forces kurdes syriennes en banlieue de cette ville mais toutes ces attaques ont été jusqu’ici repoussées.
29/09 - ONU - LA RUSSIE EFFACE L'ARDOISE
DES PAYS AFRICAINS.

Dans le cadre de l'initiative envers les pays les plus endettés, la Russie a annulé la dette des pays africains pour 20 milliards de dollars.

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a prononcé dimanche un discours à la 70e session de l'Assemblée générale de l'Onu, lors du sommet consacré à l'adoption du programme de développement pour l'après-2015.
Lavrov a indiqué :"L'aide de la Russie vise à la résolution des problèmes les plus importants des pays pauvres. Dans le même temps, nous ne donnons pas de leçons à ces pays et ne les forçons pas à accepter des modèles et des valeurs politiques".
Le ministre russe des AE a ajouté :" La tâche clé de la politique russe est d'alléger le poids de la dette. Beaucoup de gouvernements ne sont pas toujours capables de surmonter les défis liés au développement. Dans le cadre de l'initiative envers les pays les plus endettés, la Russie a annulé la dette des pays africains pour 20 milliards de dollars".
29/09 - ONU - DISCOURS DE VLADIMIR POUTINE.

L’intervention de Vladimir Poutine à l'ONU en sept points clés
Vladimir Poutine a prononcé un discours à la tribune de la 70ème session de l’Assemblée Générale après 10 ans d’absence. 

Lors de son intervention, Vladimir Poutine a évoqué les révolutions «démocratiques» au Moyen-Orient et les conséquences qu’on subit dorénavant «sous la forme de vagues de migrants fuyant les régions ravagées par la guerre et cherchant une vie meilleure en Europe». 
Dans le même temps, les terroristes ont pris de plus en plus de pouvoir dans les pays du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord. 
Il a précisé que malgré la Charte de l’ONU «les droits de l’Homme avaient été violés massivement».

«Est-ce que vous comprenez ce que vous avez fait ? Personne n’y répondra. Au lieu du triomphe de la démocratie, nous voyons la violence et le désastre social, personne ne pense aux droits de l’Homme et aux droits à la vie», a-t-il souligné.

«Les pays musulmans joueront un rôle clé dans la coalition contre Daesh»

Sur l'exceptionnalisme...
«Nous savons tous qu’après la fin de la Guerre Froide, un seul centre de domination a émergé. Ceux qui étaient à son sommet pensaient que comme ils étaient si forts et exceptionnels et qu’ils savaient mieux que tout le monde, qu’ils n’avaient pas besoin demander son avis à l’ONU, comme cette organisation leur donnait automatiquement la légitimité».

La Libye
Sur les crises du Moyen-Orient...

«L’exportation des soi-disant révolutions «démocratiques» continue. Les révolutions dans les régions du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord sont des problèmes majeurs».

Des migrants syriens attendent d'embarquer pour la Grèce
«Les gens voudraient des changements mais comment cela s’est-il déroulé ? Est-ce que vous comprenez ce que vous avez fait ? Au lieu du triomphe de la démocratie, nous voyons la violence et le désastre social, personne ne pense aux droits de l’Homme, y compris le droit à la vie».

Sur l'ONU...
«Saper la légitimité de l’ONU est dangereux. Cela peut ruiner toutes les relations internationales et il ne resterait alors que la règle du plus fort. Nous verserons dans un monde d’égoïsme, de dictature au lieu d’égalité, plus de vraie démocratie ni de liberté, des états plus vraiment indépendants».

Sur Daesh :
«Daesh n’est pas venu de nulle part, c’était tout d’abord un moyen de lutter contre des régions profanes indésirables. Au début, ils étaient circonscrits à l’Irak et la Syrie, mais maintenant ils tachent de dominer l’intégralité du monde islamique. Il est hypocrite de parler de menace terroriste internationale en fermant les yeux sur la manière dont laquelle ces terroristes reçoivent de l’aide. Il est tout aussi mauvais d’essayer de recruter ces groupes dans un but politique, pour ensuite se débarrasser d’eux».

Seules les troupes gouvernementales syriennes et les Kurdes combattent réellement Daesh et les autres groupes terroristes

Sur les propositions de la Russie :
«C’est à nous de refuser cet état de choses dans le monde. Ce que nous proposons concerne des intérêts communs, pas des ambitions. Nous pouvons unir nos efforts sur la base de la loi internationale et créer une large coalition internationale contre le terrorisme – comme la coalition contre le nazisme – nous pourrions rassembler des forces diverses qui ne sont pas sur la même longueur d’onde pour le moment».

La Russie présidera prochainement le Conseil de Sécurité de l’ONU. Nous allons convenir d’analyser ces menaces et discuter d’une résolution pour coordonner toutes les forces qui luttent contre Daesh

Sur l’expansion de l’OTAN et la crise en Ukraine :
«Certains de nos collègues continuent à raisonner en termes de blocs, comme c’était le cas du temps de la Guerre Froide. Premièrement, il s’agit de l’expansion de l’OTAN, mais on se demande, pour quelle raison ? Le Bloc de Varsovie a cessé d’exister, l’Union Soviétique n’est plus, néanmoins l’OTAN a non seulement survécu, mais continue son expansion. Au bout du compte, cette logique devait se conclure par une crise géopolitique – et elle a eu lieu en Ukraine».

On ne peut pas garantir la souveraineté de l’Ukraine par les menaces, par la force des armes mais on doit la garantir. Il faut prendre en compte les intérêts réels des citoyens du Donbass et respecter leur choix ! Il faut leur accorder les éléments clés de la vie politique du pays, comme cela est prévu par les accords de Minsk

Sur les relations économiques...
«Aujourd’hui, les sanctions unilatérales prises en contournant la Charte de l’ONU sont presque devenues la norme. Elles sont prises non seulement en faveur d’objectifs politiques mais aussi dans le but d’éliminer des concurrents du marché. Un des syndromes de l’égoïsme économique croissant est le fait que certains pays ont choisi la voie de réunions exclusives. Les négociations sont menées dans des couloirs, non seulement dissimulées aux yeux de leurs propres citoyens mais aussi aux yeux des autres pays».
Il semble qu’on veut nous mettre devant le fait accompli : les règles du jeu ont changé et changé en faveur d’un cercle étroit des élites, sans participation de l’OMC

RT

29/09 - ONU - «VLADIMIR POUTINE 
EN VEDETTE AMÉRICAINE AUX NATIONS UNIES»,


Le président russe Vladimir Poutine lors de son intervention à l'Assemblée générale de l'ONU
René Naba, directeur éditorial du site www.madaniya.info livre son analyse du discours de Vladimir Poutine prononcé lors de la 70ème Assemblée Générale de l’ONU.
René Naba est ancien correspondant de guerre au Moyen Orient, au Bureau régional de l'AFP Beyrouth, ancien responsable du Monde arabo-musulman au service diplomatique de l'AFP, directeur éditorial demadaniya.info et de renenaba.com

Pour sa première apparition aux Nations-Unies après dix ans de bouderie, Vladimir Poutine a ravi la vedette à ses contestataires, s'offrant le luxe de proposer à ses rivaux la mise sur pied d'une coalition avec ses anciens adversaires, le bloc atlantiste et les pétromonarchies du Golfe, contre ce qu'il considère être leur ennemi commun, l'Etat islamique, fruit de la copulation ancillaire des anciens officiers irakiens sans solde et le cappo di tutti cappi du djihadisme takfiriste dégénératif, le Prince Bandar Ben Sultan.

Le président russe a projeté dans la pénombre ses anciens rivaux occidentaux les plaçant sur la défensive.

Savourant les effets cumulatifs de «la diagonale du fou» qu'il a initié sur l'échiquier international, entraînant un spectaculaire retournement de la donne politique et militaire de la guerre de Syrie, le président russe a projeté dans la pénombre ses anciens rivaux occidentaux les plaçant sur la défensive.
L'homme, il est vrai, a bousculé depuis deux ans, les règles d'engagement du combat. Ripostant à une opération de déstabilisation de son allié ukrainien par des organisations non-gouvernementales en connexion avec le bloc atlantiste, Poutine a purement et simplement rattaché la Crimée, hissant le pavillon russe sur le port stratégique de Sébastopol.

Poutine a opéré un redéploiement stratégique en Syrie pour soutenir l'allié indéfectible
Prolongeant sa démonstration sur le flanc sud de la Méditerranée, Poutine a opéré un redéploiement stratégique en Syrie pour soutenir l'allié indéfectible de Moscou depuis près d'un demi-siècle, seul pays arabe, avec l'Algérie, à avoir maintenu sa coopération avec ce pays depuis l'implosion de l'Union soviétique.

En écho, Barack Obama a souscrit à une telle coopération, assurant lundi 28 septembre à l’ONU qu’il était prêt à travailler avec la Russie et l’Iran, soutiens du régime syrien, pour tenter de trouver une issue au conflit syrien.

De tous les dirigeants occidentaux, Barack Obama, il est le vrai, est le seul à pourvoir présenter un bilan aussi glorieux avec sa normalisation avec Cuba et l'Iran.

Le président américain a assuré que les Etats Unis ne souhaitent pas «un retour à la guerre froide» avec la Russie, en dépit des sanctions imposées à Moscou en raison de son intervention en Ukraine.

L'Iran et Cuba, les deux grands vainqueurs de l'épreuve de force contre le bloc atlantiste
A l'ombre du drapeau de la Palestine, la grande oubliée de ce forum international, pour la première fois hissé devant le palais de verre de Manhattan – tout un symbole – la 70ème session de l'Assemblée générale des Nations Unies a constitué sans nul doute le sacre de la Russie, comme pivot d'un jeu multipolaire avec comme solide soutien l'Iran et Cuba, les deux grands vainqueurs de l'épreuve de force contre le bloc atlantiste.
par René Naba Source: RIA NOVOSTI
29/09 - LES CINQ DISCOURS LES PLUS MARQUANTS
DE L’ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DE L’ONU.


Il ne vaut mieux pas, pour le moment, essayer de comprendre les jeux de pouvoir de notre histoire, les cartes ont été brouillées et l'histoire "arrangée". La vérité nous sera bientôt révélée.

Grand moment de la diplomatie mondiale, choc des cultures, vaste scène théâtrale où se règlent parfois les comptes. L’Assemblée générale de l’ONU a vécu de grands discours. RT France vous a sélectionné les cinq plus marquants.
----------------------------
Le plus long : Fidel Castro en 1960
Alors que son frère Raoul devrait monter à la tribune pour la première fois le 28 septembre, il y a 55 ans, Fidel Castro prononçait le plus long discours de l’histoire de l’ONU. Un speech de 4h29 vu par le meneur de la révolution cubaine comme une formidable opportunité : «C’est ici que nous avons la possibilité de dire la vérité, et nous ne perdrons pas cette possibilité». A commencer par la manière dont le gouvernement américain aurait traité le leader. Isolement dans l’île de Manhattan, tentatives de limiter les contacts avec d’autres délégations, hostilité, autant d’éléments ayant mis l'administration du président Eisenhower dans l’embarras.
L’orateur met à profit son large temps de parole pour dénoncer la puissance néfaste de la finance et du capitalisme. «Le capital financier impérialiste est une prostituée qui ne parviendra pas à nous séduire» déclare-t-il. Fidel Castro en profite également pour donner un cour d’histoire et expliquer à l'audience la réalité de l’indépendance de Cuba par rapport à la couronne espagnole. Une indépendance qui, selon lui, vient d’être réellement gagnée par le peuple et qu’il défendrait quel qu’en soit le prix.
La phrase à retenir : «Que disparaisse la philosophie du pillage, et la philosophie de la guerre aura disparue».
----------------------------
Le plus démonstratif : Nikita Khrouchtchev en 1960
Décidément, cette année 1960 fut un bon cru. Quelques jours après le discours marathon de Castro, c’est le leader soviétique, Nikita Khrouchtchev, qui prend la parole. En pleine guerre froide, c’est la première fois qu’un dirigeant de l’URSS se rend à l’Assemblée générale de l’ONU. Pas intimidé pour un sous, Khrouchtchev en profite pour critiquer les visées impérialistes américaines et soutenir les pays africains récemment libérés du joug colonial.

Mais c’est pour une tout autre raison que son intervention fait désormais partie de la légende. Lorenzo Sumulong, représentant les Philippines, attaque l’URSS lors de son passage à la tribune. Selon lui, les pays de l’Est sont victimes d’une absorption par le géant soviétique. Une intervention qui rend fou de rage  Khrouchtchev qui demande à intervenir. Devant le manque de réaction, il saisit alors sa chaussure et frappe son pupitre. Frederick Boland, le président irlandais de l’Assemblée, médusé, décide de couper le microphone du leader.

A l’époque, la question du désarmement intéresse tout particulièrement la puissance de l’Est. Cependant, elle est laissée à la charge d’une commission spéciale. De plus, l’URSS souhaite mettre sur la table la mise en place d’un comité en lieu et place du poste de secrétaire général de l’ONU. Débat refusé. Pour certains observateurs, ces camouflets diplomatiques auraient pu contribuer à la démonstration de colère de Khrouchtchev.

----------------------------
Le plus passionné : Thomas Sankara en 1984 (Mon préféré !)
Il restera dans les mémoires comme l’un des plus grands discours de l’histoire de l’assemblée. Ce 4 octobre 1984, un an après le coup d’État qui l’a porté au pouvoir, le leader burkinabé livre un speech devenu référence dans les milieux révolutionnaires. Il y défend la souveraineté des pays du tiers-monde et leur droit à disposer d’eux même. Se muant en porte-étendard des nations faibles, il appelle à une solidarité naturelle entre les continents de l’hémisphère sud : «Admettre, en tant que non-alignés, et avec la densité de nos convictions, qu’une solidarité spéciale unit ces trois continents d’Asie, d’Amérique latine et d’Afrique dans un même combat contre les mêmes trafiquants politiques, les mêmes exploiteurs économiques».
l met également à profit son temps de parole pour expliquer son projet révolutionnaire au Burkina Faso et plus largement sa vision du monde. Il exprime ainsi sa solidarité avec les populations indiennes d’Amérique, la Palestine et même les Irlandais dont une partie est en guerre contre le Royaume-Uni. Il terminera son allocution par un lapidaire et passionné : «La Patrie ou la mort, nous vaincrons !»

La phrase à retenir : «Forts de cette certitude, nous voudrions que notre parole s’élargisse à tous ceux qui souffrent dans leur chair, tous ceux qui sont bafoués dans leur dignité d’homme par un minorité d’hommes ou par un système qui les écrase.»

Le Burkina Fasso bouge en ce moment et la veuve de Thomas Sankara et ses enfants verront enfin ses rêves aboutir.
Discours complet :
----------------------------
Le plus offensif : Hugo Chavez en 2006
«Le diable est venu ici». Difficile de commencer plus à l’attaque. Le lucifer dont parle Hugo Chavez, c’est George W. Bush. L’ex président américain avait précédé d’un jour son homologue à la tribune afin de défendre la politique étrangère américaine. Ce qui avait manifestement énervé Hugo Chavez. Lors de son intervention, le leader bolivarien ne cesse d’attaquer frontalement le gouvernement de Washington, l’accusant de se comporter «comme si le monde lui appartenait». «Nous en appelons au peuple des Etats-Unis et au monde pour mettre fin à cette menace, qui est comme une épée planant au dessus de nos têtes» déclare-t-il à l’audience sans récolter quelques applaudissements de la part de plusieurs délégations.
Le président vénézuélien invite même l’assemblée à lire l’ouvrage de l’intellectuel Noam Chomsy et intitulé : «Hégémonie ou Survie». La stratégie impérialiste des Etats Unis. Le leader, bouquin en main, explique que le livre est très utile «pour comprendre ce qui s’est passé dans le monde au 20ème siècle, ce qui se passe actuellement et la plus grande menace qui pèse sur notre planète, la pretension hégémonique de l’impérialisme Nord-américain mets en péril la survie même de l’espèce humaine».
La phrase à retenir : «Les Etats Unis ont déjà planifié, financé et lancé un coup d’Etat au Vénézuela. Et les Etats Unis continuent d’appuyer des mouvements putchistes au Vénézuela et contre le Vénézuela, ils continuent d’appuyer le terrorisme».
Chavez est mort d’un cancer qui est un «cadeau» de la cabale. Plusieurs dirigeants gênants d’Amérique du sud en ont été victimes.
Le plus offensif : Hugo Chavez en 2006
«Le diable est venu ici». Difficile de commencer plus à l’attaque. Le lucifer dont parle Hugo Chavez, c’est George W. Bush. L’ex président américain avait précédé d’un jour son homologue à la tribune afin de défendre la politique étrangère américaine. Ce qui avait manifestement énervé Hugo Chavez. Lors de son intervention, le leader bolivarien ne cesse d’attaquer frontalement le gouvernement de Washington, l’accusant de se comporter «comme si le monde lui appartenait». «Nous en appelons au peuple des Etats-Unis et au monde pour mettre fin à cette menace, qui est comme une épée planant au dessus de nos têtes» déclare-t-il à l’audience sans récolter quelques applaudissements de la part de plusieurs délégations.
Le président vénézuélien invite même l’assemblée à lire l’ouvrage de l’intellectuel Noam Chomsy et intitulé : «Hégémonie ou Survie». La stratégie impérialiste des Etats Unis. Le leader, bouquin en main, explique que le livre est très utile «pour comprendre ce qui s’est passé dans le monde au 20ème siècle, ce qui se passe actuellement et la plus grande menace qui pèse sur notre planète, la pretension hégémonique de l’impérialisme Nord-américain mets en péril la survie même de l’espèce humaine».
La phrase à retenir : «Les Etats Unis ont déjà planifié, financé et lancé un coup d’Etat au Vénézuela. Et les Etats Unis continuent d’appuyer des mouvements putchistes au Vénézuela et contre le Vénézuela, ils continuent d’appuyer le terrorisme».
Chavez est mort d’un cancer qui est un «cadeau» de la cabale. Plusieurs dirigeants gênants d’Amérique du sud en ont été victimes.

La vérité va bientôt voir le jour.
Chavez, cette belle âme, avait défendu son frère Kadhafi et ici Ahmadinejad :
Hugo Chavez reçoit Ahmadinejad :
----------------------------
Le plus illustré : Benyamin Netanyahou en 2012
Nous le savons, une des plus grande crainte de l’État d’Israël demeure l’éventuelle acquisition de l’arme nucléaire par l’Iran. Afin de bien illustrer son propos, le chef du gouvernement de l’État hébreu a sorti le dessein. Dans un moment désormais célèbre, Benyamin Netanyahou a surpris l’Assemblée générale en exhibant un croquis rudimentaire censé représenter l’état d’avancement du programme nucléaire de Téhéran. Plus simple que de rentrer dans les détails, efficace pour éviter de parler uranium enrichi et centrifugeuse, la méthode Netanyahou a fait son effet.
A l’époque, la journaliste du Washington Post, Alexandra Petri s’interrogeait : «Etait-ce juste un mauvais choix de prendre le dessin d'une bombe au style ridicule, hypersimplifié... ? Ou était-ce un choix calculé... de créer l'image indélébile de la journée dont tout le monde parlerait ?» En tout cas, sur les réseaux sociaux, l’image a valu le détour...nement. Une succession de montages représentant le chef d’État et son croquis ont envahi la toile.
Il sait que les images restent.
La phrase à retenir : «L'avenir du monde est en jeu, rien ne peut mettre davantage en péril notre avenir qu'un Iran doté d'armes nucléaires».
----------------------------
J'en ajouterai un dont Chavez vient de parler et que j'ai déjà plusieurs fois diffusé.
Le plus diabolisé peut-être :


Mahmoud Ahmadinejad lâche des bombes à l'ONU !! 2011
Discours intégral du Président iranien Mahmoud Ahmadinejad à l'ONU 2011 :


lundi 28 septembre 2015

++28/09 - MARS. LA NASA COMMENCE 
A NOUS DÉLIVRER LA VÉRITÉ.
La NASA annoncera 
une découverte majeure sur Mars aujourd'hui.


Le 28 septembre jour de la lune rouge.

Cela se confirme, la NASA va annoncer la découverte d'eau salée à 4 endroits de la planète http://meetingorganizer.copernicus.org/EPSC2015/EPSC2015-838-1.pdf

La NASA devrait donc annoncer, lors d'une conférence exceptionnelle planifiée ce lundi 28 septembre 2015, une découverte scientifique majeure concernant "le mystère de Mars".
Cet événement, prévu pour 17h30 heure française, sera diffusé en direct sur la web TV de la NASA.
Le nom donné à cet événement "le mystère de Mars résolu" alimente les spéculations et la question récurrente : aurait-on trouvé de l'eau sur la planète rouge ? D'après le résumé ci-dessus, il semblerait que cette découverte soit effectivement la présence d'eau et donc très certainement de la vie en profondeur.
Ce qui est certain pour le moment, c'est que la NASA dit que nous en présence d'une percée révolutionnaire qui changera à jamais les missions vers la planète rouge.
-----------------------
Si vous suivez les articles ici, vous savez qu'il y a des bases sur Mars.
 LE LANCEUR D’ALERTE RANDY CRAMER NOUS PARLE DES OPÉRATIONS MILITAIRES SECRÈTES SUR MARS

VISITE D’UNE COLONIE DE MARS 
PAR COREY GOODE.

+++28/09 - UNE BANQUE POUR L’AFRIQUE 
APRÈS CELLE DE LA CHINE*
LE SOMMET DE L'UNION AFRICAINE ADOPTE
LES STATUTS DU FONDS MONÉTAIRE AFRICAIN.

Kadhafi voit son rêve se réaliser.
Son chef-d’œuvre était la création des États Unis d’Afrique.
L'Afrique va enfin pouvoir bénéficier de ses richesses et les africains pourront vivre dans leur pays parmi les leurs.

Pourquoi Kadhafi a été assassiné :
Mouammar Kadhafi : Tué pour l’empêcher de concrétiser le rêve de millions d’Africains dès 2014
L’éliminer avant de perdre le contrôle total de l’Afrique à partir de 2014 voici toute la raison qui guida la France, les États-Unis, la Grande Bretagne et leurs alliés dans leur campagne contre Kadhafi.

Monnaie, fond monétaire africain, banque centrale africaine, télécommunications, transports, États-Unis d’Afrique… 
Muammar Kadhafi avait ingénieusement tout planifié, se fixant comme délai l’année 2014 pour la création de la banque centrale, le fond monétaire et bien d’autres encore pour affranchir le continent noir après un demi-siècle d’indépendance aux allures de parole suivie d’aucun acte ou de «gouverner sans régner».
Après avoir émis l’idée en 2000 lors du sommet de l’Organisation de l’Unité Africaine(OUA) à Lomé de concrétiser le rêve de Kwame Nkrumah et de Cheikh Anta Diop, et obtenu la création de l’Union Africaine (UA) quelques années plus tard, le guide libyen pousse le bouchon plus loin.


Satellite africain et Afriqiya : Deux idées concrètes pour l’unité
Mouammar Kadhafi pousse ses pairs à acheter un satellite africain pour que l’Afrique ait son indépendance en matière de communication. Il préfinance cet achat avec plusieurs centaines de millions de dollars américains.
«Il sait dépenser sans compter(…) ainsi pour acheter le satellite africain, il a mis trois cent millions de dollars sur la table» témoigne Moustapha Cissé, ancien ambassadeur du Sénégal en Libye et ex-conseiller spécial de l’ex-président sénégalais Abdiou Diouf en charge du monde arabo-islamique.
Le Guide de la Jamahiriya Libyenne offrit ainsi RASCOM-QAF1, le premier satellite de télécommunications entièrement dédié au continent africain et ses îles. Il a été mis en orbite le 20 décembre 2007 ! Cela a été le premier lancement de l’histoire pour tous les pays africains.
Kadhafi lance également la compagnie de transport aérien, Afriqiyah Airawyas, qui assure la liaison entre les capitales africaines et régions du continent.
La compagnie offrait 4 vols réguliers entre Tripoli et Dakar, Abidjan et le Caire…etc. «Beaucoup de gens utilisaient la ligne Afriqiyah pour aller à Paris. Parce qu’on pouvait faire Dakar,Tripoli, Paris, et retour à 400 mille FCFA (615 Euros)» ajoute le diplomate sénégalais.
«Alors Tripoli était devenue une plateforme de communication entre l’Afrique, le monde arabe et l’Europe».

La monnaie et la banque centrale africaine en 2014
Khadafi avait proposé la mise en place d’une union monétaire africaine (UMA). Il avait dégagé 30 milliards (dollars) pour la création de l’UMA qui devrait avoir Yaoundé (Cameroun) pour siège. Il avait également prévue la création d’une banque centrale africaine (BCA), qui devrait installer son quartier général à Abuja, la capitale fédérale du Nigeria. Il était question que cette banque africaine commence à émettre une monnaie africaine à partir de 2014.
«Ce qui ne plaît pas aux occidentaux parce que ça nous permettrait de nous passer du CFA et des autres monnaies qui ne font que briser nos économies» s’indigne M.Cissé

Un "dictateur" en famille devant son "palais" ! A votre avis?

Un investisseur africain en Afrique
Khadafi avait une politique africaine très dynamique. Du Sénégal au Tchad, en passant par le la Guinée, la Côte d’Ivoire, le Ghana, le Libéria, le Bénin, le Togo, le Nigéria, le Niger, le Mali, etc. Le guide Libyen a investi des milliards de dollars dans les secteurs agricoles, hydrocarbures, hôtellerie et tourisme, et dans l’équipement.
Au Mali, le plus petit investissement libyen est chiffré à 50 milliards (FCFA) dans l’industrie hôtelière. «Ces investissements libyens dans l’hôtellerie sont estimés à plus de 50 milliards de francs CFA», a déclaré Oumar Balla Touré, directeur général de l’Office malien du tourisme.
Plusieurs autres centaines de milliards ont été investis dans le secteur agricole. Pour les maliens Khadafi est «un homme qui s’est engagé pour la cause africaine» Le Conseil nationale de transition (CNT) est considéré au Mali comme un organe rebelle soutenu par la communauté internationale. Dès le début de la révolte à Benghazi, et l’entrée de l’aviation étrangère, des associations musulmanes et des partis politiques avaient organisé à Bamako des manifestations de soutien à Khadafi, dénonçant une «invasion occidentale «.
Le guide libyen a, par railleurs, dégagé plusieurs milliards de dollars pour la création de banques sahélo-sahariennes au Sénégal, Mali, Niger, Mauritanie, Tchad, etc, et le rachat de plusieurs compagnies occidentales en Afrique pour réduire leur emprise sur les économies du continent.
C’est par exemple le cas de Mobile Oil, du groupe américain Exxon Mobile, qui est devenu Oil Libya dans la majeure partie de la sous-région Ouest africaine. La Guinée-Conakry doit sa toute première chaîne de télévision à Mouammar Khadafi ; il la lui a offerte au nom du peuple Libyen comme présent au «peuple frère» de la Guinée en 1979. Il a également équipé l’armée guinéenne, de l’armement lourde aux uniformes des soldats pendant plusieurs décennies. Sans compter un appui financier gigantesque.
«Et maintenant certains financiers disent que les investissements libyens dans la sous-région dépassent les investissements» fait remarquer l’ambassadeur Moustapha Cissé.

La vie des libyens de l’ère Khadafi :
-         La Libye est le dernier pays sur la liste des pays endettés ! La dette à 3,3% du PIB ! En France, elle est à 84,5% ! Aux USA à 88,9% ! Au Japon à 225,8% !
-         L’électricité à usage domestique était gratuite !
-         L’eau à usage domestique était gratuite !
-         Le prix d’un litre d’essence était de 0,08 Euros !
-         Les banques libyennes accordent des prêts sans intérêts !
-         Les citoyens n’ont pas d’impôts à payer, et la TVA n’existe pas !
-         Chaque famille libyenne, sur présentation du livret de famille, reçoit une aide de 300 Euros par mois !
-         Pour chaque étudiant voulant faire ses études à l’étranger, le «gouvernement» attribue une bourse de 1 627,11 Euros par mois !

Le petit livre vert de Kadhafi :
----------------------------------------------------------
Mouammar Kadhafi 
et le projet libyen de redistribution de la richesse

L’idée que l’on se fait du colonel Mouammar Kadhafi n’est pas la même partout dans le monde. Qu’on l’aime ou qu’on le déteste, sous son règne la Libye est passée d’un des pays les plus pauvres de la surface de la terre au pays ayant le niveau de vie le plus élevé en Afrique. Selon le professeur Henri Habibi.

.........Kadhafi a rappelé aux hommes qui l’ont battu, sodomisé, se sont moqués de lui et l’ont finalement assassiné, qu’ils ne respectaient pas les lois de l’Islam concernant le traitement respectueux des prisonniers. L’OTAN a pour sa part joué un rôle central et supervisé l’événement du début à la fin.
Suite de l'article :
On y retrouve le démon Bernard-Henri Lévy qui a œuvré encore une fois à faire capoté un si beau projet.

Le sommet de l'union africaine 
adopte les statuts du fonds monétaire africain.

(Agence Ecofin) - Le 23ème Sommet de l'Union africaine (UA) tenu à Malabo vient d’adopter les statuts du Fonds monétaire africain (FMA), une institution financière panafricaine dotée d'un capital initial de 22,64 milliards de dollars et ayant pour mission de promouvoir le développement économique du continent.
Le fonds, dont la mise en place est prévue par l'acte constitutif de l'UA adopté en 2000 à Syrte en Libye, a pour vocation de contribuer à la stabilité économique et à la gestion crises financières en Afrique, en favorisant la croissance macroéconomique et le développement du commerce intra-régional.
Selon le Commissaire de l'Union africaine aux affaires économiques, Anthony Maruping, le FMA a été créé pour prendre en charge les questions macro-économiques sur le continent.
Le processus de mise en place du FMA a été retardé par l’attachement des cinq plus gros contributeurs de l'UA (Libye, Egypte, Algérie, Nigeria et Afrique du Sud) à droit de veto sur la gestion du capital et le fonctionnement de l’institution.
Un consensus a finalement été trouvé lors du sommet de Malabo pour qu'un poste d'administrateur permanent soit attribué à chaque pays participant à plus de 3,5% au capital du FMA. L’octroi d’un droit de veto aux gros contributeurs a été cependant rejeté.
Le capital du fonds sera mobilisé auprès des Etats africains en fonction de plusieurs critères, dont notamment la taille de leurs économies et leurs réserves en devises.
L'Afrique du Sud devrait être le plus gros contributeur au capital du fonds, qui sera basé à Yaoundé, au Cameroun, avec 8,05% des parts, ce qui représente une contribution de près de 1 milliard de dollars, suivie par le Nigeria (7,94%, ou 899 millions de dollars), l’Egypte (6,12%/ 693 millions de dollars) et l'Algérie (4,59%/ 520 millions de dollars).

--------------------
* LA BANQUE ASIATIQUE AIIB.